Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: chkops, vendun et 9 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

La boulangère de Monceau (FR)

Message » 16 Jan 2014 1:10

Image
La boulangère de Monceau - Eric Rohmer


Potemkine, 2013 (France)
BD-25, Zone B
1.37, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 28797 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 823 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
STA, amovibles

Si la copie est clairement récente, il faut avouer que le matériel ne permet vraisemblablement pas de répéter les miracles vus sur Le signe du Lion. La copie est en effet beaucoup moins précise et définie. Mais surtout, elle semble comme filtrée, avec un aspect souvent lisse sous la couche de grain très appuyé. Aussi, la copie est légèrement abîmée, avec notamment une belle rayure verticale sur une séquence.

Le son se situe encore un cran en-dessous de celui du Signe du Lion, la faute à un souffle bien plus présent. Sinon, même combat : dialogues sourds, piste plate.

Image : 7/10
Son : 6/10
Film : 8/10


Les 2 courts proposés ici sont dans des copies non restaurées et ça se voit. Si Charlotte et son steak est encore passable, Bérénice est dans un état pitoyable.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Annonce

Message par Google » 16 Jan 2014 1:10

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Rampart (FR)

Message » 16 Jan 2014 1:11

Image
Rampart - Oren Moverman


Metropolitan, 2013 (France)
BD-50, Zone B
2.40, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 29999 kbps
English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 1916 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
French / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 1955 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
STF, amovibles

Très jolie copie qui permet de profiter pleinement du film à la photo assez travaillée. Loin des dernières habitudes du genre, Rampart est en effet non pas gris et terne, mais alterne très régulièrement des scènes en extérieur jour, très saturées et dotées d'un piqué très précis, avec des scènes d'intérieur souvent plus sombres, moins colorées, et peut-être dans l'ensemble un peu moins belle.
Pour autant, le rendu est plus que satisfaisant et plaisant, avec un contraste bien géré et un encodage au poil.

Disons le d'emblée : le film n'est pas une démonstration de force qui va constamment mettre à l'épreuve la patience des voisins. Loin de là. Cependant, outre un mixage plutôt fin et équilibré, qui manque peut-être un peu d'activité sur les enceintes arrières, la piste possède surtout une belle dynamique (malgré un encodage "seulement" 16-bit, contrairement à la piste 24-bit disponible sur les Blu Rays UK et Australien). En particulier, de nombreuses séquences musicales envoient sévèrement du bois côté caisson, que ce soit à travers de la musique tendance Rap US (comme en tout début de film) ou electro (comme à la 73e minute).

Image : 9.5/10
Son (VO 5.1) : 9/10
Film : 7.5/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

La carrière de Suzanne (FR)

Message » 16 Jan 2014 1:11

Image
La carrière de Suzanne - Eric Rohmer


Potemkine, 2013 (France)
BD-25, Zone B
1.37, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 29518 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 884 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
STA, amovibles

On descend encore d'un cran avec La carrière de Suzanne, dont la copie présentée ici possède 2 limites majeures : de très nombreuses séquences flous, et un image grise au point de paraître voilée. La copie possède aussi au moins une scène avec des bandes verticales assez larges de contraste différent du reste de l'image, donnant un aspect hétérogène. De fait, la qualité visuelle est directement impactée par ces défauts, qui restreignent notablement le niveau de détails (à cause des séquences floues, donc forcément peu précises) et l'aspect général.

Côté son, la piste possède un léger souffle et un rendu global équivalent à la piste du Signe du Lion : c'est plutôt propre et permet de suivre assez facilement le film, mais ça fait clairement son âge.

A noter que le film dure 55 min et non les 52 min indiquées sur la jaquette.

Image : 6.5/10
Son : 7/10
Film : 8.5/10


Véronique et son cancre est présenté ici dans une copie restaurée de belle qualité, d'ailleurs plus contrastée et précise que celle de La carrière de Suzanne (et de loin).

