Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Test en aveugle

Message » 27 Aoû 2010 14:28

Pio2001 a écrit:
tkfu a écrit:c'est dommage que tu perdes ton sang froid, la discussion était courtoise , ça serait chouette que ça revienne :wink:


...à condition de rester sur le sujet, que Corsario, reconnaissons-le, à magistralement recentré. Depuis une centaine de page, je n'ai pas vu grand chose d'autre qu'une guerre Petit Larousse contre Petit Robert.

grand x a écrit:selon toi, le test ABX peut-il être considéré comme fiable, ou pas ?


Je ne peux m'empêcher de répondre... par une autre question :

Selon toi, la clef anglaise, en tant qu'outil, peut-elle être considérée comme fiable ou pas ?

On pourrait même transposer tout le débat à la clef anglaise.

"A partir du moment où la clef anglaise est en parfait état et l'écrou parfaitement accessible et manipulable, la clef anglaise permet de dévisser l'écrou. C'est une certitude absolue.
-Ce n'est absolument pas certain, il y a certaines personnes qui ne pourront pas dévisser l'écrou, même avec une clef anglaise.
-Si, c'est certain, à moins d'être manchot ou paralytique. Par contre, si on ne peut pas dévisser un écrou sans clef anglaise, cela ne veut pas dire que l'écrou est indévissable.
-Mais il est impossible de prouver qu'un écrou est indévissable. On ne peut que prouver qu'un écrou est dévissable.
-Oui, mais seulement avec cette clef anglaise, par cette personne, et ce jour là.
-Je ne sais pas pourquoi on fait une fixation sur la clef anglaise. Il existe bien d'autres outils pour dévisser les écrous, et j'aimerais bien qu'on en parle.
-Et comment expliques-tu qu'un jour je parviens à dévisser l'écrou et un autre jour non ?
-Sans clef anglaise, tu ne peux rien conclure. Achète une clef anglaise et on en reparle.
-Et toi, laisse deux secondes ta clef anglaise dans ton placard et essaie de dévisser ton écrou.
-Et pourquoi à chaque fois qu'on parle d'écrou il faut qu'on vienne nous demander s'il est dévissable ou non ? Pourquoi n'est-on pas libre de laisser nos écrous vissés ?
-De toutes façons, vu le nombre de clef anglaises accessibles en magasin, je ne vois vraiment pas l'intérêt de la question.
-Parce que si on dévisse un écrou avec une clef anglaise, cela signifie que tous les écrous de même type sont dévissables.
-Non, tous les écrous sont différents. Cela ne prouve rien du tout.
-Le problème, c'est qu'une clef anglaise peut être hors d'usage, dans ce cas, rien ne sert d'essayer de dévisser un écrou avec.
-Mais on vous le répète, ce qui compte, c'est de dévisser l'écrou, et pas de ne pas le dévisser, donc une clef anglaise hors d'usage n'est strictement d'aucun intérêt !
-De toutes façons, si l'écrou n'est pas dévissable, on va nous dire que c'est parce que la clef anglaise n'avait pas le bon écartement, alors arrêtez de nous faire ch*** avec vos clef anglaises.
-J'aimerais donner la parole à la majorité silencieuse qui n'a PAS de clef anglaise chez elle. A quoi cela lui sert-il de savoir que si elle avait une clef anglaise, elle pourrait dévisser l'écrou ?
...

