Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Prise de son selon B. Neveu et G. Cabasse

Message » 04 Juil 2017 11:53

jyval a écrit:Cette discussion est passionnante.

Je partage à 100 % le point de vue de cleriensis. Il n’y a pas de technique d’enregistrement universelle. Quand on écoute, par ex, la 3e de Mahler par Temirkanov enregistré par Kavi Alexander pour Water Lily (technique Blumlein) on ‘’voie’’ une scène sonore exceptionnelle de réalisme sur un grand orchestre, mais à condition de respecter la disposition des enceintes préconisées pour ce type d’enregistrement (écoute sous un angle proche de 90°) ! une écoute de ce type et sous cette angle ne sera pas compatible avec d’autre technique et donc très exclusive.

Les quelques démonstrations Cabasse auxquelles j’ai pu assister (ça remonte fort loin !) m’ont toujours laissé dubitatives. Mais cela n’enlève pas le fait que les enregistrements BNL et Passavant peuvent être tout à fait remarquable … mais pas toujours et je partage complétement l’analyse d’Igor sur ceux-ci : remarquable sur un grand orgue moins convaincant sur un piano.

La remarque de Padcost sur l’artificialisation de la voix sur l’Arvo Part pourrait aussi être dû au fait que je trouve qu’il y a une tendance actuelle des enceintes à trop relevé l’aigu. Je n’entends pas ce caractère chez moi … mais à mon âge je dois être un peu sourd, au contraire je trouve cet enregistrement exceptionnel de réalisme et je comprends le prix obtenu ! ... même si je ne suis pas très fan de cette musique

Pour situer le contexte, j’écoute sur un système tri-amplifié, dans une pièce d’un peu moins de 50m2, base d’écoute ~3,90m distance ~3,70 donc angle légèrement supérieur à 60°, enceintes dipôles placées dans les diagonales (à 1,35m des angles), convergence devant la position d'écoute,réglage de l’ensemble mesures rigoureuses + écoutes : courbes régulièrement descendante de 30 à 20 KHz à la position d’écoute.
Mais, bien sûr, le système m’étant destiné il correspond à mon goût et ne prétend aucunement à l’universalité !!
Je pense que l'enregistrement de Deer's Cry par Igor est un bon enregistrement, mais je persiste sur la "couleur" omniprésente approximativement dans le haut médium — ce qui pourrait révéler justement un manque d'aigu, et non pas trop d'aigu (effet masque de la bosse dans le haut médium). Système d'écoute utilisé : Sony HAP-Z1ES + Kef LS50 Wireless. Je suis actuellement en vadrouille et je ne retrouverai ce système au plus tôt que dans un mois, mais autant qu'il m'en souvienne la plage 6 du disque (comme je l'avais signalée ici dans la rubrique Musique, coups de cœur classique), enregistrée par un autre preneur de son est dépourvue de cette couleur systématique...
padcost
 
Messages: 1035
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Juil 2017 11:53

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Juil 2017 12:02

Igor Kirkwood a écrit:
jyval a écrit:Cette discussion est passionnante.


Merci jyval :D

jyval a écrit:Je partage à 100 % le point de vue de cleriensis. Il n’y a pas de technique d’enregistrement universelle. Quand on écoute, par ex, la 3e de Mahler par Temirkanov enregistré par Kavi Alexander pour Water Lily (technique Blumlein) on ‘’voie’’ une scène sonore exceptionnelle de réalisme sur un grand orchestre, mais à condition de respecter la disposition des enceintes préconisées pour ce type d’enregistrement (écoute sous un angle proche de 90°) ! une écoute de ce type et sous cette angle ne sera pas compatible avec d’autre technique et donc très exclusive.

Les quelques démonstrations Cabasse auxquelles j’ai pu assister (ça remonte fort loin !) m’ont toujours laissé dubitatives. Mais cela n’enlève pas le fait que les enregistrements BNL et Passavant peuvent être tout à fait remarquable … mais pas toujours et je partage complétement l’analyse d’Igor sur ceux-ci : remarquable sur un grand orgue moins convaincant sur un piano.



