Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: cerebroff, didier34, fabien_m2002, griosu, le touriste, philoupaty, samos65, Stefc13_2, suspens.loic, TomAdiT75 et 69 invités

Toutes les enceintes HiFi

COMMENT CHOISIR SES ENCEINTES HIFI ?

Message » 10 Jan 2018 1:43

Bonjour,

Ce post technique a pour but d'aider les lecteurs et d'échanger sur la façon théorique et technique de faire un choix d'enceinte.
Il est en cours de rédaction pour son introduction et sera modifié pour faire un récapitulatif des précieux échanges qui s'y trouvent dans le but de trouver l'information vitale en premiere page.
Merci pour vos apports et le partage de vos connaissances !
Dernière mise à jour le 31 décembre 2018

Idée du post :

Toujours sous forme de tutoriel d'aide, la question est fréquente, comment choisir ses enceintes en HiFi ?

Quels sont les conseils que vous prodigueriez à un auditeur souhaitant améliorer son écoute en changeant ses enceintes ?

Quel type d'enceintes ? Faut-il faire le choix d'une paire d'enceinte classique ou le choix d'un 2.1 (enceintes + caisson) ou des enceintes actives de type monitoring pré-amplifiées ?

Faire le choix du DIY (les fabriquer soit-même) ?

Comment choisir et sur quelles critères ?

La tenue en puissance ?

La directivité ?

Le rendement ?

Le couple enceintes / ampli

Le nombre de voies ?

Un système coaxial ?

Qu'en est-il de la distortion ?


Quels sont les critères faisant qu'il faudrait faire le choix d'un type ou d'un autre type d'enceintes ?

La taille de la pièce ?

Le type de musique à écouter ?

Le niveau sonore d'écoute souhaité ?

Merci à tous pour votre participation ! :D
Dernière édition par indien29 le 31 Déc 2018 5:38, édité 6 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6350
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 10 Jan 2018 1:43

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 10 Jan 2018 1:44

Tutoriel du 30.12.2018, soumis à modification :D
Dernier Edit le 9 aout 2019.

Le choix d’une paire d’enceinte, n’est pas compliqué.

Ce choix dépend d’abord des caractéristiques de la pièce, de son acoustique, de son volume, de la distance d'écoute possible et aussi des moyens financiers.
Avant toute chose, il faut donc commencer par définir les critères de sa pièce pour définir par la suite comment couvrir le besoin sur la zone d'écoute.

Les effets de l'enceinte dans la pièce :

Plus on est proche des enceintes, plus c'est simple, plus on s'en éloigne, plus ça se complique
On considère un triangle équilatéral comme étant une bonne règle pour le calcul de l'espace entre chaque enceintes et l'auditeur.

Le matériel à en définitif une incidence moyennement importante si les critères de la taille du triangle d'écoute et du placement de ce triangle dans la pièce sont bien étudiés.
De ces critères fondamentaux, dépendrons l'influence de l'acoustique de la pièce sur le triangle composé par les enceintes et l'auditeur (champ direct / champ diffu)

Tout ce qui est perçu par l'auditeur au point d'écoute, en terme d'effet, de sensation, c'est la réponse des enceintes en direct vers les l'auditeur et aussi la réponse des murs de la pièce qui croise le champ direct au niveau de la zone d'écoute, c'est cette composante qui créé les effets d'ouverture ou de "spacialisation" et peut rendre certaines écoutes spectaculaires, avec seulement 2 enceintes.

C'est avant tout, ces bases absolues qu'il faut bien assimiler : http://www.homecinema-fr.com/forum/enceintes-haute-fidelite/la-planche-a-roulette-en-hifi-t30086338.html

A partir de cette distance d'écoute, si elle est réduite, les enceintes peuvent être petites, avec des centres acoustiques proches (les HP sont proches les uns des autres)

Par exemple, dans 15m2, il est possible d'écouter proche, idéalement 1,5 mètre ou un peu moins dans cet espace.
En se reculant plus, les réverbérations de la pièce seront nuisible au son direct des enceintes.
Le niveau de grave devra faire l'objet d'une grande attention, il peut avoir un effet masquant sur les autres fréquences, il faut trouver le juste équilibre pour qu'il procure l'assise au son, sans que la réverberation de bouche le reste de la bande passante.

Plus la pièce est grande, plus le recul de la zone d'écoute par rapport au enceintes est possible, mais il est préférable de rester à la distance critique ou un peu en avant.
A l'écoute, il faut passer des enregistrements stéréo avec une voix mono qui doit être focalisé au centre, par exemple, cette reprise de "Roxanne" par Musica Nuda en version originale, disponible sur les plateformes de téléchargements offre une bonne focalisation du centre virtuel qui doit être perçu.



Dès lors que vous reculez, ce centre virtuel doit rester net dans ses contours, dès que l'effet centrale est perdu, il faut rapprocher la position d'écoute des enceintes.
Si vous n'avez pas l'effet de centrage de la voix, vous avez un problème de déphasage, soir une enceinte branché à l'envers, soit une enceinte mal conçu, parfois un problème d'amplificateur.

Si vous pouvez vous reculer, vous pouvez faire le choix d'enceintes plus grosses et monter le volume, à déjà 3 mètres, on peut avoir de grosses enceintes et écouter au delà de 95dB + Pics (pour quelques minutes), mais le niveau d'écoute grand spectacle commence déjà à 85dB C, un niveau qui offre déjà de belles sensations !

La pièce conditionne donc le recul, qui conditionne le niveau d'écoute, donc la taille des enceintes et leur tenue en puissance.

La puissance ne veut pas dire grand chose, il faut surtout regarder quelle est le taux de distortion à un certain niveau et pour avoir une distortion faible, il faut une reproduction du grave puissance, consommatrice de ressources d'amplificateur, car un amplificateur seul qui distribue sur tout les HP, voit 90% de sa ressource consommée par le seul grave, cette consommation du grave ne doit pas avoir d'impact sur le médium qui lui fournit un son très sensible aux oreilles.

On a donc un problème de distortion qui apparait rapidement si le grave ne passe pas la puissance et si l'ampli est déjà à genoux pour ce seul grave.
Si un certain niveau SPL est nécéssaire, il est préférable d'avoir 2 amplificateurs, 1 pour les graves, s'il distord un peu, ce n'est pas très important puisque le deuxième amplificateur sera peu sollicité et fournira un signal propre aux fréquences sensibles à l'oreille humaine.