Pio, j'adore lire ça !!
Le Pivert
 
Messages: 1860
Inscription: 01 Juin 2006 15:53
Localisation: Belgique
  • offline

Annonce

Message par Google » 27 Aoû 2010 14:28

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 27 Aoû 2010 22:56

Ah oui pas mal.
Moi je pensais sinon:

ABX positif => différence audible, soit:
Un ABX positif est suffisant pour dire qu'il existe une différence
L'existence d'une différence est nécessaire pour qu'un ABX soit positif
Un ABX positif n'est pas nécessaire pour qu'il existe une différence
L'existence d'une différence n'est pas suffisante pour que l'ABX soit positif

Pas de différence audible => ABX négatif, soit:
L'absence de différence est suffisante pour qu'il y ait ABX négatif
Un ABX négatif est nécessaire pour qu'il n'existe pas de différence
L'absence de différence n'est pas nécessaire pour qu'il y ait ABX négatif
Un ABX négatif n'est pas suffisant pour qu'il n'y ait pas de différence
boris_da
 
Messages: 480
Inscription: 10 Mai 2005 21:30
Localisation: 95

Message » 29 Aoû 2010 20:17

Pas de différence audible => ABX négatif

Pas tout à fait, le hasard peut toujours le faire réussir.

Un ABX négatif est nécessaire pour qu'il n'existe pas de différence

Les différences existent-elles ou non indépendamment des ABX ? question qui pourrait encore faire couler de l'encre virtuelle ! :wink:
Denis31
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 4501
Inscription: 16 Sep 2005 9:50
Localisation: Toulouse

Message » 29 Aoû 2010 23:11

Denis31 a écrit:...
Les différences existent-elles ou non indépendamment des ABX ?
...

C'est la grande question : "La lune est-elle encore là quand personne ne la regarde ?" :lol:
Pour être plus sérieux : des appareils strictement identiques ,ça n'existe pas , à cause de plein de raisons, dont les dispersions des composants,du process,..etc . Donc des différences, il y en a toujours .La question n'est pas de l'existance des différences mais de leur audibilité .
Et c'est là que la réponse n'est plus binaire parceque : audible par 90% de la population, 10 % ,des sujets particulièrement entrainés ... dans telle condition et pas dans telle autre.
Robert
...la raison est une frêle chandelle... pour nous éclairer dans le monde actuel où les charlatans sont légion qui nous susurrent sans cesse à l'oreille: "Souffle cette chandelle, tu y verras bien mieux"
(H. Broch)
Avatar de l’utilisateur
Robert64
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4152
Inscription: 12 Sep 2006 15:40
Localisation: Sud Ouest
  • online

Message » 30 Aoû 2010 9:17

On est entièrement d'accord. Mais en fait on peut le voir comme un problème de définition, le concept d'"audibilité" implique un sujet, et formellement je ne vois pas trop comment le définir autrement qu'en empruntant le concept ABX ou équivalent. Ça devrait encore en faire sourire quelques uns... :wink:
Denis31
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 4501
Inscription: 16 Sep 2005 9:50
Localisation: Toulouse

Message » 31 Aoû 2010 12:17

Robert64 a écrit:
Denis31 a écrit:...
Les différences existent-elles ou non indépendamment des ABX ?
...

C'est la grande question : "La lune est-elle encore là quand personne ne la regarde ?" :lol:
Pour être plus sérieux : des appareils strictement identiques ,ça n'existe pas , à cause de plein de raisons, dont les dispersions des composants,du process,..etc . Donc des différences, il y en a toujours .La question n'est pas de l'existance des différences mais de leur audibilité .
Et c'est là que la réponse n'est plus binaire parceque : audible par 90% de la population, 10 % ,des sujets particulièrement entrainés ... dans telle condition et pas dans telle autre.


Bonjour
Concernant l'audibilité, je partage les éléments analysés par Boris, qui me semblent conformes à la fois à l'expérimentation, et à la logique et la rigueur des ABX:


boris_da a écrit:....
Moi je pensais ...