La remarque de Padcost sur l’artificialisation de la voix sur l’Arvo Part pourrait aussi être dû au fait que je trouve qu’il y a une tendance actuelle des enceintes à trop relevé l’aigu. Je n’entends pas ce caractère chez moi … mais à mon âge je dois être un peu sourd, au contraire je trouve cet enregistrement exceptionnel de réalisme et je comprends le prix obtenu ! ... même si je ne suis pas très fan de cette musique

Pour situer le contexte, j’écoute sur un système tri-amplifié, dans une pièce d’un peu moins de 50m2, base d’écoute ~3,90m distance ~3,70 donc angle légèrement supérieur à 60°, enceintes dipôles placées dans les diagonales (à 1,35m des angles), convergence devant la position d'écoute,réglage de l’ensemble mesures rigoureuses + écoutes : courbes régulièrement descendante de 30 à 20 KHz à la position d’écoute.
Mais, bien sûr, le système m’étant destiné il correspond à mon goût et ne prétend aucunement à l’universalité !!


Je rappelle à Padcost que lors de l'enregistrement de Deer's cry (ECM records 2016) il y a eu un "duel" entre le micro TLM 50 et le micro DPA (courbe plate en aigu) .
La Directrice artistique de l'enregistrement Helena Tulve, le chef Jan-Eik Tulve, et le compositeur Arvo Pärt ont préférés le rendu du TLM 50, le DPA sonnant plus sourd .
Mais il est vrai que les aigus des sopranos en séance d'enregistrement à Tallin "chatouillaient" les oreilles.
Et à propos dans Diapason le Deer's Cry est le seul enregistrement à avoir 4,5/10 en cote technique (argument à relativiser bien sur)
Ce n'est pas moi qui discuterais sur les différentes techniques de prises de son, même si j'en comprends très bien les tenants et aboutissants.
Cet enregistrement est sans doute bien noté à raison. Même si j'en souligne un aspect un peu gênant, selon moi, à l'écoute chez soi. Ce'st l'avis d'un connaisseur de musique avant tout, pas celui d'un technicien...
padcost
 
Messages: 1035
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 04 Juil 2017 13:00

TuanJ13 a écrit:Le principe de Huygens quand il s'agit de l'appliquer à la propagation d'une surface d'onde (lieu de l'espace ou à chaque l'instant, la phase de fonction sinusoïdale est identique) fonctionne lorsque que l'on tient compte de l'interférence de l'infinité des ondelettes produites par chaque point de la surface d'onde assimilé à une source ponctuelle.


En effet, placer deux enceintes aux emplacements de deux micros n'est qu'une application très imparfaite du principe de Huygens.

Dans la théorie, on doit s'attendre à
-Une transformation de l'onde plane en onde sphérique, l'enceinte étant le nouveau centre physique d'émission. Par exemple, l'enceinte émet une partie du son verticalement en direction du plafond depuis son emplacement, alors qu'il n'y avait aucune source émissive à cet endroit à l'origine.
-Cela conduit carrément à un retour en arrière d'une partie de l'onde : l'enceinte émet vers l'arrière alors que rien n'émettait dans cette direction depuis cet endroit à l'origine.
-L'émission de l'enceinte est asymétrique, l'enceinte réémet tout vers l'avant (mais en sphérique), mais seulement le grave vers l'arrière, et un mélange de fréquences irrégulier sur les côtés.

Dans la pratique, j'ignore si ces effets sont significatifs.
Pio2001
 
Messages: 5904
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 04 Juil 2017 14:31