Le bon choix peut être celui d'enceintes 2 voies type "bibliothèques", épaulées par un ou 2 caissons de grave, dont la position pourra être choisie pour améliorer les problèmes de résonances dans la pièce (on y reviendra) et dont le niveau de grave sera distinctement réglable.

Reste le choix de ce matériel, le marché offre un choix judicieux, mais il est préférable de choisir parmi les grandes marques HiFi et à moins de 400 euros la paire en neuf, il est rare de trouver des modèles performants, les modèles entrée de gamme faisant des économies sur la motorisation des HP (petite bobine, support de bobine basique, Haut Parleur premier prix, composants de filtrages chimique déviant)
On fait aussi toujours le choix de caisses en bois, le plastique n'étant pas adapté.

Le choix de moniteurs de studio est une belle alternative, avec souvent un amplificateur par voie et une mise en phase optimale


Découvrons d'abord le fonctionnement acoustique de l'enceinte.



Le champ direct, le champ diffus :

La qualité du son perçue, c’est avant tout une réponse en fréquence homogène DANS LA ZONE D’ECOUTE.
Une écoute dite Hifi, c’est une réponse en fréquence linéaire, sans trou et sans bosse importante dans le spectre sensible à l’oreille humaine, de 300Hz à 4kHz, c’est la réponse en fréquence ou les accidents en fréquences sont INTERDITS.

Cette réponse en fréquence en zone d’écoute est composée :

- Du champ direct, c’est le son qui sort des enceintes
Et
- Du champ diffus, c’est le son des réflexions de la pièce, (murs, sol, plafonds)

Les 2 courbes de réponse doivent être proches, sans accident brutaux majeurs de 80Hz à 5kHz, sinon, une partie des pics de fréquences masquerons l’autre partie et les sensations des auditeurs décrivant des enceintes comme étant articulées, chaleureuses, rapides, avec un grave qui tape et l'aigu qui file etc.… ne serons plus, pour cause d’accident de réponse, c’est aussi simple que cela, il n’y a pas d’autres causes !

Dans une petite pièce, l’acoustique est souvent mauvaise car le champ direct des enceintes est gravement perturbé par les réflexions multiples du champ diffus, dues à la proximité des parois et à un environnement trop réverbérant. C'est particulièrement vrai dans les basses fréquences.

Pour améliorer cela, un traitement acoustique de la pièce peut réduire sensiblement ce problème.
http://www.homecinema-fr.com/forum/general-haute-fidelite/acoustique-en-hifi-theorie-et-pratique-t30084753.html

Pour remédier à un champ diffus de mauvaise qualité, il faut rapprocher le point d’écoute des enceintes afin de diminuer le masquage du champ direct par le champ diffus : http://www.homecinema-fr.com/forum/enceintes-haute-fidelite/la-planche-a-roulette-en-hifi-t30086338.html





La directivité :

1- DIRECTIVITE, Le diamètre du Haut parleur devant la longueur d'onde : Plus l'onde est courte devant un surface émissive donnée, plus le haut parleur devient directif.

Pour cette raison, les hauts parleurs doivent être de diamètres de plus en plus petit au fil de la montée en fréquence, un tweeter de petit diamètre devant une onde très courte (vitesse du son en ms / fréquence) gardera une directivité proche au raccord avec le haut-parleur plus grand pour les médiums sur des ondes plus longues et plus encore pour les basses fréquences).


2- Fractionnement des membranes et distorsions :
Il est difficile pour un seul Haut-Parleur de reproduire l’ensemble des fréquences sonores, comme tente de le faire par exemple le HP large bande, car au fur et à mesure de la montée en fréquence, la membrane se déforme en fonction de la vitesse de la bobine, entrainant sa diffraction, avec pour effet de ne plus avoir que la partie centrale du HP, celle qui est en contact avec le collage de la bobine, à pouvoir suivre les fréquences élevées…
6000 Hz, c’est 6000 vibrations de membrane par seconde…


En plus du principe de la longueur d'onde devant la taille de haut parleur, la directivité des ondes sonores montent proportionnellement à la déformation du cône.
Pour offrir une visualisation à cet effet, on pourrait faire l'analogie avec un tuyau d'arrosage dont la buse permet de modifier le cône du jet



Dans les basses fréquences, le jet est large et crée une sphère à 360° autour du HP, il se resserre pour finalement ne devenir qu'un jet unidirectionnel dans les hautes fréquences.
A l'écoute et dans un axe parfait du flux, cela ne poserait pas de problème, mais ce serait oublier ce qui ce passe hors axe, sur les murs de la pièce, la pression restituée par les murs diminue à mesure que la fréquence monte... dès que l'on quitte l'axe précis, la réponse générale est grandement altérée, ce schéma de directivité croissant, passant de l'omni-directivité à l'uni-directivité n'est pas viable pour s'assurer d'une bonne réponse en zone d'écoute, la zone d'écoute étant trop restreinte.

*Il faut additionner à cela qu'un HP dont la déformation du cône dépasse ses limites élastiques, crée une distortion très audible par effet de son fractionnement, nous reviendrons plus tard sur cet autre sujet


Cet effet de resserrement de directivité sur un Haut-Parleur de 46 cm n'a rien de comparable à un HP de 5 centimètres, c’est proportionnel…
Voici une idée approximative des limites de déformations / fractionnement en fonction du diamètre des HP, permettant d'éviter un fort resserrement de la directivité :
46cm = 300Hz
38cm = 600Hz
30cm = 900Hz
26cm = 1,2 kHz
21cm = 1,5 kHz
18cm = 2 kHz
13cm = 3 kHz
9cm = 5 kHz
6cm = 12 kHz
3cm = 20 kHz



Comme un 13cm suffit à couvrir le grave dans une petite pièce et que sa montée en fréquence pousse jusqu’environ 3kHz sans trop d'écart de directivité, il suffit de le raccorder avec un 3cm, c’est donc une enceinte 2 voies dont la directivité globale restera homogène.
2 voies n'a pour inconvénient qu'un seul raccord entre voies, c'est aussi un avantage, car un autre problème majeur se pose, celui du raccord entre ces 2 HP, le flux de l'un ayant des effets perturbateurs sur le second, on tente pour cette raison d'en diminuer le nombre.


