Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

Conseils, Guides et Tutos pour la correction acoustique passive

L'acoustique du home-cinéma pour les néophytes

Message » 14 Jan 2010 8:43

+1 pour Akoustics.
thiaux
 
Messages: 55
Inscription Forum: 15 Jan 2007 11:11
Localisation: Le Plessis Robinson
  • offline

Annonce

Message par Google » 14 Jan 2010 8:43

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 14 Jan 2010 11:58

Akoustics a écrit:Je me lance :

85 dbc dans une salle de cinoche ou 85dbc à la maison, c'est la même chose pour moi : une innondation d'1m de haut dans un volume de 400m3 ou de 10m3, c'est toujours un 1m d'eau d'innondation, non ?

effectivement, mais rien de nouveau, puisque JPL avait deja précisé que la pression acoustique au point d'écoute était identique ... que l'on soit au ciné ou chez soi.

seul le volume d'eau nécessaire change pour remplir le volume à hauteur d'1m :wink:

la, est toute la différence.

Ce qui va changer entre 85dbc au cinema, et 85dbc chez soi, est la perception du "bruit résiduel" pour d'autres occupants de notre maison., pas la perception du volume sonore à la place de l'auditeur ...( sauf si Après il y a d'autres problèmes pour l'auditeur qui peuvent être percus comme un probleme de niveau sonore (intelligibilité, réflexions diverses, echo ...))

On peut alors dire que pour un non auditeur, cela est perçu comme un niveau sonore trop elevé (aggressif, donc associé à du bruit pour le non auditeur), alors que l'on est en présence d'une mauvaise isolation phonique et/ou à une bande son dynamique, alternant entre ambiance feutrée et une ambiance explosive par exemple, qui retienne l'attention auditive des nons spectateurs.

A mon avis Le débat ne se situe pas la ...
La question etait: Si 85dBC (75 pour les dialogues) est acceptable dans une salle de cinéma, pourquoi cela ne le serait-il pas dans un cinéma chez soi ?

je peux me tromper :oops: , mais je ne pense pas qu'il voulait vous amener sur Le thème de l'isolation phonique et de la gène occasionnée par cette dernière (que Les conséquences soient internes et/ou externes au local d'écoute) lorsqu'elle est inefficace. Car en ce qui me concerne prévoir un HT sans isolation phonique (de la même façon qu'il ne conçoit pas de HT dans une pièce a vivre) dans une résidence principale c'est équivalent a rouler une voiture avec seulement 2 roues; quelque chose empêche d'atteindre la vitesse de croisière, et pour un HT cela se traduit principalement par une dynamique tronquée et un niveau d'écoute diminué, impliquant une réelle perte de réalisme sans lequel je préfère écouter au casque. Avoir une image de 4m de base avec un niveau sonore moyen a 40 dBC en raison des enfants qui dorment au dessus, c'est que l'étude et/ou la réalisation a échouée.
En revanche, il existe d'autres phénomènes qui a mon sens impliquent une diminution volontaire de l'auditeur sur le niveau d'écoute dans nos petits (il faut être réaliste, lorsque l'on s'aperçoit des volumes recommandés par certaines normes pour une restitution multicanal 5.1) HT DIY (réalisé sans faire appel a un pro), ceci afin de compenser certains aspects incompris de l'acoustique architecturale principalement. Je fais par exemple allusion a la fréquence de coupure de la salle (calculée avec Le même indice de recouvrement modal évidemment) qui sera (en gros) d'autant plus basse que le volume est important. Ce qui implique que pour une même pression sonore de 85dBC au point d'écoute par exemple (toutes optimisations étant équivalentes ds Les deux cas), le contenu du message sonore (densité modale ici) et donc l'écoute, sera différente pour le même morceau reproduit a pression sonore identique. écoute en défaveur de nos petits volumes, que l'on "compense" par une diminution du niveau afin de camoufler l'émergence de certaines fréquences.De façon similaire, certains diminuent Le volume lorsque Les hautes fréquences deviennent "criardes" afin de palier aux défauts du système qui ne suit plus lors d'une écoute réaliste (saturation). Les faiblesses du systèmes sont donc une autre piste, et raison pour laquelle Les forumeurs ne s'autorisent peut être pas non plus, l'écoute a niveau réaliste même en salle dédiée.
Dernière édition par bss le 15 Jan 2010 22:11, édité 6 fois.
bss
 
Messages: 1718
Inscription Forum: 13 Fév 2006 20:28
  • offline

Message » 14 Jan 2010 14:46

C'est peut etre un peu hors sujet, mais un avis eclairé sur la sonorisation des cannaux arrieres, de l'interet du 5.1 vers le 7.1 dans un home cinema "domestique" (a part nous faire acheter des enceintes en plus) cela a t'il un reel interet et surtout le type d'enceintes, certains s'accordent a dire qu'afin de creer un champ sonore arriere avec des enceintes non "localisable" les enceintes di-pole (en phase inversée dans le sens avant - arriere) sont la meilleure solution et d'autres que les enceintes traditionnelles peuvent largement suffire...(et bien sur les positionnements de ce type d'enceintes sont differents).