padcost a écrit:
Igor Kirkwood a écrit:
Merci jyval :D



Je rappelle à Padcost que lors de l'enregistrement de Deer's cry (ECM records 2016) il y a eu un "duel" entre le micro TLM 50 et le micro DPA (courbe plate en aigu) .
La Directrice artistique de l'enregistrement Helena Tulve, le chef Jan-Eik Tulve, et le compositeur Arvo Pärt ont préférés le rendu du TLM 50, le DPA sonnant plus sourd .
Mais il est vrai que les aigus des sopranos en séance d'enregistrement à Tallin "chatouillaient" les oreilles.
Et à propos dans Diapason le Deer's Cry est le seul enregistrement à avoir 4,5/10 en cote technique (argument à relativiser bien sur)
Ce n'est pas moi qui discuterais sur les différentes techniques de prises de son, même si j'en comprends très bien les tenants et aboutissants.
Cet enregistrement est sans doute bien noté à raison. Même si j'en souligne un aspect un peu gênant, selon moi, à l'écoute chez soi. Ce'st l'avis d'un connaisseur de musique avant tout, pas celui d'un technicien...


4,5 sur 10 : c'est pas bien noté , ou s'agit-!l d'une coquille , c'est à dire 9,5/10 (de mémoire du temps ou j'étais abonné a Diapason, la meilleure note technique c'était 9/10)
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4970
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Message » 04 Juil 2017 14:58

Bonjour,

Diapason attribue actuellement ses notes techniques sur une échelle de 1 à 5 et A, B, C dans la rubrique - collectionneurs -.


Bonne journée.
ajr
Administrateur Forum Univers Casques
Administrateur Forum Univers Casques
 
Messages: 19835
Inscription: 06 Oct 2007 10:34
  • offline

Message » 04 Juil 2017 15:36

ajr a écrit:Bonjour,

Diapason attribue actuellement ses notes techniques sur une échelle de 1 à 5 et A, B, C dans la rubrique - collectionneurs -.


Bonne journée.


C'est donc 4.5/5
Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4970
Inscription: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

4,5/5 Diapason

Message » 04 Juil 2017 17:03

ajr a écrit:Bonjour,

Diapason attribue actuellement ses notes techniques sur une échelle de 1 à 5 et A, B, C dans la rubrique - collectionneurs -.


Bonne journée.


Merci André :thks: pour ta précision, tes appréciations, et l'opportunité de fournir un texte vis à vis de certains qui considèrent cet enregistrement ECM Record comme "un steack mal décongelé. Le centre est dur quand les bords sont consommables" :o :lol:

Oui 4.5/5 et pas /10 :oops: en cote technique Diapason pour Deer's Cry mon CD de ECM record (2016)

C'est la meilleure note technique des 4 enregistrements, hors rééditions, retenus sur le CD mensuel de démonstration de Diapason Février 2017.

Nota:

Voici le texte de la critique technique de Diapason par Benoit Fauchet 4.5/5

"Enregistré par ...Igor Kirkwood .Les textures vocales fusionnent avec la réverbération du lieu. Le son réverbéré présente une magnifique homogénéité, et vient nourrir en retour les voix. L'ensemble apparaît comme un seul corps, et pourtant reste lisible. Du velours.

..Comment résister à ce grain de voix- flatté par la prise de son- si bien défini, à cette pureté d'émission qui n'interdit ni le fruité du timbre, ni l'incarnation du verbe..."
Dernière édition par Igor Kirkwood le 04 Juil 2017 20:57, édité 6 fois.
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6748
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 04 Juil 2017 17:08

padcost
Je pense que l'enregistrement de Deer's Cry par Igor est un bon enregistrement, mais je persiste sur la "couleur" omniprésente approximativement dans le haut médium — ce qui pourrait révéler justement un manque d'aigu, et non pas trop d'aigu (effet masque de la bosse dans le haut médium). Système d'écoute utilisé : Sony HAP-Z1ES + Kef LS50 Wireless. Je suis actuellement en vadrouille et je ne retrouverai ce système au plus tôt que dans un mois, mais autant qu'il m'en souvienne la plage 6 du disque (comme je l'avais signalée ici dans la rubrique Musique, coups de cœur classique), enregistrée par un autre preneur de son est dépourvue de cette couleur systématique


j'ai peut-être fait une mauvaise interprétation de ton ressenti, je m'en excuse. Est-ce que la mise en avant de la zone 2K - 5K avec une dépression avant et après sur la courbe de la LS50 (courbe SoundStage) ne pourrait pas expliquer ton ressenti, surtout avec une soprano qui chatouille les oreilles (dixit Igor) !
Simple hypothèse, sans aucun jugement de valeur de ma part, mais, par expérience je me méfie beaucoup de cette zone de fréquences !

