Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: alexrs4 et 6 invités

Les amplificateurs de puissance : blocs mono et 2 canaux

CHOISIR SON AMPLI HIFI

Message » 08 Avr 2018 10:18

Oui mais tu resteras incapable de savoir , même sur tous ces critères, comment ça marcher à la fin. Ces mesures en outre sont faite sur des charges non complexe comme une enceinte ou un HP au moins.
J'ai fait un stage, il y longtemps il est vrai, dans une usine qui fabrique des électroniques. Le comportement à la mesure d'un ampli change du tout au tout quand tu mesures avec un générateur en chargeant sur une résistance de 8 Ohm et quand tu injectes un signal musical et que tu charges par une enceintes ; et là je peux te dire que les distos montent à plusieurs %... c'est comme les consos normalisées des voitures qui sont très différentes selon que tu roules en ville, ou que tu conduis en mode sportif.
Les mesures c'est un argument commercial inventé dans les années 70 pour simplifier le discours des vendeurs.
Après de bons composants, une conception intelligente, une ingénierie de pointe, de l'expérience sont bien sur des critères minima.
Le percheron
 
Messages: 2824
Inscription Forum: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline

Annonce

Message par Google » 08 Avr 2018 10:18

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 08 Avr 2018 10:21

Le percheron
 
Messages: 2824
Inscription Forum: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline

Message » 08 Avr 2018 10:32

Ok, réponse sérieuse, je vais simplement lire les tests disponibles sur internet qui suivent un protocole de test solide.

(ca aide d'avoir un rédacteur en chef mathématicien, musicien, fait le conservatoir, et ingénieur du son en plus...)
Protocole de test


Genre ici, on voit clairement que le Marantz est meilleur que le JBL / HK et le Yam

HK/JBL
Marantz
Yam AS-201

Edit : liens
Pierrebxl
 
Messages: 1607
Inscription Forum: 23 Nov 2017 23:21
Localisation: Bruxelles
  • online

Message » 08 Avr 2018 11:20

@ LE PERCHERON
Tout se mesure, c'est de l'électronique... Ne penses tu pas que si d'éventuelles différences existaient, elles seraient mesurées et que ces nouvelles mesures auraient été baptisées au côté des indications techniques de mesures que reprennent les ingénieurs qui ont ... eux même conçus et mesurés ces électroniques ?
Seraient-ils idiots au point d'oublier un critère ? :o

Faut etre sérieux 5 minutes, il n'y a pas d'effet non mesurable, ce serait une insulte à toute la communauté d'ingénieurs en electronique de la planete, tu devrais peut etre leurs expliquer :D

Penses tu qu'avant de sonoriser un studio ou le stade de france, il y a une réunion d'ingénieur pour faire des écoutes ABX entre amplis ? :D
Dernière édition par indien29 le 08 Avr 2018 11:33, édité 2 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 7851
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

COMMENT CHOISIR SON AMPLI EN HIFI (ET AILLEURS)

Message » 08 Avr 2018 11:28

En étant cartésien et moins dans le débat passion, pour choisir son ampli, il suffit selon moi, d'analyser ses caractéristiques pour le choisir, c'est ce qui est fait dans le domaine pro semble-t-il.

Il faut définir le besoin :

- Quelle puissance compte tenu de la charge à supporter par l'amplificateur (impédance et puissance demandés par les bobines des HP qui seront connectés). La charge maximale est multiplié par 2 pour des questions de tolérance (distortion) et de fiabilité.

- Puis viennent les critères qualitatifs qui dépendrons du silence de la salle au repos (un studio est très silencieux et si une grande dynamique est requise, le rapport signal-bruit est donc regardé de très près.)
Si la salle est un salon avec un Bruit de fond élevé au delà de 40dB, inutile d'avoir un super SN (signal bruit), il sera toujours en dessous du RN (bruit de fond de salle).

Extrait de Wiki sur le rapport signal-bruit :
le rapport signal-bruit est un terme utilisé en ingénierie, en traitement du signal ou en théorie de l’information pour désigner le rapport entre la grandeur d’un signal (information utile, significative) et celle du bruit (information inutile, non significative). Comme de nombreux signaux ont une échelle dynamique élevée, les rapports signal-bruit sont souvent exprimés en décibels. Le rapport signal sur bruit désigne la qualité d’une transmission d’information par rapport aux parasites. On définit ainsi la qualité d’un amplificateur, quel que soit son type et la catégorie de signaux qu’il traite. Plus le rapport est élevé, moins l’appareil dénature le signal d’origine.