ABX positif => différence audible, soit:
Un ABX positif est suffisant pour dire qu'il existe une différence
L'existence d'une différence est nécessaire pour qu'un ABX soit positif
Un ABX positif n'est pas nécessaire pour qu'il existe une différence
L'existence d'une différence n'est pas suffisante pour que l'ABX soit positif

Pas de différence audible => ABX négatif, soit:
L'absence de différence est suffisante pour qu'il y ait ABX négatif
Un ABX négatif est nécessaire pour qu'il n'existe pas de différence
L'absence de différence n'est pas nécessaire pour qu'il y ait ABX négatif
Un ABX négatif n'est pas suffisant pour qu'il n'y ait pas de différence


Pour répondre à Denis, sur sa remarque (son objection) sur le hasard, un test réussi est dans la pratique des tests immédiatement suivi de pratiques qui éliminent définitivement le risque de réussite par hasard:
-la communication de l'élément de reconnaissance, puis la réussite par d'autres du test grâce à cet élément déterminant.
Et enfin pour poursuivre sur le message de Robert, il y a des choses certaines:
-comme décrit, la quasi certitude de la réelle différence des appareils, pour les justes raisons citées ("plein de raisons, dont les dispersions des composants, du process,..etc "),
-la question de leur audibilité a elle aussi des points certains:
Des éléments audibles peuvent ne pas être révélés par les ABX et les écoutes en aveugle, ça a été maintes fois montré en expérimentations et aussi sur le principe.
On a donc 4 cas possibles, et leur possibilités d'évaluation:
-appareils au rendu identique, au moins en théorie. Pour les raisons invoquées par Robert, cas théorique improbable, ne serait-ce que par la dispersion des composants, sans parler des différences de conception de circuit. Impossible de prouver l'identité de rendu.
-1°appareils au rendu différent, mais pas audible
-2°appareils différents, mais à rendus audibles identiques, ou indifférenciables. Aucun ABX ne réussira jamais, et une différenciation aux mesures sera difficile (ou impossible) à établir
-3° appareils au rendu différent, et accessible à la différenciation par l'écoute. Les ABX peuvent réussir, mais pas toujours. Les écoutes "normales" peuvent aussi faire apparaitre des différences, ou les faire ressentir, même en cas d'échec d'ABX (qui pourra réussir par la suite, ou non)
-4° appareils bien différenciables, ABX facilement réussis.

C'est évidemment le cas 3 qui pose le plus de soucis, et qui fait l'objet de vivres controverses sur certains de ses aspects.
Notamment parce que des audibles différences existantes échappent aux tests ABX.
La question que résoud un test ABX, c'est de faire passer des différenciations du cas 2 et 3 au cas 4.
Et malheureusement toute non réussite d'ABX ne permet pas de statuer sur l'existence formelle avérée de différences, mais ne suffit pas à déclarer qu'elles n'existent pas.
grand x
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 7401
Inscription: 28 Juin 2005 8:50
Localisation: Paris 12°

Message » 31 Aoû 2010 12:45

Nexus.6 a écrit:
corsario a écrit:Et on peut par exemple imaginer que sur des écoutes plus longues les effets de ces petites différences se cumulent et que ces petites différences additionnées les unes aux autres finissent par faire une vraie différence sur une ou deux heures d'écoute. Le fait qu'une différence soit petite sur 30 seconde, ne veut pas forcément dire qu'elle soit purement et simplement négligeable en général.


Je ne sais pas si ce "cumul" peut se faire. En effet, si l'on tient compte que la mémoire auditive est de quelques secondes, ce cumul ne peut se faire que sur cette période.

La mémoire auditive dont je parle (c'est pas de moi, c'est documenté sur le web), c'est elle qui intervient quand l'on perçoit aisément une différence en faisant un switch instantanné A/B alors que le même switch en permutant les cables, si il prend pusieurs secondes, brouille toutes les pistes.

Donc sur de longues périodes, je ne vois pas l'ensemble oreille+cerveau décortiquer plus finement le message sonore pour en extraire l'information recherchée (le 10kHz), mais plutot je le vois comme un système cherchant une référence pour s'en acoutumer (on peut apprecier un vieux poste à lampe en grandes ondes, un MP3 ou une chaine hifi), le fameux "rodage" des oreilles qui n'est pas celui des appareils testés.