Jean
jyval
 
Messages: 29
Inscription: 01 Avr 2009 9:37
  • offline

Message » 04 Juil 2017 19:17

oso a écrit:@TuanJ13

Vos remarques sont très intéressantes. Il existe bien sûr des artefacts car les application sont souvent des réductions ou des approximation d'un modèle théorique. Il serait intéressant de vérifier comment le cerveau se comporte sachant que les défauts que vous indiquez seront peut etre "noyés" ou masqués dans les phénomènes qui se produisent lorsque le signal se propage dans la salle d'écoute.

C'est pour cela que le protocole qui confronte en temps réel la reproduction à l'original est important.

@Syber. Les documents que j'ai mis en ligne sont d'une probité exemplaire puisque le concepteur explique les limites du procédé. la remarque sur l'image est normale: qui irait prétendre que le fait d'etre très proche d'une enceinte ne détruit pas le résultat? Je ne comprends pas qu'on puisse se servir de telles évidences pour invalider la méthode.

Quant au conditionnement du public: j'imagine qu'il y avait aussi des gens avec des a priori négatifs qui veillaient au grain. L'expérience de Devialet n'est pas recevable car nous n'en connaissons pas les conditions. Celles que j'ai présentées sont décrites en détails.

Je rappelle que cette méthode était utilisée par le labo Cabasse pour mettre au point leurs productions. Auto conditionnés?

j'ai discuté très récemment avec B. Neveu qui m'expliquait comment G. Cabasse et lui même se livraient à des concours pour traquer les défauts de leurs propres prises de son, ce qui leur permettait d’affûter en permanence leur exigence en la matière. P. Muller continue à utiliser régulière ce type de protocole pour savoir "ou il en est" avec ses propres prises de son.

Plus facile à critiquer qu'à réussir je pense.

Je suis auto référent: bien sûr! Mais je suis-je beaucoup plus que ceux qui ne confrontent pas leurs enregistrements à l'évènement sonore en direct (mémoire auditive labile)?

En ce qui me concerne, je ne fais que mettre en parallèle deux constatations:

1) Les prises de son "naturelles" sont celles qui m'apportent le plus grand sentiment du "direct".
2) ces enregistrement "naturels" sont crédibles face à l'évènement sonore vécu en direct.


C'est très condescendant de penser que nous ne confrontons pas nos enregistrements au réel... vous croyez quoi ? Que nous sommes confinés à notre cabine de contrôle ?? Que nous écoutons pas le son direct avant de placer nos micros ? Que nous ne cherchons pas à nous approcher d'un rendu le plus réaliste possible ??
C'est extrêmement blessant de lire des choses pareilles et au lieu de défendre vos PRÉFÉRENCES vous en devenez irrespectueux.. mais c'est pas grave..
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2700
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin

Message » 04 Juil 2017 21:50

@cleriensis: à la relecture, ma phrase est un peu sèche et simplifie ma pensée; Je me doute bien que vous contrôlez au casque sur place. Cela implique forcement un parti pris technique que je ne reproche pas (j'imagine qu'au casque, c'est bien) mais le contrôle sur enceinte est différé si j'ai bien compris: la mémoire auditive étant ce qu'elle est, l'impression de fidélité sera subjective.

Pour le reste des interventions: je ne fais que souligner la particularité des enregistrements "naturels", pour conserver le terme choisi par B. Neveu. Ils ont effectivement ma préférence dans la mesure ou l'impression de "réalité" me semble plus convaincante qu'ailleurs (je ne vais pas m'en excuser tout de même :) ). J'essaie de mettre cela en relation avec la nature même de ces enregistrements dont le principe, a été confronté à la réalité de l'évènement sonore, en faisant intervenir le moins possible la mémoire auditive.