1.37, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 14985 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 823 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
Pas de ST

Et si le documentaire sur Louis Lumière n'a pas une très belle image (et n'est pas aidé par un débit vidéo anémique), le son est, par contre, très clair et très intelligible et rend le tout très agréable à suivre.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

La collectionneuse (FR)

Message » 17 Jan 2014 22:00

Image
La collectionneuse - Eric Rohmer


Potemkine, 2013 (France)
BD-25, Zone B
1.37, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 28442 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 819 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
STA, amovibles

1er film en couleurs du coffret, on entre clairement dans une autre dimension technique, tant la précision du transfert est impressionnante. C'est typiquement le genre de restauration qui rappelle ce qu'il est possible d'atteindre visuellement quand c'est bien fait. Si l'on exceptera une photographie peut être un peu jaune, l'ensemble est d'une grande beauté. C'est très stable, très propre aussi (à part une rapide tâche à la 14e minute, rien à signaler), et surtout très précis. La résolution des détails, la finesse de l'image sont effectivement particulièrement impressionnant et rajeunissent particulièrement le film.

Côté son, par contre, moins de miracle, et on retrouve peu ou prou ce qu'on avait jusqu'à présent : une piste plate sans grande dynamique. Si on notera quelques bruitages ci et là bien rendus (chants des oiseaux, bruits des vagues), on pourra regretter des dialogues un peu en retrait, et une piste surtout mixée plus bas que pour les films précédents, obligeant à monter le volume.

Image : 9/10
Son : 7/10
Film : 8.5/10


Nadja à Paris est présenté en copie restaurée. C'est pas mal mais clairement limité par la source.

1.37, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 19974 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 1.0 / 48 kHz / 940 kbps / 16-bit (DTS Core: 1.0 / 48 kHz / 768 kbps / 16-bit)
Pas de ST
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Pain & Gain (FR)

Message » 17 Jan 2014 22:10

Image
Pain & Gain (No Pain No Gain) - Michael Bay


Paramount, 2013 (France)
BD-50, Zone Free
2.40, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 26952 kbps
English / Dolby TrueHD Audio / 7.1 / 48 kHz / 4443 kbps / 24-bit (AC3 Embedded: 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB)
French / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
STF, STA, amovibles

1ere démo technique 2014 avec Pain & Gain qui envoie sévèrement du bois avec une image ciselée, saturée bien comme il faut, contrastée et surtout ultra précise. Les visages, les décors, les textures, tout est au taquet, et c'est assurément un excellent disque que Paramount nous livre de ce côté là, jouant facilement de tous les pièges de la photographie d'origine, qui offre un peu tout et n'importe quoi au fil du film. Evidemment, certains plans tournés en GoPro laissent apparaître banding sévère et aliasing, mais non seulement ces plans ne sont que très peu nombreux, mais le disque n'a évidemment rien à voir là dedans.

Niveau son, même combat si ce n'est plus encore, avec une piste ultra bûcheronne mais toujours précise. Déjà, c'est globalement surpuissant. Peu de pistes atteignent cet équilibre entre puissance brute et subtilité du mixage, et c'est pourtant le cas de Pain & Gain, depuis son générique d'ouverture jusqu'à son générique de fin. La spatialisation est constamment phénoménale, la dynamique tout aussi excellente, et la puissance globale, notamment grâce à un caisson sous amphets, est elle aussi impressionnante.

Bonne nouvelle : l'édition française est un portage de la 2e édition US, qui troque une partie de son débit vidéo au profit d'1h de bonus. La 1ere édition, elle, était absolument vierge de tout supplément (même pas une bande annonce).

Image : 10/10
Son (VO 7.1) : 10/10
Film : 8.5/10


J'en sors, et grand dieu que je me suis bidonné.

Ca me fait penser à une espèce d'Idiocracy mixé à la sauce Bad Boys 2 (plan tournoyant à travers les trous dans les murs inclus).

Une grosse partie des plans truqués à la con sont là, la photographie à 158000K aussi, mais sans le montage Doliprane (ou Dafalgan, selon les préférences de chacun) et avec une bonne dose de caméras alternatives (GoPro, Eos 7D) qui, au contraire, iconisent tout le truc avec, oserais-je l'écrire, presque de la classe.

C'est évidemment bordélique à souhait, avec un trio d'acteurs qui semblent s'amuser comme des petits fous avec des rôles de débilos mongoloïdes modèle XXL made in 'Murica servant de catalyseurs à un semblant de démontage au pied de biche du "rêve américain".