D'ou le but d'éliminer le facteur mémoire dans les tests ABX en autorisant une plus grande rapidité de comparaison.

Ensuite, on peut se questionner pour savoir ce que vaut (en terme de cout) une différence qui s'estompe après quelques secondes. Mais cela est un autre débat.


Il me semble que cette mémoire courte est souvent évoquée à tort pour justifier le phénomène d'habituation des oreilles, qui créerait un phénomène faux de sensation de rodage: pour 2 raisons liées à chaque élément de cette proposition ( l'effet rodage serait faux, et du à un défaut de mémoire auditive):
la mémoire auditive peut effectivement comporter des aspects fugaces, non persistants, mais c'est oublier et masquer, volontairement ou non, toutes les autres mémoires qui montrent sans arrêt leurs remarquables performances.
Prendre pour prétexte la fugacité de la mémoire auditive pour annuler, discréditer toute "expertise" menée sur des durées inter écoutes de plusieurs secondes est un peu (beaucoup même) réducteur, et exclut les autres mémoires efficaces.
Certaines mémoires auditives ont des facultés qui s'étendent à des périodes qui peuvent se compter en jours, semaines, mois et années même.
Personnellement, je ne me considère nullement comme une "oreille d'or", ni comme ayant des facultés auditives particulièrement développées. Je me considère parfois même comme handicapé sur ce point face à quelques uns de mes visiteurs, caractérisant des écoutes en quelques minutes là où il m'a parfois fallu des semaines. J'ai néanmoins été capable de discerner à l'oreille seule qu'un ami violoniste avait changé de violon de concert depuis la dernière représentation datant de plusieurs mois.
Pareil pour l'exemple plusieurs fois cité par Haskil, du vieux pianiste dur de la feuille pour la conversation, qui a été capable d'affirmer avec justesse la transformation acoustique d'une salle qu'il avait pratiquée des mois (années?) auparavant. Transformation réfutée par le régisseur, mais qui s'est révélée exacte après examen, le dessous de la scène ayant été entre temps en partie comblé par des gravats.
Je peux témoigner aussi du fait que je reconnais à plusieurs mois d'intervalle des instruments proches, par exemple des hangs de Steve Shehan, percussionniste du Hadouk Trio. Je suis incapable de dire si celui qu'il utilise est celui accordé sur une gamme iranienne ou une gamme hongroise, mes connaissances musicales ne vont pas aussi loin. Mais je suis capable de reconnaitre s'il utilise un hang suisse, ou un modèle français, qu'il qualifie lui même de "diesel", même sans avoir entendu les références depuis plusieurs mois.
Ces reconnaissances auditives et leurs formidables capacités (de reconnaissance de timbre, de justesse de notes, d'accord,...) montrent que le temps long n'est absolument pas un facteur limitant pour la reconnaissance ou la différenciation sonore.
Il existe effectivement des mémoires différentes, dont une mémoire courte, mais la mémoire n'est pas que courte, comme aurait pu faire penser le propos de Nexus.