Hors de question de laisser passer l’ensemble de la réponse en fréquence dans les 2 HP car le 13cm sera en diffraction au-dessus de 3 kHz et le tweeter de 1cm laissera apparaître une forte distorsion à cause de sa bobine très légère, destinée aux hautes vitesses de déplacement pour les hautes fréquences, elle ne supportera pas les tensions élevées des basses fréquences…

Il faut donc injecter les bonnes tensions et les bonnes fréquences dans chaque HP, pour cela on utilise un filtrage entre les 2 Haut-Parleurs,

Dans ces conditions, il faut des enceintes dont l’homogénéité de directivité soit parfaite afin que la fusion des voies s’effectue à 100% à une distance courte, mais aussi pour que la réponse en fréquences reçue par les murs soit homogène.

Ce point est primordial, imaginons une enceinte dont le médium serait directif, les sons graves et aigus réfléchiraient sur les murs avant le médium, la réponse en fréquence des murs serait radicalement modifiée avec un impact catastrophique sur la réponse en fréquence du champ diffus, donc sur la réponse en fréquence finale au point d'écoute, qui ne pourrait plus respecter une tenue de réponse dans 2dB, aussi fameuse en soit la source…

On voit par exemple sur le schéma ci-dessous, l'évolution de la directivité d'un Haut Parleur lors de sa montée en fréquence.

Par exemple ici, sur la courbe rouge à 1kHz, le diamètre du HP à raccorder devra être situé entre 30 et 26cm, ce qui constituerait une bonne enceinte 2 voies offrant un bon rendement, avec une compression sur pavillon (offrant au passage un contrôle de la directivité) au delà de 1kHz.

Image

Il est primordial qu'au niveau du raccord avec par exemple, un Haut Parleur de grave / médium, la directivité des 2 hauts parleurs soit de valeurs proches pour ne pas déséquilibrer l'enceinte sur sa réponse hors axe.


C’est la base du choix d’une enceinte multi haut-parleur ou du système d'enceintes lui-même, bien au-delà de sa tenue en puissance et de sa distorsion.
C'est ce que l'on appelle "la réponse en puissance de l'enceinte" qui est un cumul de ses courbes de réponse dans l'axe et hors axe.)


Ou trouver les informations vitales sur ces mesures de réponse en fréquence et en directivité ?
C'est surprenant, mais la presse française ne publie pas ce type de mesures, trop discriminatoire, cela pourrait faire mauvaise publicité à un gros annonceur...
Il faut donc regarder à l'étranger pour trouver des tests sérieux de produits hifi, avec toutes les mesures nécessaires afin de prendre connaissance du niveau qualitatif réel de ce qui nous est proposé sur le marché.

Nous avons donc créé un post regroupant les sites étrangers proposant des mesures :
https://www.homecinema-fr.com/forum/general-haute-fidelite/comment-trouver-et-interpreter-les-infos-techniques-audios-t30090982.html

Utilisez un traducteur intégré dans votre navigateur web pour ces langues étrangères.
Faites vous aider sur le forum en consultant certains membres du forum qui pourrons vous aider dans la lecture de ces courbes, la rubrique enceintes DIY concentre beaucoup de compétences sur ces sujets.
Une paire d'enceinte qui propose une belle courbe de réponse dans l'axe et hors axe, avec une courbe d'impédance correcte est celle qui convient.

Cette paire d'enceinte doit couvrir la zone d'écoute et passer les pointes de dynamiques, si la pièce est supérieure à 20m2, il faut déjà que le SPL disponible soit conséquent, le rendement général de l'enceinte est un critère primordiale, plus encore que sa tenue en puissance.
Grande pièce, grosses enceintes est une bonne règle car le grave est plus amplifié dans une petite pièce, mais de grosses enceintes peuvent bien fonctionner dans une petite pièce, si les centres émissifs sont proches (le centre des HP) et si la directivité est suffisamment élevée pour que les différentes voies fusionnent avant le point d'écoute.

La taille de l'enceinte dépends plus de la distance d'écoute, donc de la distance critique (point ou le champ direct et le champ diffus de la pièce est à 50/50%) que de la surface ou du volume de la pièce, surtout si elle présente une ou des ouvertures.





Le filtrage des Hauts parleurs

Pour ne laisser passer que les fréquences et la puissance électrique nécéssaire à chaque haut-parleur, on pose devant ses bornes d'entrée, un jeu de condensateurs et de self + résistances, qui en fonction de leurs positionnement et de leurs valeurs, dessinent la réponse de l'enceinte.
Dans le temps bricolé et objet de recherches empiriques, il existe depuis peu, des softs de simulation performants permettant de calculer un filtrage correct après avoir renseigné les paramètres de chaques HP et ainsi de sculpter la réponse de l'enceinte, dans certaines limites...

Kro nous explique ici plus en détail le fonctionnement d'un filtre passif : http://www.justdiyit.com/filtres-passifs-principes-des-fonctionnement/

Néanmoins, l'association d'un filtre de fréquence mal conçu avec les HP et leurs décalages en profondeur sur la face avant de l'enceinte génère de nombreux problèmes, dont des rotations de phases avec des inversions parfois totales à 180°, ainsi que de gros accident de directivité.
Parfois en opposition de phase à certaines fréquences, le son des HP s'annule, l'un avance, l'autre recul !

Ces effets sont souvent inévitables, à ce jeu, le filtrage montre assez vite ses limites.
Il résulte des défauts au raccord entre 2 HP.

Ces rotations de phases incluent également des modifications dans la directivité des voies et nous connaissons à présent l’importance de la directivité !
Ces phénomènes créés des trous dans la réponse en fréquence de plusieurs dB sur le champ direct et le champ diffus, et nous fait quitter l’objectif Hifi que nous avions, c’est irrémédiable !

Le calcul précis d'un filtre fréquentiel est complexe car ils doit inclure la gestion naturelle des pentes de réponse en fréquence des HP à filtrer, associé à une réponse temporelle pour limiter les accidents de phase et tenir compte de la réponse hors axe des HP voisins....

La valeur des composants du filtre passif est primordiale et si les composants, souvent chimiques sur les enceintes bas de gamme, n’assurent pas un filtrage précis, le résultat du raccord entre les 2 voies sera une catastrophe.