Soyons francs : la 1ere limite du film, c'est d'être certainement aussi con que ses personnages principaux. L'auto parodie ? Le rêve américain à la moulinette ? Oui, probablement, mais quasiment de manière involontaire tant ça ne semble très rapidement pas être le sujet du film qui s'amuse bien plus avec son trio de tête qu'à essayer de développer son sous-texte.

Pour autant, c'est poilant à souhait, avec sa photo de spot TV (faut voir la séquence où Wahlberg éclate son barbecue à coups de club de golf), ses voix off complètement à côté de la plaque et, dans l'ensemble, une "monumentale connerie".

Moi qui adore la régression façon Bad Boys 2, autant dire que je me suis retrouvé plongé 10 ans plus tôt.

8.5/10 (oui oui)
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Elysium (FR)

Message » 17 Jan 2014 22:56

Image
Elysium - Neill Blomkamp


Sony, 2013 (France)
BD-50, Zone Free
2.40, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 24959 kbps
English / DTS-HD Master Audio / 7.1 / 48 kHz / 2775 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
English / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2358 kbps / 16-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 16-bit)
STF, STA, amovibles

Pas vraiment de surprise sur ce blockbuster de SF partant d'une source 4K. C'est régulièrement magnifique, notamment les plans dans l'espace, avec des plans sur Terre peut être légèrement moins impressionnant. Mais globalement, la maîtrise visuelle est là et le Blu Ray a tous ses indicateurs au vert : contraste, piqué, détails, encodage. C'est un régal visuel, d'autant plus sur Elysium qui profite d'une palette chromatique plus large que sur Terre (et sa photo terne) avec des couleurs saturées bien rendues.

La VO est du même niveau, avec une piste ample et efficace dont la dynamique et la spatialisation soutiennent largement l'action à l'écran. La piste est équilibrée, précise et puissante, ne délaissant aucune enceinte.

Image : 9.5/10
Son (VO DTS HD MA 7.1) : 9.5/10
Film : 6.5/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Message » 30 Jan 2014 15:27

le loup celeste a écrit:Image

Le Blu-ray Disc : Image /// Image

- Format vidéo : 1080p24 (MVC) / [1.85]
- Pistes sonores : Anglais DTS-HD Master Audio 7.1. Français (VFF) Dolby Digital 5.1
- Sous-titres : Français. Anglais pour malentendants

• Image : Tirées d'un nouveau master 4K, les images de ce Blu-ray Disc sont bien différentes du transfert paru en 2011. Tout d'abord, le rendu est plus lisse avec un piqué moins prononcé (mais qui reste bon) et une définition fluctuante que l'on doit malheureusement à l'application d'un réducteur de bruit en post-traitement. Ensuite, les couleurs sont plus chaudes avec des teintes orangées et bien moins bleutées ce qui risque de gêner les puristes même si le résultat est plus harmonieux et agréable à l'œil. Et pour finir, les noirs et les contrastes sont plus riches ce qui conduit à apprécier plus pleinement les scènes sombres.
• Audio : Des pistes sonores puissantes, précises, harmonieuses et immersives (surtout la VO) à l'ouverture frontale dynamique, aux voix cristallines (même si un peu en retrait sur la VF), aux effets surround faramineux (les ambiances incroyables de la jungle) et aux basses titanesques.
• La 3D : À l'image de celle de "Titanic", voilà une conversion de référence qui donne l'impression que le film a été tourné en 3D native. La fenêtre de profondeur est toujours très bonne et équilibrée, la perception des volumes est réaliste, certains plans semblent avoir été pensés dès le départ pour la 3D (les travellings entre les pattes des dinosaures), les débordements sont permanents et souvent prononcés (végétations, enclos, bustes, têtes et gueules des dinosaures), et quelques effets de jaillissements peu poussés comme des bris de verre ou des gouttes de pluies sont aussi de la partie.