Le choix du gain interne est observé car c'est un moyen d'améliorer encore le rapport signal-bruit

- Puis l'[b]analyse des distorsions globales[/b] sont effectuées... et la sélection faite en fonction des distortions que l'on juge acceptable ou pas.

- La réponse en fréquence ne doit pas varier de trop si l'ampli est de qualité, si un système d'égalisation est installé, ce critère n'en sera pas un.

Donc, voila, pas de magie, que des critères à lire, c'est juste de l'electronique.
Dernière édition par indien29 le 08 Avr 2018 11:39, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 7851
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 08 Avr 2018 11:39

Salut Indien,
quelles seraient selon toi les valeurs minimales à respecter pour l'ensemble des critères exposés ? (hormis la puissance évidemment)
HS on je suis allé poser ma question d'alimentation dans la section DIY c'est plus approprié :wink: HS off
Dernière édition par guyniol le 08 Avr 2018 12:36, édité 1 fois.
guyniol
 
Messages: 2980
Inscription Forum: 26 Fév 2015 20:31
Localisation: Le Mans
  • offline

Message » 08 Avr 2018 11:44

Perso je m'en fiche c'est pas moi qui cherche sans fin... mais si un ampli de sono du stade France c'est ce qu'il faut pourquoi acheter autre chose ?
Le percheron
 
Messages: 2824
Inscription Forum: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline

Message » 08 Avr 2018 12:14

Faut etre sérieux 5 minutes, il n'y a pas d'effet non mesurable, ce serait une insulte à toute la communauté d'ingénieurs en electronique de la planete, tu devrais peut etre leurs expliquer :D


Disons que quand c'est eux mêmes qui te disent que c'est plus complexe que les mesures de base tu as tendance à les croire... et oui tous ne font pas partie de l'étroite communauté des dix pasteurs du Forum.
Le percheron
 
Messages: 2824
Inscription Forum: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline

les mesures cela existe encore

Message » 08 Avr 2018 12:30

Pierrebxl a écrit:Ok, réponse sérieuse, je vais simplement lire les tests disponibles sur internet qui suivent un protocole de test solide.

(ca aide d'avoir un rédacteur en chef mathématicien, musicien, fait le conservatoir, et ingénieur du son en plus...)
Protocole de test


Genre ici, on voit clairement que le Marantz est meilleur que le JBL / HK et le Yam

HK/JBL
Marantz
Yam AS-201

Edit : liens


Bravo Pierrebx pour tes liens exemplaires :thks:

Des mesures sérieuses, et pas de considérations sirupeuses sur "le fruité du haut médium" :lol:

Effectivement le Marantz est le meilleur appareil testé avec 10 à 20 dB de mieux en bruit de fond que ses concurrents :o

Le JBL /HK a un écart de 2 dB dans sa courbe de réponse, et ça c'est audible en test aveugle !

Et Super ! l'équipe de mesure des Numériques :love:

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
4.3 Local d'écoute traité 130 m3 + QSC Q-SYS Core 110f +4 NS-1000x +4 subs SVS by Ohl
general-haute-fidelite/sys-igor-kirkwood-by-ohl-q-sys-core110f-4-subs-ns1000x-t30094413.html
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9266
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 08 Avr 2018 12:49

un lien pour relancer le débat (ou F....e la m...e :oops: )
http://www.lavardin.com/telecomF.html
en lien avec le post "rodage" allez voir la Faq ce qu'en pensent les concepteurs de Lavardin
guyniol
 
Messages: 2980
Inscription Forum: 26 Fév 2015 20:31
Localisation: Le Mans
  • offline

Message » 08 Avr 2018 12:50

guyniol a écrit:Salut Indien,
quelles seraient selon toi les valeurs minimales à respecter pour l'ensemble des critères exposés ?
HS on je suis allé poser ma question d'alimentation dans la section DIY c'est plus approprié :wink: HS off


Je pense que le critère de la puissance est souvent sous-estimé, la distortion vient prioritairement du sous dimensionnement de l'ampli, jamais assez puissant pour conserver la THD initiale, surtout si les HP sont gros (grosses bobines et forte demande en puissance possible) et qu'ils sont nombreux (impédance de l'enceinte)
Meme à fort niveau, l'ampli ne doit etre limite en pic de demande.