Le filtrage doit donc être évité ou limité dans une enceinte et utiliser de bon composants, capacité en polypropylène, self avec un diamètre important de fil de cuivre, c’est tellement vrai qu’une enceinte à base d’un seul HP large bande sans filtrage, fonctionne mieux qu’une 3 voies mal filtrée ! http://www.justdiyit.com/self-a-air-ou-self-ferrite/

Conclusion : il faut limiter le nombre de voies et n'augmenter ce nombre que lorsque leurs diamètres n'offrent plus la puissance acoustique nécéssaire à couvrir la zone d'écoute, problème commençant toujours par la reproduction des basses fréquences.
Eviter les enceintes inutilement équipées de nombreux HP est une règle de base, ce n'est pourtant pas ce qui manque sur un marché ou, pour faire croire à une maitrise de la technique, de nombreux HP sont mis en oeuvre, alors qu'il faut au contraire en réduire le nombre, mais faire le choix de HP dédiés à leurs applications. Avec 3 voies, 3 ou 4 HP, il n'y a pas de limite en environnement domestique.

Le filtrage actif est une alternative moderne au filtrage d'une enceinte et résout ne nombreux problèmes aux raccords, mais exige d'attribuer un amplificateur par haut-parleur, ce qui n'est pas un problème sur un système haut de gamme:
http://www.homecinema-fr.com/forum/enceintes-haute-fidelite/filtrages-enceintes-passif-ou-actif-des-differences-t30085872.html





Les basses fréquences :

Pour reproduire les fréquences graves, il faut que le haut-parleur soit capable de déplacer de l’air, plus la quantité de grave à reproduire est importante, plus le haut-parleur doit être gros et si cela ne suffit pas, il faudra en multiplier la quantité pour atteindre le niveau de grave requis.

Ainsi dans une pièce de 15m2, lorsque 2 HP de 13 cm suffisent à couvrir le niveau grave (soit un diamètre de membrane totale d'environ 26cm) sur un concert comme au Stade de France, le grave serait couvert par un diamètre de haut parleur équivalent de membrane de 50 m !!!
Une salle de cinéma type Imax sera à environ 9 m … mais comptons quasiment le double car ils s'agit d'une nouvelle génération de HP à longues courses (grand débattement, grand Xmax)

Au delà de la surface de membrane, sa course est aussi déterminante, son déplacement est délimité par ce que l'on appel le Xmax, qui est la limite maximale du déplacement du cône avant une distortion maximale (ne pas confondre avec le Xmech qui est la limite mécanique en butée qui entraine la dégradation ou la destruction du HP, souvent entre 2 et 3 fois le Xmax)

Ainsi, si un haut parleur fait 20cm de diamètre et que son Xmax n'est que de 5mm, sa capacité maximale à déplacer de l'air sera 2 fois moindre qu'un Hp dont le Xmax est de 10mm (en y appliquant la puissance proportionnellement supplémentaire).
Autre exemple, un HP de 20cm avec une limite de 20mm de Xmax déplacerait en limite, autant d'air qu'un autre d'une surface double (30cm) et d'une limite de seulement 10mm de Xmax.

Démonstration de HP à longue course (grande limite de X, ici 100 mm !!!!) :



Néanmoins, il faut raison gardée, car en se rapprochant des limites du Xmax d'un HP, la bobine se trouve moins exposée dans son champ, ce qui entraine de la distortion.
C'est donc un compromis que le constructeur doit trouver entre surface de membrane, longue course et tenue thermique en puissance du moteur (compression thermique).


Descendre dans le grave :

La résonance d'un haut parleur est le critère qui défini sa capacité à reproduire du grave, on peut lire sur les caractéristiques d'un haut parleur son comportement.
La Fs est la fréquence de resonance du Haut Parleur, le Qts est le facteur clé de l'amortissement du HP, il s'agit d'un calcul effectué à partir de son facteur d'amortissement électrique le Qes et mécanique, le Qms.

De façon simple, en divisant la Fs par le Qts, on trouve en Hertz un facteur de capacité à reproduire les basses fréquences.
Par exemple, Fs 30 / Qts 0,30... soit 100Hz.
Sous les 100Hz, c'est un HP dédié aux très basses fréquences, avec un rendement assez faible pour cause d'amortissement trop faible.
Au dessus de, par exemple 250Hz, c'est un HP dont le rendement est facile (gros moteur, membrane peu sollicitée pouvant donc être construite de façon légère, Xmax nul) et spécialisé dans les fréquences médiums.
A 500Hz et au dessus, c'est un tweeter.

L'explication des T&S est très bien faite par TLHP : https://www.toutlehautparleur.com/parametres-thiele-and-small

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'en terme de comportement, un HP ne peut pas reproduire parfaitement des basses et des hautes fréquences et pas seulement à cause de son diamètre ou du fractionnement de sa membrane.

Pour faire du grave, le HP doit être peut amorti, donc un Qts élevé.
Ce faible amortissement est obtenu par une force magnétique assez faible (Bl) et d'une masse mobile élevée (Mms), en résulte un Haut Parleur assez peu "tenu" par son moteur pour cause d'un rapport poids / puissance électrique assez faible, en résulte un HP qui résonne mais qui n'offre qu'un rendement faible.

Placé dans une caisse adaptée, proche de sa fréquence de résonance, il offrira un grave d'autant plus profond que son Qts sera fort et sa Fs basse, mais il aura besoin de beaucoup de puissance électrique pour s'animer car son rendement, souvent inférieur à 85dB/w/m n'offrira que peu de pression acoustique par watts injectée.

La capacité de la tenue en puissance de la bobine est la limitation de ces HP dédiés aux basses fréquences, avec leurs limites de déplacement du cône (le Xmax)
Les meilleurs HP de grave cumulent donc une bobine solide "haute température", jusque 5 000 watts réels de tenue (bobine électrique de haute technologie, entre 7 et 15 cm de diamètre, longue, plongée dans un aimant ventilé de diamètre assez réduit (faible Bl) mais long pour permettre la longue course de la bobine).
Ce haut parleur reproduira avec peu de précision les sons médium, sa masse mobile et son manque de motorisation (BL faible, amortissement faible) ferons de lui un piètre candidat à haute vitesse (fréquence au dessus de 400 allez et retour de la masse mobile, soit 400Hz, le bas médium.