- Région : A, B, C (États-Unis)
- Éditeur : Universal Studios
- Date de sortie : 23 avril 2013

>>> Critique complète <<<





Tout à fait d'accord, je l'ai acheté samedi dernier (24,99€ à Carrefour) suite à l'avis de loup céleste, je n'avais pas revu ce film depuis la première version DVD, le travail sur l'image et le son ont été colossaux, même si on connait le film par cœur, les effets 3D et la bande son DTS HD MA aussi parviennent encore à nous faire sursauter sur le fauteuil (notamment avec les vélociraptors qui bondissent vers le faux plafond ou dans la cuisine, top) ...
Bref sur un écran 55 pouces, en 3D et avec un son de ce niveau il y a de quoi redécouvrir volontiers ce film... et je crois que je me le reverrai facilement encore une fois d'ici quelques semaines lol...
xjrlaser001
 
Messages: 50
Inscription: 09 Jan 2014 18:17
  • offline

Message » 30 Jan 2014 18:52

le loup celeste a écrit:ImagePrometheus de Ridley Scott :

Le Blu-ray Disc : BBBBB

- Format vidéo : 1080p AVC (2D) MVC (3D) [2.40].
- Pistes sonores : Anglais DTS-HD Master Audio 7.1; Français (VFF) DTS 5.1; Tchèque, Finlandais, Polonais, Hébreu et Turc Dolby Digital 5.1.
- Sous-titres : Français, Anglais, Néerlandais, Arabe, Bulgare, Chinois, Croate, Coréen, Grec, Tchèque, Hébreu, Hongrois, Finlandais, Islandais, Indonésien, Polonais, Portugais, Slovène, Turc, Malayâlam, Mandarin, Roumain, Serbe, Thaïlandais et Vietnamien.
• Image : Une image HD majestueuse captée en numérique à l'aide de la Red Epic (5K/3D) qui délivre une définition magnifique, un piqué précis, une palette colorimétrique somptueuse, des contrastes redoutables et des noirs parfaitement nuancés. Une pure claque visuelle.
• Audio : Des pistes sonores maîtrisées aussi puissantes (les décollages/atterrissages des vaisseaux font vrombir le caisson) que subtiles (les dialogues et les ambiances atmosphériques) dont la spatialisation tourbillonnante, les surrounds enveloppants et les basses profondes garantissent le spectacle.

La 3D : ImageImageImageImageImage

Une 3D native tout simplement splendide pensée pour servir le récit et non pour en mettre plein la vue (les fans de jaillissements "paf dans la gueule" peuvent passer leur chemin). La profondeur de champ est très travaillée et souvent exceptionnelle (comme les vues de l'espace, les survols des paysages ou encore l'effet de profondeur des couloirs du vaisseau ou des cavernes), les plans sont détachés avec un naturel désarmant (le travail sur la perspective entre les éléments est impressionnant), l'immensité ressentie sur certains plans (la salle du Space Jockey) est hallucinante, les divers hologrammes de la caverne ou de la carte spatiale semblent s'inviter dans le salon à plus d'une reprise (l'effet est saisissant) et les divers particules/cristaux lors de la tempête de silice sont projetés à travers l'écran avec une violence et un réalisme terriblement efficaces. C'est du grand art.

Blu-ray Disc Région B Français.
Éditeur : 20th Century Fox.
Date de sortie : 03 octobre 2012.


Critique complète...http://www.leloupceleste.fr/article-prometheus-112766828.html



Prométhéus fait partie des premiers films 3D que j'ai visionnés depuis l'acquisition du Samsung F8000, ma première TV "3D", tout simplement parce qu'à l'achat du blu ray j'avais anticipé en prenant directement l'édition comprenant aussi le film en 3D. Fan de la série Alien depuis le début (ben oui privilège de l'âge lol!!) j'attendais ce pré-quel avec impatience et je n'ai été déçu ni au cinéma ni en visionnant le BR 3D...
La réalisation technique est extraordinaire, la 3D parfaitement intégrée sans effets trop spectaculaires tape à l'oeil, et je partage totalement la vision de loup céleste (décidément de bon conseil le loup céleste!!)... Ridley Scott a encore une fois fait un film qui deviendra culte au même titre que les autres opus d'Alien...
xjrlaser001
 
Messages: 50
Inscription: 09 Jan 2014 18:17
  • offline

Les fugitifs (FR)

Message » 12 Fév 2014 0:28

Image
Les fugitifs - Francis Veber


EuropaCorp, 2013 (France)
BD-25, Zone B
1.78, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 25500 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1964 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
Pas de ST

Comme La totale !, Les fugitifs ressort des cartons d'EuropaCorp dans une édition "budget". Et comme pour La totale !, le résultat est sensiblement équivalent : une grande partie du film (notamment les plans les plus lumineux) est en bonne forme (on notera tout juste une poignée d'images soudainement verdâtres à la 13e minute et une petite tâche noire à la 43e), le niveau de détails est très honnête, mais on retrouve des séquences en basse luminosité moins bien traitées, même si les noirs bleutés ont disparu. Aussi, comme La totale !, l'aspect du film reste un peu daté, avec notamment un bruit parfois un peu envahissant.