Ca, c'était une partie de la réfutation sur le rodage.
L'autre partie, c'est cette histoire d'habituation d'oreille, qui expliquerait par une accoutumance les différences ressenties.
Cet argument, qui est une possibilité à envisager, ne tient pas longtemps la route si on analyse clairement les différences sonores liées au rodage, et ne tient pas non plus quand, comme beaucoup, on est amené à faire fréquemment des rodages sur des appareils soit identiques, soit différents, et qu'en plus on a une caractérisation bien précise du manque de rodage sur certains appareils.
Cet effet "l'oreille s'habitue", et aussi comme on trouve parfois "le rodage n'est qu'un leurre des fabricants et vendeurs pour faire en sorte que les utilisateurs s'adaptent à des défauts des appareils" est une tarte à la crème qui ne résiste pas à un examen un peu sérieux.
Je ne dis pas que cet argument est parfois utilisé de manière peu correcte, voire malhonnête, par des vendeurs, je dis que cet argument servant à réfuter le phénomène du rodage ne tient pas, à mon avis et selon mes expériences et expérimentations, celles de nombreux constructeurs, vendeurs et utilisateurs.
Et je rajoute aussi que contrairement à ce que beaucoup essayent de faire croire, le phénomène du rodage gêne et complique beaucoup plus les pratiques des professionnels (fabricants, vendeurs, ...) qu'il ne leur enlève d'épines du pied ou leur sert de facile réponse à des problèmes délicats.
A tel point que certains fabricants et revendeurs préfèrent oublier, ou nier ces phénomènes, sur des appareils qui y sont sensibles (ce n'est pas le cas de tous les appareils, il y a aussi pour certaines fabrications des raisons objectives de ne pas tenir compte du rodage, puisqu'il est sans effets, ou mineur, ou très limité dans le temps)


Et enfin, concernant la mémoire auditive, je suis assez près des opinions de Corsario (l'effet cumul de différences quasi insensibles individuellement, à la fois en quantité sur un même critère, mais aussi en multiplication s'il s'agit de différences infimes concernant des critères très variés).
Dernière édition par grand x le 31 Aoû 2010 15:41, édité 3 fois.
grand x
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 7401
Inscription: 28 Juin 2005 8:50
Localisation: Paris 12°

Message » 31 Aoû 2010 15:04

Pareil pour l'exemple plusieurs fois cité par Haskil, du vieux pianiste dur de la feuille pour la conversation, qui a été capable d'affirmer avec justesse la transformation acoustique d'une salle qu'il avait pratiquée des mois (années?) auparavant. Transformation réfutée pâr le régisseur, mais qui s'est révélée exacte après examen, le dessous de la scène ayant été entre temps en partir comblé par des gravats.


Vladimir Horowitz a affirmé que l'acoustique de Carneggie Hall avait été changée : la salle ayant été refaite à l'identique, on lui a rétorqué que c'était impossible. Et l'on s'est même foutu de lui : avant de lui faire les plus plates excuses quand on s'est rendu compte que tout l'espace sous la scène avait été bourré de sacs de gravats par une entreprise indélicate... Pour lui, le retour du son était différent, la salle sonnait moins...
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 31 Aoû 2010 15:25

grand x a écrit:Il existe effectivement des mémoires différentes, dont une mémoire courte, mais la mémoire n'est pas que courte, comme aurait pu faire penser le propos de Nexus.

Pour faire court afin de ne pas diluer les faits dans les mots :
- sur un signal à 1kHz, je discerne une variation de 0.1dB ou de 10Hz si le changement se fait avec un blanc inférieur à 1s.
- sur un signal à 1kHz, je discerne une variation supérieure à 2dB ou à 30Hz si le changement se fait avec un blanc de 10s.
- sur un signal à 1kHz, je discerne une distorsion de 0.3% à l'oreille (pas terrible). Je ne discerne pas ce taux de distorsion sur un signal carré ou en dent de scie bien plus riche en harmonique (le sinus est, n'en déplaisse à certain, un test TRES discriminant pour la distorsion)
(test menés il y a 10 ans. ca doit être pire aujourd'hui)

Si l'on ajoute que pour le commun des mortels qui n'a pas l'oreille absolue (9999/10000 personnes), un son parait baisser en fréquence quand on en augmente son intensité sonore, la perception absolue sur un signal aussi "simple" qu'un sinus ou qu'un dégradé harmonique régulier (signal carré, dent de scie ou triangulaire) montre les limites de l'oreille sur les variation discernables.