Un HP à haut rendement affiche au contraire, un amortissement fort, une forte puissance magnétique, une membrane légère, un aimant court et de gros diamètre très puissant (fort Bl), il s'agit là de HP à fort rendement, facilement plus de 100dB/w/m.
Ces HP ne résonnent presque pas, ils ne peuvent donc pas faire de grave et se trouvent dans des charges acoustiques faibles (petite caisse d'enceinte), par contre, 100 Watts dans la bobine d'un HP de 100dB, c'est bruyant, ça fait déjà 120dB à 1 mètre...
Pour produire nos 120dB à 1 mètre avec notre HP de 80dB à 35Hz, il nous en faudrait... 10 000 watts... on ne descends donc jamais aussi bas en fréquence, on tente d'avoir 85dB à 50Hz pour déjà une grosse enceinte, avec 100 Watts on obtient 105dB et le gain de la pièce fournit le reste (souvent vers les 15dB de "room gain" dans le grave), nous obtenons ainsi nos 120dB utile en pic pour passer les pointes des morceaux les plus dynamiques, mais au prix d'une concession sur le bas grave.
Ce HP ayant une masse mobile très légère et une forte motorisation, il ne fera pas de grave car il ne résonne pas, par contre, il est très fort à haute vitesse, candidat idéal pour les sont médium (400 / 2kHz)
Sa capacité à monter plus haut dépendra de son diamètre (voir les raisons du filtrage et les fréquences de raccords en fonction des diamètres de HP plus haut), pour des problème de directivité / problème de réponse en puissance)


Sur une enceinte THDG, on trouve l'association de HP très spécialisés, à forte résonances pour la reproduction des infra basses et à résonances faibles avec du rendement pour les médium et HF.
Entre ces 2 mondes, les différences de puissances électriques sont importantes en entrée de bobine des différents HP, le choix de la multi amplification est toujours faite, associée à un filtrage actif.

Ces extrêmes sur les enceintes "grand publique" n'existent pas car il est rare d'avoir un HP réellement dédié aux très basses fréquences, associé à un HP de médium à fort rendement, des rendements de 90 / 95 dB/w/m étant généralement suffisant en environnement domestique pour écouter à un niveau maxi de 95dB moyen à 2 mètres des enceintes.

Un programme d'écoute plus éloigné exige des enceintes à forte capacité SPL, offrant une meilleure immersion, mais cela passera par la multiplication des HP de grave car on le voit, c'est lui qui pose problème à cause d'un rendement proportionnellement plus bas au fur et à mesure que les fréquences à reproduire sont basses.







La cible SPL :

N’embarquer qu’un seul filtrage sur un système 2 voies permet aujourd’hui de monter très haut en niveau sonore, tout en respectant l’ensemble de la réponse en fréquence, du bas grave à l’extrême aigu !!!

Le passage à 3 voies ne doit s’effectuer que si un système 2 voies n’est plus apte à couvrir le spectre total au niveau SPL requis car il faudra un gros HP de grave, dont la directivité sera trop forte pour raccorder le tweeter

Pour conserver ces 2 voies uniques, il faut donc trouver des HP larges bandes en fréquences.

Pour un constructeur d'enceintes, l'astuce pour prolonger la réponse en fréquence dans le grave consiste à concentrer l'énergie de l'onde arrière du haut parleur en pression dans sa caisse dans un système de résonateur :
- Soit part un système d'évent, ce que l’on appel une charge en Bass Reflex avec une fréquence d'accord type.
- Soit par un haut parleur passif, aussi appelé radiateur passif, animé par les variations de pression de l'onde arrière dans la caisse.

Dans les enceintes 2 voies classiques, la fréquence de coupure est au environs de 2kHz, la qualité du HP de grave / médium est primordiale et si 1 seul HP ne suffit pas pour le grave, il est possible d’en rajouter un second STRICTEMENT IDENTIQUE pour atteindre la cible SPL souhaitée, c'est une enceinte 2.5 (2 voies + 1 demi voies car 2 HP identiques de grave dont 1 grave sans filtre et un filtré pour uniquement amplifier de 3 ou 4 dB le son entre 20 et 300Hz par exemple)

Il ne s’agit pas là d’un vrai filtre entre voies car l’un des 2 HP continue à couvrir l’ensemble du spectre, les 2 HP ont exactement la même sommation, sans ce raccord, pas de soucis de phases, ces enceintes sont dite "2.5 à renforcement de Basses", dont le gain dans le grave est de 3 à 4dB en fonction de la conception de l'enceinte et du couplage des 2 HP.
Une 2 voies ou une 2.5 à renforcement de basses est un excellent choix car ces enceintes n'intègrent qu'un seul filtrage réel avec raccord entre 2 Haut-Parleurs !
3 voies ou 3.5 correspond à une cible SPL plus élevée.

Ainsi, le choix d’une 2.5 ou 3.5 voies ne comportant qu'un ou 2 filtrages est le bon dans la majorité des petites pièces domestique à vivre…



Haut Rendement (HR) ou bas rendement (BR)
Cette définition est un peu vague et s'il fallait placer une barrière, on pourrait dire qu'une enceinte est à haut rendement lorsque sa fréquence de 200Hz à 6 kHz dépasse les 97 décibels pour 1 Watt (2,83 volts)

Pour simplifier et d'une manière générale pour les identifier rapidement, une enceinte avec un pavillon de plus 40 cm de large à des chances d'être à Haut Rendement.

Le rendement sert uniquement à obtenir un SPL élevé avec moins de watts, donc à passer les crêtes sans distortion.
Les amplificateurs modernes offrent des taux de distortion bas et n'ont aucune difficultés à fournir la puissance nécéssaire à une enceinte dont le rendement est faible, le choix du rendement ne s'effectue donc qu'en fonction du besoin SPL sur la zone à couvrir, plus ce besoin est élevé, plus le rendement de l'enceinte sera élevé (grande pièce, zone d'écoute éloignée des enceintes).

On peut noter que le rendement dans le grave est généralement bas, ainsi, 90dB à 40Hz n'est reproductible que par un très bon HP de 46cm, dédié à cet exercice, c'est donc un HP à Haut Rendement dans le grave....
Un gros moteur de compression + son pavillon peut atteindre plus de 115dB/w/m à 1kHz.

Aujourd'hui, dès lors que l'on veut des performances hors normes, avec un rendement très élevé et un système de filtrage actif (très précis), le mieux est de faire appel à un assembleur d'enceintes.