Sur le rapport SN / RN, comme ce n'est jamais pris en compte (comme pour le choix des DAC et de la dynamique possible de fichier DSD inexploitable), ceux qui utilisent des amplis à tres bon rapport signal bruit n'en on pas besoin car un salon est trop bruyant pour que ce critère soit exploité.

Si les critères correspondent à la demande, beaucoup d'ampli sde marques sérieuses font l'affaire
Pour le RQP, il y a des offres excellentes en HiFi, et en Sono / Studio, je pense aux tAmp et à tout ceux qui offrent les bons critères pour un prix bas comme les FDA et autre (sans doute suffisant dans un salon et une petite install. si EQ possible)

La réponse en fréquence (comment sonne l'ampli) dépends du fait que ce soit égalisé ou pas, de toute façon, comme il n'y a pas de courbe cible définie en HiFi (contrairement au HC ou des règles sont à respectées car elles le sont des le mix) chacun fait ce qu'il veut, choix d'un son chaud ou pas, plus d'infra ou de grave, son concert (+ 10dB au point d'écoute entre 40 et 60Hz) etc... chacun adapte avec EQ.

Si mono ampli donc, petites enceintes, petit ampli, grosses enceintes, très gros ampli !
Il y a un vrai problème si les enceintes sont grosses (faut de la puissance si on veut écouter fort) et si en plus la pièce est silencieuse (SN faible), la qualité doit etre au rendez vous car, meme dans les pics de demande pour le grave, la disto ne doit pas apparaitre, ce serait audible dans les fréquences sensibles de l'oreille (400 - 4000 Hz)

Le choix d'un système multi amp permet d'adapter les critères de l'ampli en fonction des transducteurs, avec une chambre de compression le SN doit etre supérieur de part le rendement de la compression (souvent entre 105 et 115dB pour 1 watt, ça souffle plus que lorsque la section médium/aigu de l'enceinte ne fait que 90dB.)
Le gain d'entrée de l'ampli doit donc être réglable, les bonnes valeurs étant entre 22 et 26dB.

Le SN est aussi grandement améliorable par ce critère, un studio très silencieux, même sur des HP avec à peine plus de 90dB à un gain réduit, avec souvent un gain interne entre 26 et 22 pour que le souffle soit inaudible car leur RN (bruit de fond de pièce) est bas souvent sous les 20dB... Ca permet de grosses dynamiques, normal, lorsque l'on prépare le fichier musical, il faut que la premiere écoute soit au moins équivalente à la meilleure des install capable de le reproduire.

Si l'idée est d'alimenter des SUB, faut évidement tout de suite beaucoup de puissance et plus encore, class D suffisante, THD n'est plus un sujet et gain interne fort (souvent 32 pour un ampli HiFi)

Faut un max de réserve de puissance que les petits amplis ne sauront délivrer sur les pics.
Un système qui fonctionne, c'est d'abord avec beaucoup de Watts de réserve, la norme c'est X2 au régime de SPL de croisière, pas le truc à la limite du clip.

Un FDA pour une petit système et quelques Watts, oui ! Si dans l'enceinte il y à une bobine de 3" sur un HP de grave (ou 2x2") et que le niveau SPL monte, faut déjà 200 Watts AES mini... Ce n'est jamais respecté.

C'est le principale problème d'une enceinte passive si mono amplification, ça pose immédiatement de problème du rendement car à cause de la conso des bobines de grave, l'ampli écrete assez vite et ça se ressent sur les voies médiums et aigues, dans les fréquences sensibles à l'oreille.

Quand l'ampli ne délivre pas le courant (réel) voulu et avec les tolérences de puissance, ça peu donner l'effet de sonner mou, le grave pas "tendu" comme on peut lire parfois.
Une belle install mono ampli, capable d'un peu de niveau SPL et de dynamique, pour que ça marche, faut un max de puissance, ça marche merveilleusement bien dans ces conditions.

C'est au moins l'avantage de la bi amplification, un gros ampli qui étale les pics de puissances des gros HP / grosses bobines, même s'il écrête un peu, ce ne sera pas très audible... puis un autre à THD faible, qui tourne à 20% de ça ressource pour s'occuper des fréquences sensibles à l'oreille. :D
Dernière édition par indien29 le 09 Avr 2018 14:10, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 7851
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 08 Avr 2018 13:47

Igor Kirkwood a écrit:Le JBL /HK a un écart de 2 dB dans sa courbe de réponse, et ça c'est audible en test aveugle !