C'est assez interessant comme sujet car outre altlantique enormement d'enceintes di-poles sont commercialisées alors qu'ici on en voit de moins en moins (pour exemple voir meme la nouvelle serie CM de B&W qui n'en propose pas, les nouvelles series kef non plus etc...) alors que, je crois, les normes THX consumers s'appuient justment sur des dipoles AR

Ensuite concernant l'acoustique de la piece, les modes "traditionnelles" a piece "polarisées" (dead-live ou le contraire) seraient a proscrire, vu le fait que le champs sonore AR soit généré par des enceintes dediées. Tout comme le traitement du RT60 qui peut aller vers des valeures plus basses.

La configuration dans mon profil


Un changement de laine de verre s'entend bien plus qu'un changement de câble !
Sujet: Mon installation "Steph-Hifi MK2"
Avatar de l’utilisateur
Steph-Hifi
Membre d'Honneur - Admin. Forum Haute-Fidélité
Membre d'Honneur - Admin. Forum Haute-Fidélité
 
Messages: 6256
Inscription Forum: 10 Nov 2002 2:55
  • offline

Message » 14 Jan 2010 15:03

C'est effectivement hors sujet, du moins pour Le moment. Nous essayons de suivre un plan afin de ne pas partir dans tous Les sens .. et de couler le post.Tu peux te référer a son contenu, écrit quelques posts auparavant par JPL.
Pour l'instant nous réfléchissons a cette question:
Si 85dBC (75 pour les dialogues) est acceptable dans une salle de cinéma, pourquoi cela ne le serait-il pas dans un cinéma chez soi ?
bss
 
Messages: 1718
Inscription Forum: 13 Fév 2006 20:28
  • offline

Message » 15 Jan 2010 19:07

Bonjour à tous,

A mon sens, une des raisons qui freinent l'écoute réaliste dans les HC tient essentiellement au fait que la plupart du temps, le matériel est sur-dimensionné par rapport à la pièce d'écoute, soi à contrario insuffisant. Sans maitriser les termes techniques expliquant cela, il me semble par exemple qu'équiper une pièce de 15-20 m² avec un ampli comme le Suzano et des enceintes adéquats me semble illusoire quant à la qualité du résultat final obtenu. Un tel système n'aura pas l'espace nécessaire pour déployer sa mesure. Selon chaque système, il doit y avoir une distance minimale à partir de laquelle le son délivré atteindra sa qualité optimale. C'est comme de contraindre un génial sportif à jouer au foot dans une pièce exiguë. Au mieux, il se contentera de jongler avec la balle...À l'inverse, aucun de nous ne pensera à écouter un programme à très fort volume sur les haut parleurs du téléviseur...
pascalat
 
Messages: 6
Inscription Forum: 22 Nov 2005 14:14
  • offline

Message » 15 Jan 2010 21:04

J'ai lu les posts reçus pendant mon absence. ça bouge, c'est bien d'avoir plusieurs avis.

reidemeister philippe a écrit:
Donc pour pouvoir être diffusés moins fort dans nos salles HC, les films doivent être remixés à cette fin

Les films ne sont pas remixés. Sauf cas particuliers (diffusion dans les avions, par exemple), la bande son originale doit rester intacte . Dolby, THX et DTS sont formels sur ce point. Ensuite, l'utilisateur peut activer des fonctions sur son préampli ou son récepteur pour modifier les caractéristiques dynamiques du programme. Mais on doit toujours laisser la liberté au consommateur d'écouter le film comme il a été créé.

est-ce aussi le cas alors pour les films que les salles de ciné diffusent moins fort que ce que a prévu le mixeur ?