Ce type d'enceintes haut de gamme à pavillon sont à des prix anormalement élevées sur le marché, pour des résultats parfois moyens.
De plus, l'assembleur peut faire le choix des dernières technologies et peut choisir les meilleurs composants disponibles, comme les HP, les compressions, les filtres actifs, DSP et amplifications, ils peuvent être intégrés directement à la genèse d'un projet haut de gamme.





La distortion

C'est l'autre critère fondamental d'une enceinte Hifi avec sa directivité.

Le constructeur doit trouver les bons haut parleurs et les utiliser dans leurs plages d'utilisation optimale, là ou la distortion reste basse.

A partir de 300Hz, 0,5 % de distortion s'entends, 1% et plus est pourtant quelque chose de fréquent sur des enceintes "milieu de gamme" du marché et cela n'a rien de très HiFi.
La distortion monte au pro rata de la montée du niveau sonore.

Un constructeur souhaitant limiter la distortion doit mesurer les haut parleurs avec précision, analyser leurs courbes de distortion au niveau SPL d'utilisation optimal des enceintes.
Hélas, c'est là ou de nombreux constructeurs font des compromis, les bons HP étant rare, leurs prix élevés et la qualité parfois limitée à la production qu'effectue le constructeur en interne.

On peut mesurer cette distorsion à l'aide d'un micro : http://hifi-stereo.fr/mesure-de-distortion/


Kro, très présent sur la section DIY de ce forum nous explique en détail ce qu'est la distortion : http://www.justdiyit.com/distorsions-harmoniques-lecture-et-interpretations/


Il mesure aussi différents haut parleurs et en fait le compte rendu : http://www.justdiyit.com/category/tests/

Regardons par exemple la différence de distortion entre 2 composants :

1- Une compression 2 pouces, l'une des meilleurs existante, la Radian 950pb, coût unitaire 600 euros + son pavillon à secteur de gorges (par exemple Arai 290) 1000 euros l'unité, soit un peu plus de 3000 euros la paire : https://www.toutlehautparleur.com/media/catalog/product/datasheet/radian/950PB-8.pdf

2- Un HP à haut rendement de 100dB conçu pour le médium, le Beyma 605nd, https://www.toutlehautparleur.com/haut-parleur-beyma-605nd-8-ohm-174-mm.html

Ici dans cette enceinte Sloven haut de gamme http://www.bvaudio.sk/f3b.htm



Ci-dessous, la Radian 2″, la distortion Harmonique pair H2 en rouge, reste en permanence entre 0,1 et 0,2% de 550Hz à 10kHz.

Sa distortion Harmonique d’ordre impair H3 en orange est encore plus basse et très linéaire, il faut attacher un regard particulier à cette courbe, c’est principalement elle que détermine la qualité du composant, ici elle est inférieur à 0,1% entre 700 et 10kHz, alors que le SPL est supérieur à 110dB/w/m, c’est une valeur rare que seul ces compressions très haut de gamme offrent. Il y a un petit pic à 0,3% à 680Hz, c’est le seul petit défaut que nous pourrions trouver.

Ce composant est à l’écoute, doté d’un son sans coloration audible, d’une clarté absolue, d’autant qu’avec son rendement de 111 dB pour un Watt et sa tenue en puissance de 100 watts AES, il y a une marge de puissance élevée, rappelons qu’en multipliant à chaque fois le nombre de watts par 2, on gagne 3 décibels, ainsi avec une multiplication par 10 de la puissance aux bornes de cette compression, soit seulement 10 watts, nous obtiendrons déjà 121dB à 1 mètre, environ encore 119dB à 3 mètres, soit un pic de dynamique de 20dB sur un morceau dont le niveau moyen serait au point d’écoute de 100dB, un niveau discothèque… mais avec une distorsion extrêmement faible, inimaginable avec un autre type de transducteur. Le prix est le critère restrictif, ainsi que la distance d'écoute minimale, environ 3 mètres.

Image


Comparons maintenant à un bon haut parleur du marché, 100dB/w/m, amant néodyme, déjà du beau matériel.

Image

On constate ici, toujours en rouge, une distortion Harmonique pair H2 située aux environ de 0,5%, donc déjà sensiblement audible, rien de bien grave pour l’instant, la H2 pouvant se marier convenablement avec la fondamentale.

La distortion Harmonique H3, courbe jaune pose beaucoup plus de problème, sous les 700Hz et proche de 2kHz, nous atteignons 0,5%, alors que c’est déjà un Haut Parleur de grande valeur technique.

Pire, nous avons un pic de H3 à 0,7%. Ce composant sera bien moins transparent et agréable à l’écoute que la Radian 950pb, il est pourtant déjà considéré comme un bon composant HiFi, une grande majorité des haut parleurs employés sur les enceintes grand public, sont bien loin de ces qualités, avec des taux de H3 très supérieur à 1% sur une mesure à 100 décibel à 1 mètre.




Conclusion, alors comment choisir ?

On a tendance à penser qu'il faut aller écouter les enceintes pour les choisir, oui mais... dans un magasin, cela ne sera pas d'une grande aide !
L'acoustique de la pièce étant responsable d'une grande partie du résultat final, l'écoute dans un autre lieu que le lieu final (votre salon) n'est pas très utile.

Il faut impérativement tester chez soi, après avoir respecter les règles de base du placement des enceintes, et idéalement après une égalisation des enceintes.

Les différences les plus audibles sur ce type d'écoute concernent principalement la réponse en fréquence de l'enceinte et la distortion audible.
La courbe de réponse de l'enceinte doit être idéalement et théoriquement plate en chambre sourde, en réalité, elle doit surtout tenir dans une tolérance faible autour d'une courbe cible qui peut être plate, ou typée, ou adapté à la situation acoustique offerte par la pièce, à partir d'une correction intégrale au point d'écoute (possible seulement en mono auditeur).

Les courbes de réponses proposées par les enceintes sont souvent typées, l'exemple classique porte sur une augmentation du grave et de l'aigu, mais d'autres enceintes on un boost dans le médium.

La courbe proposée par une enceinte ne sera pas forcément votre favorite, ainsi lorsque l'on fait l'écoute de plusieurs enceintes, en magasin ou ailleurs, c'est principalement cette courbe que l'on écoute...