Bonjour Igor,
Il doit y avoir erreur. Dans le lien donné par Pierrebxl pour le HK AVR 171 S, sur la courbe noire, je lis 0.1 dB à 20000 hz, et plat partout ailleurs.

L'échelle du graphique est de DIX graduations pour UN décibel ! Sur les graphiques de Ohl, une graduation fait 3 dB, c'est trente fois plus aplati. Et quand on mesure nous-mêmes avec REW, c'est soit 5, soit 10 dB par graduation.

Si on s'amuse à écouter à la puissance maximale, alors la courbe bleue indique une remontée de 0.1 dB dans l'aigu, une chute de 0.2 dB à 40 Hz, et un pic de 1 dB à 20 Hz.

Seul le pic de 1 dB à 20 Hz pourrait être audible, et encore... Déjà, il faut avoir du 20 Hz égalisé au dB près. Même ton installation ne le permet pas : sur les meusres que tu as publiées, entre 21 et 24 Hz (là où la courbe est la meilleure), le sub de droite oscille autour de -3 dB, et celui de gauche est à -6 dB.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 7823
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 08 Avr 2018 15:03

Percheron : les mesures ne doivent effectivement pas être faites sur des fréquences pures ni des résistances pures mais bien sur impédance et signaux complexes. Mais cela donne déjà une "tendance" et bien évidemment, cela n'empêche de vérifier à l'écoute que tout est ok avec la cible produit visée. Je te mets au défi de trouver un ampli catastrophique sur tous les critères que j'ai cité "bon" à l'écoute.
Yoann44
 
Messages: 1111
Inscription Forum: 02 Fév 2004 20:55
  • offline

Message » 08 Avr 2018 16:24

Catastrophiques non, mais pas nécessairement mieux à mesures égales.
Indien, ton laïus c'est du délire.
Le percheron
 
Messages: 2824
Inscription Forum: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline

Message » 08 Avr 2018 16:37

A propos des amplis. Bob Cordell. interview

Q : En termes simples, qu’ont montré vos recherches menées dans les années 70 ?

R : J’ai fourni un gros travail en étudiant les mécanismes de distorsion dans amplificateurs de puissance et des méthodes de mesure. La TIM était une construction intellectuelle astucieuse et un mot en vogue sur-utilisé pour définir la distorsion haute fréquence issue d’un ampli dont le slew-rate est inadéquat. Son inventeur a mal interprété les équations mathématiques et a écrit un certain nombre de publications affirmant que la TIM était due à un trop fort taux de contre-réaction négative. Et a émergé ce fameux mythe que les ampli à faible taux ou sans contre réaction étaient supérieurs. Pas tant que ça, mais c’est toujours dans l’air… Même un test spécial a été développé, mais il se trouve que la distorsion harmonique à 20 kHz et la TIM sont étroitement liés. Tout amplificateur ayant un faible taux de distorsion harmonique à pleine puissance à 20 kHz (disons moins de 0.02%) n’as pour ainsi dire pas de TIM, qu’il utilise de la contre réaction négative ou pas. Malheureusement, beaucoup d’autres mécanismes peuvent produire de la distorsion de ce type, comme les distorsion de commutation dans les étages de sortie.

Q : Sans donner la réponse classique du maillon faible, quel est l’importance de l’amplificateur en tant que composant.

R : Il est très important, mais très loin derrière celle de l’enceinte acoustique. Son travail est très simple. Il doit multiplier une tension d’entrée d’un facteur environ 20 et délivrer une réplique parfaite du signal au haut-parleurs, indépendamment de l’impédance de l’enceinte attachée. Ça n’est pas le travail de l’ampli de modifier ou d' »améliorer » le son de quelque manière que ce soit. La règle du jeu est la véracité combinée avec puissance et absence d’effets secondaires.