A noter que contrairement à ce qu'indique la jaquette, le Blu Ray est simple couche et non double couche.

La piste 2.0 ne fait toujours pas de miracles, même si Les fugitifs en a moins besoin que La totale !, car moins chargé en action. De fait, le côté daté de la piste son s'entend moins, malgré quelques dialogues parfois un peu saturés.

Image : 8/10
Son : 7.5/10
Film : 7/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Nashville (US)

Message » 12 Fév 2014 0:30

Image
Nashville - Robert Altman


Criterion, 2013 (US)
BD-50, Zone A
2.35, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 22951 kbps
English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3749 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
STA, amovibles

Criterion propose le Nashville d'Altman dans une belle copie restaurée, tout juste parasitée par de nombreux plans à la mise au point approximative. C'est un peu dommage, mais d'époque, et on ne saurait s'en formaliser tant la copie est d'excellente facture. Outre un rendu des couleurs joliment saturé et un contraste bien géré, on a surtout affaire à une image d'une belle précision et vierge de post-processing visible. Bref, du bon travail, même si on regrettera que Criterion n'ait pas jugé bon de reléguer les bonus à un 2e Blu Ray, afin de laisser un maximum de place au film qui dure tout de même 2h40. Heureusement, cela ne semble pas générer de soucis visibles de compression (mais tout de même).

Une très belle piste son 5.1, qui profite particulièrement à toute la partie musicale du film. En effet, si l'ensemble du son reste très frontal, et que très peu d'effets utilisent les enceintes arrières, la musique, elle, est pleinement spatialisée pour donner un joli environnement sonore. Evidemment, ce n'est pas du tout une piste son de compétition de ce côté là, mais le remixage est globalement efficace sans être abusif, et c'est cela qui est très appréciable. Par contre, les dialogues ont un rendu un peu sec, détonnant avec le rendu musical de la piste, qui fait bien plus propre et "moderne".

Image : 8.5/10
Son : 8.5/10
Film : 8.5/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Frances Ha (US)

Message » 12 Fév 2014 0:31

Image
Frances Ha - Noah Baumbach


Criterion, 2013 (US)
BD-50, Zone A
1.85, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 34987 kbps
English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 2824 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
STA, amovibles

L'image de Frances Ha paie assez fortement le prix du choix du matériel de tournage. Tourné avec un Canon EOS 5D Mark II, le film possède en effet un bruit vidéo assez important, couplé à des défauts assez récurrents lors des travellings (l'image possède alors des bandes assez visibles). L'image manque souvent de précision et de piqué. Par contre, la palette de gris est plutôt nuancée est bien traitée.

Le son est plus ou moins dans la même lignée, avec une piste avant tout très frontale, souvent pas très dynamique, mais qui gagne beaucoup en rendu dans les séquences musicales. Cependant, les dialogues sont bien rendus et la piste est globalement bien équilibrée.

Image : 7.5/10
Son : 8/10
Film : 7.5/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Archer : Season 4 (US)

Message » 12 Fév 2014 0:31

Image
Archer : Season 4


FOX, 2013 (US)
2 x BD-50, Zone Free
1.78, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen :
- 1er disque : épisodes 1 à 7 : 28323 kbps
- 2e disque : épisodes 8 à 13 : 28942 kbps
English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3500 kbps en moyenne / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
STF, STA, amovibles

Visuellement, les saisons d'Archer se suivent et se ressemblent (pour le meilleur). L'animation est en effet toujours aussi bien traitée, avec une grande précision que ce soit pour les dessins (simples, certes) des personnages comme pour le rendu photo-réaliste bien plus élaboré des décors. La compression est invisible, la gestion des couleurs et du contraste excellente. Bref, du très bon niveau, encore et toujours.