Il est dommage de ne choisir une enceinte que sur un critère aussi basique que la courbe de réponse offerte par le constructeur, c'est tellement simple à modifier par égalisation... égalisation que le constructeur à choisi de faire en fonction de la stratégie définie sur le modèle d'enceinte, enceinte neutre (réponse plate), enceinte avec du grave (+ 4 ou 6 dB de 50 à 80Hz), aigu très défini (boost avec +2 dB à partir de 2kHz) ce sont les descriptifs de certains comptes rendus d'écoutes d'enceintes
Ce sujet de la courbe cible est relativement maitrisé par certains constructeurs qui "type" la sonorité de leurs enceintes, d'autres ne maitrisent pas le sujet et ont un résultat hasardeux, avec des trous importants de plus de 5dB dans les fréquences sensibles.

L'influence de la courbe de réponse sur l'écoute est tellement déterminante que de réussir à juger d'autres critères est compliqué, sauf sur le critère de la distortion, audible lorsque l'on monte le volume et qu'elle apparait alors nettement.

Aujourd'hui, il y a la possibilité d'égaliser finement la courbe de réponse d'une enceinte à l'aide d'un égaliseur muni d'une mémoire et d'un DSP.
Par ce moyen, on peut appliquer la courbe de réponse que l'on souhaite à toute les enceintes, à condition que ces dernières aient les capacités à accepter ces quelques modifications de courbes.
En branchant un smartphone sur l'entrée "Aux" d'un ampli, comme un iPhone qui jouerait depuis iTune, on peut choisir pour en voir les effets, différents profils d'égalisation (sous IOS, réglages > musiques > égaliseur)...

Voici un exemple de courbe de réponse d'une enceinte de haute performance dans le grave, mesuré au point d'écoute en situation acoustique favorable après égalisation.
On note que la courbe reste dans une tolérance de 2 décibels dans les fréquences sensibles, signe de l'audibilité de toutes les fréquences, sans trous ou bosses, il n'y a pas de fréquences masquées et le grave est étendue jusque 20Hz.

Une réponse avec un défaut aussi faible dans la réponse offre les meilleurs résultats possibles, si en plus, les HP sont de grande qualité (distortion faible), le filtrage de qualité, la directivité homogène et la réponse impulsionnelle parfaitement calé, vous avez là le meilleur résultat imaginable côté enceinte, la pièce restera le point faible du système

Image



Si le but est la recherche d'une certaine perfection, le conseil peut être dans un premier temps, de s'équiper d'un égaliseur, ou de faire appel à un spécialise de l'égalisation pour effectuer une bonne calibration de l'enceinte ou d'apprendre à faire ces mesures et réglages soit même tant le résultat final dépends de cette courbe de réponse : https://www.homecinema-fr.com/forum/caissons-de-basse-haute-fidelite/quel-dsp-pour-egaliser-son-systeme-t30088166.html




En dehors du choix d'une paire d'enceinte pour sa courbe de réponse dans l'axe et hors axe, comment choisir ?
Tout simplement en faisant le choix de critères techniques correspondant à son cahier des charges, donc de définir avant tout ce cahier des charges.

Le cahier des charges est avant tout limité par la pièce, c'est elle qui va limiter les possibilités de l'installation, si elle est petite, elle boostera considérablement le grave et de manière assez négative.

Des enceintes offrant une réponse assez courte dans le grave seront indiquées dans les petites pièces.
Dans les basses fréquences, compte tenu des limitations de la pièce, il faudra choisir entre "le kick" (l'impact que fourni l'enceinte vers les 70 - 100Hz) et les fréquences plus basses (40 - 50Hz), qui résonnent plus facilement et excitent les modes fréquentiels de la pièce, souvent situés vers ces fréquences.

Kick ou bas grave, c'est un compromis à trouver, mais monter de trop les basses à un effet masquant sur le kick et casse l'impact de l'enceinte au profit d'un ronronnement grave, généré par les 2 ou 3 modes résonants fabriqués par une pièce non adaptée à la reproduction sonore.

Des grosses enceintes, offrants trop de basses devront être égalisées pour s'adapter à une pièce trop petite ou mauvaise, à fort modes fréquentiels. https://www.homecinema-fr.com/forum/enceintes-haute-fidelite/le-gmep-en-video-adaptation-piece-enceintes-t30086820.html
Des enceintes plus petites, type "bibliothèques" en 2 voies, avec un haut parleur de grave/médium de 15 à 22cm offrent une réponse naturelle plus courte et seront plus adaptées à des pièces de 12 - 20m2.

Plus la pièce est grande, plus elle peut avoir la possibilité d'accepter des enceintes capables de descendre dans le bas grave, sans pour autant masquer de trop le kick et accompagné d'une montée de la pression sonore, ce point restera un réglage déterminant lors de la calibration des l'enceintes en place dans la pièce.

Les enceintes avec une surface de membrane plus élevée et à radiation directes sont adaptées à ces conditions, en étant toujours vigilant sur la distortion et respectant les règles de base de la directivité.
Les 3 voies s'imposent dans ce programme (ou 3 voies et demie.)

Comme indiqué en début de post, l'acoustique peut être améliorée et les enceintes doivent être placées le plus loin possible des murs.
La zone d'écoute doit être rapprochée si une écoute plus analytique est recherchée, cette configuration sera souvent meilleurs, la limite lointaine étant le respect d'un triangle équilatéral, l'espace entre enceinte représentant la zone la plus éloignée possible des enceintes.

Plus la pièce sera grande et son acoustique favorable (mate), plus la zone d'écoute d'écoute pourra être reculée et plus les enceintes devront avoir capacité à fournir un niveau sonore élevée, avec du bas grave... tout en tenant une distortion faible.

Pour atteindre ce résultat et dans une pièce de plus de 40m2, le rendement des enceintes devra être supérieur et le grave, généré avec un ou plusieurs HP dédiés, de grande surface et / ou à grande élongation.

Au delà de 3 mètres possible et d'une demande en SPL supérieure, il est conseillé pour s'assurer d'un bon rendement et d'une distortion faible, de faire le choix d'enceintes équipées d'une chambre de compression sur un pavillon dédié de qualité pour la section haut médium / aigu. C'est dans ces conditions, la solution qui offre une distorsion encore contenue, une gestion de la directivité et une capacité SPL élevée.