Pour les remarques techniques que l'on m'oppose je n'ai pas d'expériences personnelles à relater, et surtout je n'ai pas les connaissances suffisantes pour répondre. Cependant, Philippe Muller et Bernard Neveu ont suivi l'évolution des discussions, et m'ont soumis leurs réactions. Je vais les citer avec leur permission.

Philippe a aussi réagi sur le Forum Cabasse, et une discussion "en écho" est en cours. Je me permets de reproduire ici un extrait d'un des postes de PM qui organisait les séances de Live Music:

https://www.forumcabasse.org/forum/viewtopic.php?f=22&t=10413&start=20#p186780

Le principe est simple: on fait jouer un orchestre (que l'on a enregistré au préalable) devant les spectateurs et toutes les huit mesures environ, c'est le son enregistré du même orchestre qui joue à sa place sur des enceintes Cabasse. Ce test est fait pour comparer la fidélité des enceintes à l'original (c'est pareil ou pas pareil ?). D'autres techniques d'enregistrement ont été évaluées mais toutes, sauf une seule, déformaient trop la réalité. Comme Cabasse n'est pas producteur de disques ni dépositaire d'un principe d'enregistrement, l'équipe s'est contentée d'utiliser la technique qui fonctionnait le mieux (pourquoi se compliquer la vie ?). Si une autre technique avait été plus convaincante, c'est elle qui aurait été choisie. La technique Live Music n'est pas une technique inventée par Cabasse mais un système adopté par Cabasse après comparaison avec la musique vivante.

Les détracteurs de Cabasse cherchent des tas de raisons pour expliquer que ça ne marche pas. C'est faire injure aux milliers de témoins de ces évènements que de prétendre que ce qu'ils ont vu et entendu n'est pas vrai; qu'ils sont sourds ou de simples naïfs. Précisons qu'aucun de ces détracteurs n'a assisté à l'une de ces comparaisons publiques mais ils savent les commenter. Je le répète: des milliers d'imbéciles se seraient laisser abuser tandis que ceux qui critiquent ont pris le soin de ne jamais y aller.

Comme les intentions de Cabasse était très honnêtes, on n'a pas attendu les réserves de Syber pour demander aux musiciens de faire semblant de jouer pendant que les enceintes prenaient le relai. Un rideau placé devant les artistes et les enceintes aurait fait l'effet d'un obstacle. On comparait vraiment le son tandis que l'image restait la même. Ce n'était pas un show mais la démonstration de ce qui se pratiquait au labo (voir ma signature).

Je sais bien que cela dérange ceux qui vivent de l'enregistrement et qui ont fait d'autres choix mais, il suffirait, pour prouver la justesse de leur choix, qu'ils fassent de telles comparaisons et tout le monde se rendrait compte de leur apport à la reproduction sonore. C'est mieux que tout le blabla stérile dont ils nous abreuvent à longueur de posts. Les compte-rendus techniques ne prouvent rien de façon aussi claire qu'une bonne démo; en quelques secondes la messe est dite. A quand une démo de ces contradicteurs, en présence d'un orchestre ou d'un chœur réels ? Nous serions immédiatement fixés mais je suis certain qu'ils trouveront de bonnes raisons pour y échapper, notamment que ça ne prouve rien (la bonne blague :violon: ). S'agissant de Cabasse, près de 6000 séances publiques, réparties sur 10 ans, ont permis de se faire une idée ::hehe::: . C'est mieux que zéro :mrgreen:

Subjectivement, on peut préférer d'autres modes d'enregistrement (choix esthétique déconnecté de la réalité mais chacun est libre d'écouter comme il le souhaite) mais aucun ne passe avec autant de réalisme le test de la comparaison Live.

Si les enceintes Cabasse étaient aussi différentes des autres, c'était grâce à cela. Et la différence était nette par le passé.

Bernard Neveu se plait à rappeler que:
"... Nous n’avons jamais prétendu avoir «breveté» un système que la nature met à la disposition de tout un chacun. Il ne relève d’aucune théorie ni d’aucune «technique» inventée. D’ailleurs, pourquoi, nous qui sommes des gens simples et vivons en conformité avec la physiologie de l’être humain, pourquoi nous sommes nous dirigés d’entrée de jeu vers cette formule également toute simple. En aucune manière nous n’en revendiquons la paternité; nous n’en sommes que les utilisateurs..."