Q : Quelle est l’importance de l’alimentation dans un amplificateur de puissance ?
R : Le rôle de l’alimentation est de convertir la tension alternative du secteur vers la tension continue nécessaire à l’amplificateur.Il est particulièrement très important qu’une réserve adéquate soit disponible pour ces fortes demandes en courant à fournir aux haut-parleurs qu’impose l’aspect impulsionnel de la musique. La plupart des alimentations ne sont pas régulées, donc leur tension va fluctuer d’un certain montant en relation avec la demande en courant de l’étage de sortie. De plus, la sortie peut contenir des résidus d’ondulation résultat de l’étape de redressement. C’est le travail des gros condensateurs de minimiser ces ondulations et de fournir une bonne capacité impulsionnelle en courant. Plus les condensateurs sont gros, mieux c’est.Les amplificateurs bien conçus sont assez insensibles aux ondulations sur l’alimentation et les fluctuations de tension, sauf dans le cas ou l’amplificateur commence à saturer ou ces imperfections vont jouer au premier plan, vu que cela correspond à la tension maximale disponible avant clipping. Les alimentations avec une forte ondulation vont tendre à faire moins bien sonner lorsque l’ampli clippe, vu que la puissance maximale va avoir tendance à être modulée par le 120 Hz du secteur (du au 60 Hz du secteur aux US, NDLT). Les alimentations avec des gros transformateurs et condensateurs aident à ce que l’ampli sonne mieux. Dit plus simplement, l’alimentation est importante à partir du moment ou elle est sous-dimensionnée.

Q:Si les condensateurs tendent à agir comme des réservoirs d’énergie pour l’ampli, est-ce que les câbles secteurs, les multiprises, lignes dédiées or les conditionneur secteur vont réellement avoir une action vu qu’il sont avant les condensateurs. Y a-t-il de la science derrière tout ça ?
R: L’ampli consomme quasiment toute sa puissance du secteur seulement durant la petite durée en haut et bas de la sinusoïde lorsque les diodes conduisent, ce qui correspond peut-être à 10% du temps total de cycle. Un ampli fournissant en moyenne 200 watts sur un secteur de 120V, ou environ 1.7A en moyenne, va en réalité tirer ce courant dans une « salve » de 0.8ms d’environ 11.8A deux fois par cycle. Ceci veut dire qu’il faut que la résistance TOTALE de l’installation secteur doit être faible, pas seulement un cordon de 1.8 mètre. Il n’est pas inhabituel de voir dans une maison câblée avec du 2.08mm² de voir une résistance d’un ohm au niveau de la prise. Essayez vous même et branchez un sèche-cheveux et mesurez de combien la tension secteur va baisser sur cette charge de 10A. Donc, lorsque votre ampli demande 12A à une tension nominale de 120V sur une impédance de 1 ohm, vous aurez une chute de tension de 12V au pic de courant, soit 10% du secteur. Comme la puissance augmente comme le carré de la tension, la puissance crête disponible va chuter de 20% comparé à la ligne secteur parfaite de 120V. Cela n’est pas très rassurant [Attention ici aux faux ami « This sounds bad » n’est pas à prendre au pied de la lettre, c’est une expression toute faite], mais le traitement le plus simple est d’utiliser un ampli un peu plus gros au départ. Un meilleur câblage de la maison, et peut-être une ligne dédiée câblée en 5.26mm² avec un disjoncteur 20A va aider beaucoup (bien plus qu’un câble gonflé de 1.8m à 100$ du magasin). Si l’alimentation est bien conçue, les cordons fantaisie, les prises et les conditionneur secteur ne devraient pas avoir beaucoup d’impact. Dépensez 2.5$ dans une prise à Home Depot plutôt que dans une à 49c, pour qu’elle soit bien construite avec des connections fiables. Se débarrasser des bruits, transitoires ou parasites est le travail du conditionneur secteur, pas du câble hors de prix. Dépensez 50$ dans une bonne multiprise avec un filtre EMI pour protéger votre équipement, et vous aurez la majorité des améliorations dont vous avez besoin. Il est assez drôle de tout ces trucs fantaisie soient associés avec des engins audio haut de gamme, alors que l’on peut prétendre que c’est le matériel de masse le moins bien conçu, pas cher qui en a besoin le plus. Il semblerait qu’il n’y a que de la pseudoscience derrière le marketing des cordons secteur. L’argumentation pour les boutiques de câble secteur est de très loin plus fragile que celle de la boutique de câble de haut-parleur, même si cette dernière est à la limite dans certains cas.

Q: Est-ce vrai pour les alimentations de tous les éléments ?