Hors en test ABX, une différence, c'est une différence de niveau soit sur l'ensemble du spectre, soit sur une partie du spectre (hormis les ampli menés en saturation) (cela entraine variation du timbre, voir perception d'une brillance différente, par exemple en attenuant les fréquence basses d'un spectre, l'oreille perçois une montée de la hauteur qui est liée au barycentre du spectre). L'instrument de mesure saura mesurer bien mieux que 0.1dB si on s'en donne la peine. J'ai des doutes sur mon oreille.

Differencier une voix d'une autre, un instrument d'un autre, rien a voir avec le test ABX, il y a bien plus de changements qu'une variation de niveau, même l'enregistrement est différent. Si l'on sait quoi écouter, on entend. Je différencie Kass de Nougaro, voire, je différencie Nougaro entre deux chansons. D'autre font évidemment beaucoup mieux.

Mais pour un niveau d'une harmonique, c'est une autre histoire. Hors en test ABX, on utilise normalement le même enregistrement et on essaye de voir la différence sur deux appareils qui doivent modifier très légèrement le signal par-ci par-là...

Pour la mémoire auditive associée aux tests ABX, perso, je suis comme pour poisson rouge.

Pfff... finalement c'est pas court.
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3249
Inscription: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 31 Aoû 2010 15:35

Merci pour ton post Nexus.6, très intéressant et très pertinent.
SpySNL
 
Messages: 107
Inscription: 05 Aoû 2010 8:51
  • offline

Message » 31 Aoû 2010 15:38

Très intéressantes remarques. :D

Si l'on sait quoi écouter, on entend

Il y a beaucoup de choses dans ces quelques mots, dont une des raisons possibles de l'échec des ABX là où les écoutes normales me semblent porter un peu plus de résultats (mais moins fiables).
Le problème de l'identification de la différence, indispensable en ABX, pas en écoutes normales, avec en plus la possibilité en écoutes normales de caractériser un rendu, chose complètement hors de propos en ABX, où l'on ne peut que décrire la différence identifiée (en général mono critère) qui a permis de réussir un test.

Ces points évoqués (la prépondérance de la différence de niveau sur les points de réussite des ABX) sont-ils partagés par ceux qui ont réussi ces ABX?
Peut-on ramener le point de reconnaissance qui permet la réussite des ABX à ce seul critère ? (c'est une vraie question aux "vainqueurs" des ABX, pour en avancer l'étude).

Pour les écoutes "normales"; les points de caractérisation sont bien éloignés de ce critère de niveau, pour ma part en tout cas.
Y a t-il moyen de trouver une convergence, en permettant l'accès des ABX à d'autres critères que le niveau, si on cherche à élargir le champ d'application et de réussite des ABX ?
grand x
Pro-Commercant
Pro-Commercant
 
Messages: 7401
Inscription: 28 Juin 2005 8:50
Localisation: Paris 12°

Message » 31 Aoû 2010 15:46

grand x a écrit:....
Ca, c'était une partie de la réfutation sur le rodage.
.....
Et je rajoute aussi que contrairement à ce que beaucoup essayent de faire croire, le phénomène du rodage gêne et complique beaucoup plus les pratiques des professionnels (fabricants, vendeurs, ...) qu'il ne leur enlève d'épines du pied.
A tel point que certains fabricants et revendeurs préfèrent oublier, ou nier ces phénomènes, sur des appareils qui y sont sensibles (ce n'est pas le cas de tous les appareils, il y a aussi pour certaines fabrications des raisons objectives de ne pas tenir compte du rodage, puisqu'il est sans effets, ou mineur, ou très limité dans le temps)
....