La suite de la discussion est très interessante, avec notamment les interventions de TuanJ13 (alias OpenedHand).
Dernière édition par oso le 04 Juil 2017 22:21, édité 3 fois.
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 04 Juil 2017 21:52

Quelques réponses plus "techniques" aux objections d'Igor, de Cleriensis, entre autres:

PM:

Cleriensis ne parvient pas à réviser son mode de pensée. Il enregistre donc loin (une obligation quand le sujet est large et l'écartement entre micros plutôt faible). L'acoustique de la pièce devient prépondérante, surtout avec des omnis. Sa préférence pour le couple ORTF s'explique par sa moindre sensibilité à l'environnement (micros quasi cardioÏdes).
"...La prise stereophonique en raison de la distance avec la source a de toute manière tendance à être plus mid centrée qu'une prise faisant intervenir des micros de proximité..." dit-il.
C'est tout à fait faux!
S'il savait choisir la distance en fonction de l'acoustique de la salle et s'il savait ne pas resté accroché à son idée de 2 mics = 2 oreilles, ses prises seraient plus équilibrées.
Le 4006 DPA est un ex Bruël & Kjaer 4006 dont la capsule est comparable à celles des Schoeps. Le DPA (B&K) 4007 est celui que nous préférons parce que son diamètre est deux fois plus petit. Quand au Earthworks QTC40, il est plus petit encore.
Le souffle est forcément plus important mais il est tolérable quand la prise n'est pas très éloignée ou quand le sujet à enregistrer est puissant. La vie est un choix.


S'agissant de jyval, les dipôles ne sont pas concernés par la reproduction de type Huygens.
Blumlein employant deux micros bidirectionnels croisés en un point, les enceintes bidirectionnelles seront celles qui fonctionneront le moins mal.
Un micro omni est l'envers de l'enceinte traditionnelle, surtout quand elle est close puisque l'omni est un large-bande clos.
Quelle autre démo lui a permis de comparer le réel à la reproduction ? Je me souviens que j'expliquais qui'il ne s'agissait pas de tromper mais de donner l'occasion d'évaluer le degré de ressemblance.


Comparaison Neumann/DPA par Igor pas valable: Si l'équilibre paraissait meilleur sur ses micros, c'était parce qu'il était beaucoup trop loin pour les DPA. Parfaitement omni, ces derniers captent beaucoup mieux la salle alors que ses Neumann sont plus directifs en-haut. Le niveau d'aigu chute donc de façon parfaitement normale et prévisible avec de purs capteurs de pression comme les DPA. Il faut connaître ses bases électro-acoustiques.
La distance des DPA aurait du être réduite de 1.414 (au-moins) à cause de la directivité des Neumann.


Ceux qui évoquent le filtrage en peigne de la stéréo ou du multicanal suivant Huygens n'ont probablement pas essayé. Ils se contentent de raisonner à partir de schémas ultra simplistes (et purement intellectuels), représentant un signal unique venant frapper, tour à tour, chacune des sources secondaires (les micros).
Si c'est bien comme cela que ça se passe avec des lignes à retard (delays), ce n'est certainement pas aussi caricatural dans la vraie vie. Un nombre incalculable de réflexions s'ajoutent à ce signal simple et masquent pas mal de défauts. Cela ne signifie pas que des défauts n'existent pas mais que le cerveau s'accommode de pas mal de choses et rétablit souvent certains éléments manquants (ou en oublie d'autres). L'exemple de l'effet Haas quand on discute dans une église est tout à fait représentatif du fait qu'il faut se garder de simplifier mais aussi de compliquer à l'envi.


Rien n'est simple avec la stéréo.