R : Si ces mise à niveau valent le coup sur tout appareil ? Si l’alimentation de l’appareil n’est pas bien conçue, les mises à jour de valent le coup. Par exemple, les alimentations dans les préamplis ou les lecteurs CD nécessitent d’être bien régulées et silencieuses. Bien sur, si vous payez 500$ ou plus pour un préampli, il devrait sacrément avoir une bonne alimentation. Les demandes en courant dans ce style d’appareil sont très faibles et ca ne coute pas cher de faire une très bonne alimentation dans l’unité. Les mises à jour des alimentations sont le plus à même de faire la différence dans les appareils de masse bon marché ou chaque centime est compressé (ou dans le haut de gamme ou le designer n’y connait pas grand chose en alimentations).

Q : quelqu’un récemment a dit que si il n’est pas amené au clipping, tous les amplis à transistor (solid state) sonnent de la même manière. Est-ce le cas ?

R : No, parce qu’ils ont tous un comportement différent. Néanmoins, les amplificateurs à transistor bien conçus, travaillant loin du clipping, sans mauvais comportement et qui ont un fort facteur d’amortissement sur la band passante, tendent à avoir le même son. Notez que certains amplis à transistor très chers n’atteignent pas ce niveau de critère, quelque fois conséquence de décisions de conception dans le but « d’améliorer » le son. Un ampli à transistor sans contre-réaction très cher peut sonner différemment parce qu’il a un faible facteur d’amortissement, ce qui en retours va causer des colorations lorsque l’impédance du haut-parleur va varier. Certaines personnes considèrent ces colorations comme « meilleures », mais c’est pour le moins un écart à l’exactitude. Différents amplis à transistor vont souvent sonner différemment lorsqu’ils sont amenés à clipper (ce qui arrive plus souvent qu’on ne le pense). Certains amplis clippent d’une manière plus élégante que d’autres. La même chose s’applique aux amplis qui ont des circuits de protection. Certains amplis des années 70 ont des circuits de protection qui peuvent créer des pics violents lorsqu’ils se mettent en route. Une légende urbaine a fait qu’ils ont été quelque fois appelés « les tueurs de tweeters ». Finalement, certains amplificateurs (souvent haut de gamme) sont conçus avec des marges de stabilité inadéquates lorsqu’ils attaquent des charges capacitives, comme certains câbles haut-parleur de certaines boutiques. Par exemple, la stabilité a été sacrifiée dans une tentative erronée de les rendre en quelque sorte plus transparent aux hautes fréquences. Ceux-ci vont certainement sonner différemment s’ils se mettent à osciller de temps en temps.

Q : D’un autre coté, qu’est ce qui fait qu’un ampli sonne bien ?

R : Absence de tout mauvais comportement et clipping « élégant », beaucoup de puissance, gosse capacité en courant, circuit de protection bien étudiés ou absents, absence de colorations (réponse en fréquence plate sur des vraies charges complexes) et stabilité sur charge capacitive. D’autres options pour avoir un bon son incluent une bonne réserve au niveau de l’alimentation, une bonne ligne secteur et une contre-réaction très stable. Tout ceci est atteignable avec une solide ingénierie de conception, avec une attention au détail, mais en absence de magie noire. Certains de ces aspects coutent de l’argent, comme une bonne alimentation, des larges radiateurs qui permettent aux transistors d’être bien polarisés et de fonctionner à une température raisonnable. Plus de transistor en sortie coute plus cher, mais réduisent la nécessité de circuits de protection intrusifs. JE préfère de loin les étages de sortie MOS FET aux bipolaires, et leur cout continue de baisser. Malheureusement, certains concepteurs en ont peur et d’autre ne savent pas comment les utiliser au mieux. Beaucoup de conceptions d’ampli MOS FET aiment être utilisés à des points de fonctionnement plus élevés par rapport aux bipolaires, et cela augment le cout en refroidisseurs.

Q : Est-ce que les préamplis ont plus d’impact sur le son que les amplis ?

R : Seulement si ils sont vraiment mauvais, peut-être, si ils incorporent délibérément des technologies qui colorent le son. L’utilisation de potentiomètres très précis est importante pour la balance et l’image [Je suppose qu’il parle de l’appariement dans ce contexte NDLT]. Les préamplis qui incluent du calcul numérique sont une possibilité (de dégradation) si les circuits A/D D/A ne sont pas de très haute qualité. Les préamplis qui utilisent des circuits à gain contrôlé en tension de piètre qualité à la place de potentiomètre de haute qualité peuvent aussi introduire des dégradations. Des potentiomètres de qualité sont un must pour un bon préampli.