Là aussi, le design sonore n'a que peu évolué, et le son reste toujours aussi frontal. C'est bien simple, je crois que les enceintes arrières n'ont littéralement jamais été utilisées de toute la saison, pas même une fois. Passée cette déception de ne pas profiter plus que ça de la série (il faut avouer qu'elle pourrait facilement se prêter à une piste son un peu plus ample), elle reste tout de même largement recommandable. Le champ frontal est en effet bien utilisé, permettant à la fois aux nombreux dialogues d'être bien retranscrits, mais aussi aux scènes plus mouvementées de profiter tout de même d'une bonne dynamique, soutenant l'action à l'écran de façon adéquate.

Image : 9.5/10
Son : 8/10
Saison : 8.5/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

The Conjuring (FR)

Message » 12 Fév 2014 0:32

Image
The Conjuring - James Wan


Warner, 2013 (FR)
BD-50, Zone Free
2.40, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 24745 kbps
English / DTS-HD Master Audio / 5.1 / 48 kHz / 3543 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
French / Dolby Digital Audio / 5.1 / 48 kHz / 640 kbps / DN -4dB
STF, STA, amovibles

Une fois passé outre le débit vidéo mal optimisé, comme souvent chez Warner, mais qui ne génère quasiment jamais de problème, l'image proposée par le Blu Ray de The Conjuring est tout à fait adéquate. Evidemment, avec un film très souvent dans le noir, on pourra avoir du mal à percevoir la définition du transfert HD, mais clairement, celle-ci est là et se voit. Que ce soit à travers les (peu nombreux, certes) plans lumineux comme dans la gestion de la pénombre (justement), le Blu Ray fait un très bon travail dans la restitution des ambiances du film, sans bidouille inutile, et surtout sans noirs bouchés.

Si on pourra être étonné par la 1ere moitié du film, côté son, il faut bien remarquer que la VO se construit au fil du film, ouvrant peu à peu un mixage subtil et efficace. En effet, la 1ere moitié du film distille surtout de faibles effets surrounds pour un mixage très frontal et peu original. Tout juste aura t'on pu s'amuser du rendu volontairement étouffé de la séquence tourné en mode "film dans le film" dans la cave. Mais c'est aussi le point de départ de l'ouverture complète du champ sonore. Si jusque là, il avait fallu se contenter, côté puissance, d'un caisson de basses fortement utilisé, c'est toutes les enceintes qui se mettent en branle pour la 2e partie du film : vent, tempête, oiseaux, craquements de portes, hurlements et consorts, tout s'active progressivement pour arriver au point d'orgue que sont les chapitres 10 et 11. Et là, la piste envoie sévèrement du bois pour ce climax du film, sans jamais virer à la cacophonie avec, au contraire, une séparation des effets conférant à la piste une belle précision.

Image : 9/10
Son (VO 5.1) : 9.5/10
Film : 7/10


C'est bête, on est probablement passés à côté d'un truc très bien. On peut d'ailleurs facilement imaginer la meilleure partie étendue sur un film entier : un procédurier paranormal, pas du tout à la Supernatural, mais à la NCIS, où 2 profs nous expliqueraient comment ça marche, récupéreraient les preuves, les photos et tout le toutim, puis suivraient un process de validation pour faire un exorcisme validé pour tous les partis nécessaires, avant d'archiver ça en mode X Files.
Parce que mine de rien, c'est probablement cette 2e moitié de film la partie la plus intéressante de The Conjuring, qui donne surtout follement envie de revoir L'exorciste, le seul, le vrai.

Non pas que The Conjuring n'est pas intéressant. C'est déjà très bien troussé, quasiment pas saignant du tout, mais ça souffre d'une exposition de 45 minutes, utilisant pour ouvrir le film (en plus) une sous intrigue qui reviendra plus tard complètement inutilement. La 2e heure n'est pas forcément en reste non plus sur les baisses de régime à droite à gauche, et c'est certainement le plus gros souci du film : à 1h51, clairement, le film est trop long. D'autant plus que, pour une fois, il arrive très bien à exposer rapidement des personnages cohérents et attachants, tant du côté du couple principal que de la famille malchanceuse. Pourquoi diable (pun intended) alors s'embêter à étirer ça pendant 45 longues minutes ? Aucune idée.