Soit vous respectez la largeur de la scène en plaçant enceintes et micros à la même place et vous vous exposez aux "bougés" de certains musiciens qui sont le reflet de la directivité des instruments dans l'aigu et de leur captation par deux points dans l'espace, représentés par des micros trop directifs dans l'aigu. Le trou au centre, quand il existe, est dû à cela. Il faut de meilleurs micros, mieux adaptés. Les Neumann d'IK sont inadaptés et fourniront toujours de mauvais résultats à ce niveau. Des micros plus rapprochés l'un de l'autre rendront cet effet plus discret mais vous perdrez la largeur de la scène et sa crédibilité. Le multicanal est très efficace de ce point de vue

Le couple ORTF manque de grave (micros cardios) et a pratiquement été abandonné par ses créateurs. Il offrait un bon compromis mono/stéréo à l'époque ou la FM était encore largement diffusée en mono, à part quelques régions privilégiées.

L'arbre Decca est très dérangeant. Il ne respire pas. son micro central apporte son lot de déphasages.

La stéréo selon Huygens demande des micros à très petites capsules, genre Earthworks ou DPA4007, pour que l'aigu soit parfaitement omnidirectionnel jusqu'au-delà de 10 à 15kHz.

Rappelez-vous que la stéréo à deux canaux est un bien mauvais système.


Bernard Neveu pour finir puisque ce fil lui est consacré: Attention, sa franchise est décapante :D

Voici encore un aspect de cette pensée: je me fous de ceux qui écoutent au casque, qui n'ont pas de bonnes pièces, pas de bonnes enceintes ou qui ne savent pas bien les configurer et, parfois encore, de ceux qui n’ont pas les oreilles en bon état; ce sont d’ailleurs ceux qui nous critiquent le moins.
Nous ne travaillons pas pour ceux-ci mais surtout pour ceux qui, au contraire, ont une bonne pièce, de bonnes enceintes (pas toujours les plus chères), qui savent les installer et qui ont des oreilles correctes.
Les mélomanes qui n’ont pas cette chance achètent néanmoins nos disques (et ceux des autres) pour la qualité de la musique et nous en sommes très heureux. Nous n’entendons pas atteindre exclusivement les «élitistes»; que ce soit bien clair.
S’il plaît à certains d’écouter «au casque», grand bien leur fasse; qui peut plus peut moins.
Dernière édition par oso le 04 Juil 2017 22:09, édité 1 fois.
oso
 
Messages: 1251
Inscription: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 04 Juil 2017 22:05

Il n'est pas si simple de dire que les micros omnis à petite capsules respectent mieux les timbres.

Je rappelle le preprint AES nr2837 "The evaluation of microphones" qui propose les mesures de 20 micros de qualité de différents types.
Quand on compare les courbes des micros omni et celles des cardios, on peut constater que la courbe de réponse dans l'axe des omnis est généralement plus linéaire mais l'index de directivité (la régularité globale dans et hors de l'axe) est plus régulier pour certains cardios.
On pourrait donc dire que certains cardios sont plus fidèles dans un champ diffus (hors extrême grave).

Image

Image

J'ai rajouté les courbes des TLM50 : même si la courbe dans l'axe n'est pas la plus linéaire, il serait très intéressant de mesurer son index de directivité.
Image
ohl
 