Les mixeurs ont parfois tendance (ou sont poussés par le réalisateur) à mixer à un niveau élevé. Cette dérive, qui doit être condamnée, n'a rien à voir avec le niveau de référence qui demeure 85dBC. Le niveau de référence sert à calibrer la salle et on calibre toujours de la même manière, que le film soit fort ou faible. Il est vrai qu'avec un film assez "percutant", les enceintes ne sont pas toujours à la hauteur et certains spectateurs peuvent se plaindre d'un son désagréable. Le projectionniste sera contraint de toucher le décodeur Dolby passant du repère 7 à 6 ou 5 (-3dB par division), mais c'est plutôt rare et il n'est pas autorisé à le faire. Le film perd ses caractéristiques dynamiques, la balance tonale est affectée (moins que par la distorsion des enceintes quand même) le son n'est plus ce que le réalisateur a voulu.
C'est bien de se plaindre au projectionniste, c'est encore mieux d'envoyer un courrier au CNC qui saura transmettre. Vous trouverez toutes les adresses ici:
http://www.fncf.org/web/index.php?id_ca ... Organismes
Je referme la parenthèse.

MachA57 a écrit:
D'après moi, c'est du domaine psychologique. Lorsqu'on va au cinema ou en boite, on sais d'avance que le volume sera élevé et s'en satisfait alors.
A la maison, je dirais qu'on considère qu'on va gêner les autres, reveiller les enfants ou les voisins et donc on n'ose pas pousser le volume au niveau adéquat.

Il y a du vrai la dedans.
La peur de déranger les voisins ou de réveiller les enfants est légitime et justifie d'écouter moins fort. De même, si le matériel ne tient pas la route, le niveau est limité, mais pour moi ces raisons sont à ranger du coté des contraintes. Ma question concernait seulement la "sensation subjective" ressentie et les raisons "hors technique" qui pouvaient motiver de baisser le son.

Sur un plan statistique, quand vous regardez la télévision, le niveau des dialogues dépasse à peine celui d’une conversation. Par contre, quand vous êtes calé dans un fauteuil devant une image géante, le niveau sonore fait partie intégrante de la scène projetée et vous l’acceptez beaucoup mieux.

Voici une anecdote vécue par Chase Walton (Performance Media Industries) :
"Pendant des années, j’ai rêvé de mettre les enceintes derrière l’écran et non pas à l’extérieur de chaque coté. Le problème, c’est que pour avoir 45 degrés de séparation entre les enceintes, il faut un angle de vision de 50 degrés. Et là, même avec un BluRay, vous comptez les pixels. Votre 1080p ressemble à une télé ordinaire.
Récemment, j’ai décidé de poser mes enceintes derrière l’écran sans me préoccuper des conséquences pour l’image. Elles sont au bord de l’écran, espacées de 45 degrés. Comme prévu, l’image est atroce.
La première surprise, c’est que les enceintes sont devenues abstraites. Elles ont disparu du champ sonore, je n’ai plus l’impression d’écouter des haut-parleurs mais plutôt une image parlante.
La deuxième surprise, c’est que je n’arrive pas à mettre le volume assez fort. Avant, j’étais content avec le volume réglé à -18dB en dessous du niveau maxi. Maintenant quand je monte le volume pour que le son ne soit pas étouffé par cette image imposante, devinez où se trouve le repère ? Au max ! Non seulement le son colle parfaitement l’image, mais la dynamique devient palpable et participe à la scène comme je n’aurais jamais imaginé auparavant. Bref, c’est vivant et ça décoiffe ! J’étais de ces personnes qui croyaient qu’écouter fort dans une petite pièce était absurde. Je n’aurai jamais imaginé que je puisse un jour apprécier un son aussi fort. Je m’étais trompé".


Je ne cautionne pas Chase Walton et je ne conseille pas de regarder l’écran à 30cm ni de vous détruire les oreilles. Ce qui est intéressant dans ce témoignage, c’est que le niveau sonore dépend moins du volume de la pièce que de la taille de l’image. Ioan Allen (vice président de Dolby) le confirme dans plusieurs articles. En fait, c’est l’immersion du spectateur dans la scène qui décide. On accepte mieux un niveau sonore élevé quand on vit l’action.