Du coup, le film devient un peu plan plan, développant globalement tous les effets du Guide du Petit Réalisateur de Film à Sursaut pour Les Nuls : jump scares foireux, portes qui claquent, murs qui tapent, démons qui sortent de derrière l'étagère, et orage qui gronde. Si tout cela avait été mieux canalisé, ou orienté d'une manière peut être moins systématique, pour une direction moins orientée "faire sursauter toutes les 5 secondes le spectateur" mais "développer l'enquête des Warren", le film en aurait certainement ressorti plus captivant.

En l'état, c'est un simple petit film à sursaut bien troussé, mais tout de même fort quelconque.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Mélodie en sous-sol (FR)

Message » 12 Fév 2014 0:32

Image
Mélodie en sous-sol - Henri Verneuil


EuropaCorp, 2013 (FR)
BD-50, Zone B
2.35, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 27000 kbps
French / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 1999 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
STF, amovibles

Déception assez grande pour cette présentation HD de Mélodie en sous-sol. Déjà parce que le transfert semble tirée d'une source qui n'est plus de prime jeunesse. Le bruit est important, le grain très épais, le niveau de détails assez restreint bien que proposant un upgrade HD notable par rapport au DVD. En l'état, donc, le résultat final est plus que discutable. Mais le vrai souci, c'est un contraste catastrophique. En effet, si les scènes de jour font facilement illusion et ne semble avoir "que" un contraste assez fluctuant, les scènes de nuit ou en basse luminosité générale permettent de pointer clairement une image profondément voilée. C'est simple : si on part du noir informatique à 0;0;0 en RVB, les noirs de Mélodie en sous-sol se situent plutôt... autour de 34;34;34. Dans le meilleur des cas (les scènes pleinement éclairées), tout juste arrivera-t'on à atteindre 15;15;15. Les apprentis Photoshoppeurs pourront s'amuser avec le contraste et la luminosité : pour éliminer ce voile gris, il m'a fallu une baisse drastique de la luminosité (-10 pts) couplée à une augmentation toute aussi importante de 12% du contraste.
En partie, la séquence d'infiltration de Delon autour de la 93e minute est particulièrement entachée par la présence de ce voile gris.
Cela laisse donc l'impression d'une présentation bâclée, où le minimum de nettoyage a été effectué, et la copie, que l'on pourrait facilement qualifier de délavée, laissée ensuite tel quel. Un gâchis.

Le son n'est pas en reste avec une piste plate et étouffée, nécessitant de monter le son pour clairement comprendre les dialogues. Heureusement, elle est propre (pas de craquements) mais laisse entendre un souffle parfois assez notable. C'est donc clairement daté.

Image : 7/10
Son : 7/10
Film : 8.5/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

L'homme au masque de cire 2D (FR)

Message » 12 Fév 2014 0:33

Image
L'homme au masque de cire 2D (House Of Wax 2D) - André De Toth


Warner, 2013 (FR)
BD-50, Zone Free
1.37, couleurs
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 29967 kbps (+ MVC : 14010 kbps)
English / DTS-HD Master Audio / 2.0 / 48 kHz / 2012 kbps / 24-bit (DTS Core: 2.0 / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit)
French / Dolby Digital Audio / 1.0 / 48 kHz / 192 kbps / DN -4dB
STF, STA, amovibles

Malheureusement, l'image du film reste très souvent imprécise, chose qu'aucune restauration ne pourra jamais rattraper. Beaucoup de plans sont doux, avec une précision moyenne. Aussi, le procédé de tournage 3D a laissé sa marque à travers de nombreux sur-contours blancs, visibles régulièrement sur certains plans (mais pas constamment). La bonne nouvelle, cependant, est que Warner n'a pas entrepris de changer cela de façon brutale, et on évite ainsi tout lissage ou traficotage violent de l'image. L'image possède ainsi un style naturel, pas électronique du tout, et tant pis si les imperfections d'époque survivent. Aussi, les chatoyantes couleurs du film sont très bien reproduites, et le contraste bien géré avec un niveau de noirs tout à fait adéquat.

La partie sonore est du même niveau, avec une absence de gonflage artificiel du son, qui sonne du coup d'époque. Un souffle se fait facilement entendre, mais de manière contenue, et si les dialogues sont intelligibles, ils souffrent d'un niveau parfois un peu faible, et d'un rendu de temps à autre étouffé. Cependant, la piste est globalement vierge de défauts importants.

Image : 7.5/10
Son (VO) : 7.5/10
Film : 8.5/10
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 4714
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message