Raison de plus pour creuser le phénomène et essayer d'y voir un peu plus clair .
Ce sujet fait l'objet de polémiques alors qu'il devrait être vérifiable .
Au gré des forums , j'ai pu constater que pour beaucoup de personnes, l'effet du rôdage est très net et indiscutablement audible ,et même assez facilement .
Ce qui en principe devrait conduire à de nombreux ABX réussis sur ce thème .
Le protocole pourrait être le suivant :
Soient 2 appareils neufs , indentiques (aux dispersions de fab près)
Premier test en ABX pour voir si on peut les distinguer l'un de l'autre
Si non, on en rôde un des deux , puis on fait à nouveau un test ABX pour voir si cette fois on sait les distinguer
Je ne sais même pas si ce genre d'essai a déjà été fait .
Le rôdage me pose problème pour une raison simple : si sur les HP , on sait montrer et mesurer dans les premières heures de fonctionnement une réduction et une homogénéisation de la raideur de la suspension périphéphérique et des spiders , ce qui modifie un peu la Fs et l'amortissement, il n'y a aucun phénomène connu qui expliquerait un quelconque process de rôdage sur de l'électronique ou sur des câbles . (par ex.)
On connait bien ceux qui sont mis en jeu lors du déverminage (burn in) ,ceux qui le sont dans le vieillisement et l'usure des composants , ceux qui conduisent à des pannes aléatoires , mais aucun qui corresponde à un quelconque rôdage .
Edit : mais ,conscient de mes lacunes, je souhaite apprendre :lol:
Robert
...la raison est une frêle chandelle... pour nous éclairer dans le monde actuel où les charlatans sont légion qui nous susurrent sans cesse à l'oreille: "Souffle cette chandelle, tu y verras bien mieux"
(H. Broch)
Avatar de l’utilisateur
Robert64
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4152
Inscription: 12 Sep 2006 15:40
Localisation: Sud Ouest
  • online

Message » 31 Aoû 2010 15:51

Oui, cela parait très restrictif de ne ramener cela qu'au niveau.

Mais si le niveau dépends de la fréquence, c'est non linéaire en fréquence.

La distorsion harmonique, c'est une augmentation du niveau des harmoniques supérieure à l'augmentation du niveau du fondamental.

La distorsion d'intermodulation, c'est quand un signal apparait alors qu'il n'était pas là avant (sa fréquence vaut n.f1+/-m.f2 ou f1 et f2 sont deux signaux déjà présents).

Ces trois distorsion déjà, les plus probables et pas forcément les plus simples à déceler, on peut les évaluer seulement en mesurant le niveau de chaque composante. Une composante change d'amplitude ou apparait. A la mesure, c'est un jeu d'enfant. A l'oreille...

Il n'existe pas, à ma connaissance, de distorsion introduisant une variation de fréquence (l'effet dopler est très faible si l'enceinte et l'auditeur restent sur place).

La distorsion de phase? Plutot décelable sur une enceinte multivoie ou une source. Et encore, il n'est pas établi que l'oreille évalue la phase en dehors du déphasage entre oreilles (oreintation spatiale)

Certains reviewers entendent une distorsion temporelle, le rythme du signal de sortie change (le fameux sens du rythme du lecteur CD ou de l'électronique). Bon, là, je capitule.
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3249
Inscription: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 31 Aoû 2010 15:58

Combien de facteurs non mesurables sont audibles alors que tant de facteurs aisément mesurables sont sous le seuil d'audibilité?
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3249
Inscription: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 31 Aoû 2010 16:13

Robert, pour le rodage le plus simple est quand même d'enregistrer ce qui sort d'un appareil neuf, puis ce qui en sort 6 mois après, et de comparer les deux instantanément. Très facile pour toute l'électronique/câblerie de niveau ligne, sur laquelle la problématique est "pointue" (on est tous d'accord qu'un HP se rode). En dehors de ça, il est déjà assez compliqué d'organiser un ABX "physique", alors deux ABX à plusieurs jours/semaines/mois d'intervalle mettant en jeu deux appareils identiques au départ dont un qui sera resté dans un carton, les mêmes participants, le même système d'écoute, etc.... je doute beaucoup que ce puisse être concluant.
Denis31
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 4501
Inscription: 16 Sep 2005 9:50
Localisation: Toulouse



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message