Voici les conseils des fabricants et des professionnels du son:
Pour un téléviseur à écran plat placé dans une pièce à vivre (donc sans traitement acoustique spécifique): ne cherchez pas à recréer les conditions que vous trouvez dans une salle de cinéma. Vous n'y parviendrez pas, l'écoute sera désagréable pour vous, votre entourage et vos voisins. Calibrez au niveau de référence et réduisez le volume de 10dB. Par exemple, si le générateur de votre préampli délivre -30dBFS, calibrez à 75dB et écoutez 10dB en dessous.
Si vous disposez d'une pièce dédiée et d'un angle de vision d'environ 40 degrés, vous rassemblez déjà plusieurs conditions permettant de recréer l'ambiance désirée et de vous immerger dans l'action. Calibrez au niveau de référence et écoutez au même niveau.
JPL
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 16 Jan 2010 9:07, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 15 Jan 2010 21:57

Jean-Pierre Lafont a écrit:JBL


Merci Jean-Pierre pour ces interventions instructives et pertinentes.

Attention quand même à la pub subliminale... ;)
ClementW
Pro-Divers.
Pro-Divers.
 
Messages: 638
Inscription Forum: 09 Mar 2007 10:23
Localisation: Ile de France
  • offline

Message » 16 Jan 2010 9:03

Oooops! ça fait 2 fois que ça m'arrive... Je viens de remplacer JBL par JPL. Merci.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 18 Jan 2010 18:50

(Comme l'écrit THX, un peu plus haut, rien ne vaut un vrai disque de test).


Est ce qu'il serait possible de savoir ce qu'est un vrai disque de test, est ce que les DVE, AVIA dvds en sont ? J'ai regarde le THX Optimizer mais il est stipulé qu'il ne faut pas se servir du son bruit rose pour aligner le système. Il sert seulement à vérifier que les canaux sont correctements branchés.
Y a t il un équivalent du regretté Laser Disc Wow en DVD pour la calibration d'un système ?
thiaux
 
Messages: 55
Inscription Forum: 15 Jan 2007 11:11
Localisation: Le Plessis Robinson
  • offline

Message » 19 Jan 2010 9:16

La quasi totalité des décodeurs étant équipée d'un générateur interne, les disques de test deviennent rares. AVIA et Digital Video Essentials sont bien des disques faits pour la calibration des installations HC. Il semble hélas, que AVIA n'existe plus qu'en NTSC et DVE en version PAL n'est plus disponible sur amazon.
Optimizer et Optimizer 2 sont des disques de demo qui ne contiennent pas grand chose d'utile pour calibrer.
Pour info, j'ai regardé mon DVE, les plages sont à 75dB.
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 19 Jan 2010 13:56

Je demande cela car, après avoir régler mon preamp qui est un Lexicon MC1 THX avec ses niveaux internes et un sonomètre à 75dB comme le préconise le manuel, je trouve que si je regarde un film avec le potard du preamp à 0 ( qui devrait donc correspondre au niveau d'écoute voulu ), le niveau des dialogues est vraiment fort. Je voudrais donc vérifier avec une source externe ayant un niveau de calibration connu, le résultat que j'obtiens avec mon niveau de préamp à 0.

Toutefois, ayant mon sonomètre depuis de nombreuses années, ce dernier peut il se dérégler avec le temps ? ce qui voudrait donc dire que les mesures que je fais non pas vraiment de sens.
thiaux
 
Messages: 55
Inscription Forum: 15 Jan 2007 11:11
Localisation: Le Plessis Robinson
  • offline

Message » 19 Jan 2010 14:39

Il est vrai qu'un sonomètre bouge un peu dans le temps, mais de très peu (ou alors il a reçu un choc).
Le lecteur n'a peut pas un gain unitaire? Un disque lèverait le doute.
Si vous passez chez RT, apportez votre sonomètre et prévenez moi. On pourra le calibrer.
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 19 Jan 2010 14:49

JPL recevez vous mes MP ?? car mes achats sont imminents ... merci.
bss
 
Messages: 1718
Inscription Forum: 13 Fév 2006 20:28
  • offline

Message » 19 Jan 2010 15:18

La seule chose réellement fiable avec les sonomètres bas de gamme, c'est la mesure relative pour calibrer les enceintes entres elles. Pour le reste, un sonomètre à 30€ risque de ne pas donner une mesure réellement fiable en valeur absolue (encore plus vrai pour la mesure d'un caisson/LFE) mais est-ce bien important... ?
Pour une utilisation en HC je ne le pense pas. :wink:
MarcMAME
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 4612
Inscription Forum: 14 Nov 2001 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 20 Jan 2010 15:32

Que vallent les applications transformant un iPhone en sonomètre face aux sonometres premiers prix?
pascalat
 
Messages: 6
Inscription Forum: 22 Nov 2005 14:14
  • offline


Retourner vers Correction Acoustique Passive

 
  • Articles en relation
    Dernier message