Q : Est-ce que la manie des ampli op dans les milieux audio sont valides
[Je suppose qu’il parle ici de la mauvaise image de ces composants]
R : Non. Les AOP ont eu leur mauvaise réputation dans les années 70, lorsque des AOP généralistes de bas prix ont été utilisé dans du matériel audio. Depuis, ils ont fait beaucoup de chemin. Les AOP audio de qualité, coutant entre 2 et 5$ (quelquefois moins) sont superbes et généralement bien meilleurs que quiconque ne ferait avec des composants discrets. Bien sur, il y a toujours des concepteurs mal conseillés ou incompétents qui vont mal les utiliser.

Q : Si l’on regarde les caractéristiques d’un amplificateur de base, que doit-on regarder en priorité ?

R : les caractéristiques sont en ben des aspects sans intérêt. Si quelqu’un annonce, selon le standard de la FCT, une THD de moins 0.02% à 20 kHz à fond, l’ampli sera plus enclin à être bon, mais ca n’est pas nécessaire, ou même suffisant. Selon la nature de la distorsion et des mauvais comportements, un ampli avec 0.1% de THD peut très bien sonner, et un autre à 0.02% très mal lorsqu’il commence à clipper. Je ne dis pas qu’il faut jeter les caractéristiques, mais elles ne disent pas tout en général. Oubliez les spécifications techniques dans le cas des « amplis de boutique » [sous entendu audiophile].

Q : Sans aller jusqu’à voir comment la puissance est mesurée, de combien en a t’on besoin en réalité ?
R : Bien plus que vous pouvez penser. Si vous être vraiment sérieux à propos de haut qualité en audio, votre ampli ne doit jamais, jamais écrêter. En réalité, les amplis clippent plus souvent qu’on pense, spécialement sur de bons enregistrements à grande dynamique, tout particulièrement sur des enceintes du milieu des années 80. Mon ampli de 250W a de temps en temps son indicateur de clipping qui s’allume (tout ampli devrait en avoir un !) lorsqu’il attaque les Morel M3 sur de la musique bien enregistrée à un niveau réaliste, mais certainement pas pénible. Rappelez-vous, le rapport puissance crête/puissance moyenne de la musique bien enregistrée est grand. Le niveau moyen est celui qui tend à nous faire sortir de la salle, alors le niveau crête est celui qui impressionne par une dynamique sans effort. Si un ampli de 100W est adéquat avec une enceinte de 91 dB, vous avez besoin de 400 W pour un haut parleur de 85dB/W de sensibilité. Mettez ensemble des petits hauts parleurs de graves avec une compensation de l’effet de bafflage, et vous avez la recette pour une enceinte avec un faible rendement, souvent inférieur à 85 dB.

Q : Quel est le futur des amplis ?
R : l’audio de haut de gamme va toujours aller de pair avec des gros amplis « plein de fer ». Néanmoins, dans la moyenne, il y aura migration vers plus d’utilisation de circuits intégrés comme le LM3886 et l’utilisation d’amplis classe D. Néanmoins, il me semble improbable que quelqu’un puisse faire un ampli de classe D qui sonnera mieux que les meilleurs amplis de classe A-B. Les derniers amplis, moins chers et plus compacts peuvent aussi aider à l’inclusion d’amplis de puissance dans la caisse d’enceintes actives.

Q : Alors, quoi prendre ? Transistors ou tubes ?
R : si vous aimez le son non coloré, allez vers les transistors. Si vous aimez la coloration que les tubes apportent au son, allez vers les tubes, en reconnaissant qu’il y a coloration qui est souvent fortement corrélée avec les haut-parleurs utilisés. Les tubes clippent d’une manière plus élégante, mais, encore une fois, si vous être un peu sérieux au sujet du haut de gamme audio, votre ampli ne doit jamais être en train de clipper, qu’il soit à tubes ou à transistors. Comme les amplis à tubes ont plus tendance à être moins puissants, ils clippent plus souvent pour une enceinte donnée.
fredoamigo
 
Messages: 3923
Inscription Forum: 04 Déc 2010 10:21
Localisation: aix en provence
  • offline


Retourner vers Amplificateurs de puissance

 
  • Articles en relation
    Dernier message