Messages: 1324
Inscription: 13 Aoû 2004 16:17

Message » 04 Juil 2017 22:34

j'ai rien à dire sur le post précédent, je regrette infiniment un ton et un virulence inutile et incompréhensible pour moi, j'ai du donner l'impression que j'étais un détracteur et sur le postulat de l'attaque.. c'est faux. Néanmoins je persiste, aux enceintes certains enregistrements "stereo naturelle" Passavant ou BNL chez moi ne passent pas, l'image n'est pas cohérente, alors que d'autres toujours "stereo naturelle" Passavant ou BNL sont magnifiques.. si ce n'est ce point qui est faux me concernant ! je ne préfère pas l'ORTF aux autres types de prise.. j'utilise même très souvent les prises AB qui flattent l'ambiance et l'espace, parfois au détriment d'une certaine précision, mais c'est un compromis acceptable. Moi je suis par contre un fervent défenseur de la prise stéréophonique non multi-micro (à ne pas confondre avec la prise multicanale), en ce sens je rejoins le dicton, 2 enceintes, ou 2 oreilles et donc 2 micros et donc ma philosophie de prise n'est pas opposée à celle de B.Nerveu et P.Muller, que je respecte et dont j'admire certaines de leurs productions.. c'est juste que ce n'est pas du 100% réussite ce qui à mon sens démontre qu'une technique universelle n'existe pas. Loin de moi la prétention de dire que en ce qui me concerne c'est du 100% réussite. Mon ami et collègue preneur de son producteur du label est lui un puriste de l'école Charlin et ne jure que par l'ORTF et c'est un sujet dont nous débattons fort souvent. Dans la pratique j'ai souvent tendance à préférer les prises AB, c'est pour cela que nous utilisons régulièrement les deux types de prise.

Concernant le réalisme Cabasse, je ne le nie pas, mais il faut préciser que c'est obtenu au sein d'un protocole qui nécessite une disposition particulière des enceintes et donc qui n'est pas universel. D'un autre côté il n'y a pas de solution universelle.. on en revient donc au point de départ, tout est une histoire de compromis.. pour le reste les goûts et les couleurs sont vastes et le dédain intuile. Moi j'aime pouvoir écouter un enregistrement au casque ou aux enceintes et qu'il garde une tenue homogène.. et je ne vois pas en quoi cette démarche serait à côté de la plaque... si je fais un test de protocole en écoute au casque, la prise ORTF passe loin devant les prises Cabasse et pour autant encore une fois ce n'est pas un argument pour valider la supériorité de l'ORTF.. car alors aux enceintes le résultat AB est parfois meilleur..

allez c'est tout pour moi.. je me taille. Ciao !
Dernière édition par cleriensis le 04 Juil 2017 22:54, édité 2 fois.
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2700
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin

Message » 04 Juil 2017 22:41

ohl a écrit:Il n'est pas si simple de dire que les micros omnis à petite capsules respectent mieux les timbres.

Je rappelle le preprint AES nr2837 "The evaluation of microphones" qui propose les mesures de 20 micros de qualité de différents types.
Quand on compare les courbes des micros omni et celles des cardios, on peut constater que la courbe de réponse dans l'axe des omnis est généralement plus linéaire mais l'index de directivité (la régularité globale dans et hors de l'axe) est plus régulier pour certains cardios.
On pourrait donc dire que certains cardios sont plus fidèles dans un champ diffus (hors extrême grave).

Image

Image

J'ai rajouté les courbes des TLM50 : même si la courbe dans l'axe n'est pas la plus linéaire, il serait très intéressant de mesurer son index de directivité.
Image


c'est tout à fait juste, mais généralement dans les champs diffus, les constructeurs proposent des grilles qui corrigent le phénomène. Avec les 4006 on a trois grilles, une pour un champs direct, l'autre pour un champ diffus, et l'autre pour une prise très proche (close mic).. les TLM-50 sont des micros formidables ! mais tellement rares et chers !
Quand la musique exprime l'intelligence du cœur…
Quand elle résonne comme un rempart contre la barbarie…
Avatar de l’utilisateur
cleriensis
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 2700
Inscription: 23 Juin 2010 1:22
Localisation: Limousin

Message » 04 Juil 2017 22:47

cleriensis a écrit:mais généralement dans les champs diffus, les constructeurs proposent des grilles qui corrigent le phénomène. Avec les 4006 on a trois grilles, une pour un champs direct, l'autre pour un champ diffus, et l'autre pour une prise très proche
Effectivement, j'ai aussi des 4006 avec les deux grilles direct et diffus : je ne sais pas si B&K (ou DPA) a publié les index de directivité. Et je ne sais pas si la régularité est alors aussi bonne que certains cardios.
Mais tout ça pour dire que tout n'est pas si simple : ni le choix des micros, le choix du type de prise, etc....
ohl
 
Messages: 1324
Inscription: 13 Aoû 2004 16:17


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message