Dans ces conditions, les grandes colonnes à radiation directe sont dépassées par les dernières compressions hautes technologies récemment apparue sur le marché et que l'on ne trouve pas sur les enceintes de grande série (voir les mesures ci-dessus et à titre d'exemple d'une Radian 2", c'est la même chose avec des compressions plus petites en 1 ou 1,4", avec une coupure adaptée aux capacités du moteur).

Toujours en conditions acoustiques favorables, pour le grave et le bas grave, il faut des HP spécialisés, soit de grandes tailles (12, 15 ou 18 pouces), soit par leurs multiplications avec un passage en 3 voies obligatoire permettant le choix d'un HP qui déplace beaucoup d'air pour le grave (surface et course), par exemple de 20 à 80Hz et un autre qui offre le kick et permet le raccord avec la compression, raccord vers 1kHz, en fonction du type de compression choisie.

Il existe plusieurs configurations pour ces solutions hautes performances et basses distortion, configurations d'enceintes qui s'accompagnent sur ce genre de projets "haute performance", à une acoustique étudiée à l'aide de la mesure.


Comment tester les enceintes ?

- La distortion : Il est possible dans un premier temps, de choisir des morceaux de musiques difficiles et de monter le volume pour chercher à entendre la distortion.
Si la distortion audible arrive vite, il ne faut évidement choisir un autre modèle.

Les enceintes mal conçues ou / et équipées de mauvais Haut Parleurs sont vite éliminées à ce jeu, avec parfois des bruits suspects...
Aucune mauvaises enceintes ne peut être comparée à l'écoute de distortion à un modèle équipé de bons Hauts Parleurs (voir ci-dessus les limites de l'audibilité de la distortion).

Des morceaux de musique sélectifs sont sur ce post : https://www.homecinema-fr.com/forum/general-haute-fidelite/choix-musiques-tests-comparatifs-enceintes-t30090298.html

- Mise à part la distortion, le reste est compliqué à tester en dehors d'une initiation à la mesure (courbe de réponse, directivité, réponse Impulsionnelle), donc d'un micro.

La courbe de réponse étant responsable de grandes différences, c'est avant tout son égalisation / optimisation qu'il faudra entreprendre, il est possible de jouer à l'oreille pour se rendre compte des effets extrêmes d'une modification de courbe de réponse, en choisissant par exemple pour source, un ordinateur et un player.

Cette solution pour tests rapide est possible, par exemple à l'aide de Foobar http://www.commentcamarche.net/telecharger/telecharger-195-foobar-2000 et de son plugin d'égalisation.
D. Pétoin propose une alternative rigolote pour tester soit même des courbes cibles grâce à son travail : http://petoindominique.fr/php/cible.php, voir le chapitre "Essayer la courbe cible pour 15 €"

Finalement, ce n'est qu'une fois égalisée que des enceintes peuvent être comparées à l'écoute, la directivité, la distortion et la réponse impulsionnelle seront alors les 3 critères différentiels entre différents modèles d'enceintes.



Comment identifier à l'oeil une enceinte dont on peut être certain d'un défaut de directivité ?

- Enceinte équipée d'un gros haut parleur, avec au dessus un simple tweeter, l'accident de directivité est assuré (voir plus haut les raccords en fonction des diamètres de HP)
L'utilisation d'un haut parleur de grand diamètre oblige à un montage en 3 voies, avec un médium permettant un bon raccord en directivité avec le tweeter.

- HP de médium et d'aigu trop éloignées l'un de l'autre sur la face avant de l'enceinte, c'est le contraire de ce qu'il faut faire, les centres acoustiques des HP doivent être les plus resserrées possibles, l'idéal serait le montage en coaxial, mais ce montage pose aussi d'autres problèmes et n'est pas obligatoirement meilleur qu'une tête médium / aigu resserrée.



La courbe d'impédance :

- La lecture de la fiche technique et de mesures aide grandement, particulièrement sur la courbe d'impédance, elle ne doit pas être trop faible car cela pose un problème à de nombreux amplificateurs.

- Il faut être très vigilant sur les enceintes équipées de nombreux haut parleurs, leurs multiplications compliquent la mise en oeuvre du filtrage passif par l'association de haut parleurs croisés par paires, avec un montage en série pour une paire, un montage en parallèle pour l'autre.
Un ou 2 HP réellement adaptés à la reproduction des basses fréquences est nettement préférable (mais plus cher en fabrication que plusieurs petits HP à bas coûts), voir la partie basse fréquence de ce post.



Le choix du type de charge :

Il n'y a pas de meilleurs ou de moins bonnes solutions à choisir une charge X ou Y.

L'enceinte close offre de bons résultats, mais au détriment d'un volume de caisse important, consommateur de place.
Le HP ou les HP de grave doivent avoir des T&S adaptées à la charge close (fort Qts)

La Charge "Bass reflex" est un bon montage. Le résonateur (l'évent) permet d'étendre la réponse dans les basses fréquences et limite le volume de la caisse.
Contrairement à ce que l'on peu lire parfois, il n'y a pas de règle sur la position de l'event, à l'avant ou à l'arrière, au dessus ou en dessous, les longueurs d'ondes sont tellement importantes qu'il n'y a pas d'influence sur la position du résonateur (une onde à 100Hz mesure 3,44 mètres, à 40 Hz, 8,60 mètres... ).

En cas d'évent arrière, il doit y avoir assez d'espace entre l'évent et les murs pour que la fréquence d'accord ne soit pas modifiée (10cm pour une petite colonne).

Les enceintes à radiateurs passifs sont une alternative au bass réflex, mais avec l'implication d'une mécanique masse / ressort complémentaire, avec les mêmes limitations de saturation / distorsion que celles d'un HP normal, qui peuvent en cas de mauvaise conception / calcul, s'ajouter aux défauts des HP.
Bien maitrisé, c'est néanmoins une excellente solution.


Le poids de l'enceinte :

C'est un indicateur, mais une enceinte très bien construite, en bois multi-pli rigide, en fibre de verre ou dans le futur, pourquoi pas en fibre de carbone et munis de HP à aimant néodyme peut être légère et rigite, donc performante.

Dans les enceintes de grandes production, le bois type MDF "médium" économique est souvent employé, on le retrouve sous le placage parois luxieux.
Le " MDF médium" il est assez lourd et donne une sensation qualitative, associés à des HP à aimants ferrites, le poids peut être conséquent.

Le poids de l'enceinte est important, une enceinte lourde vibre moins, une enceinte légère doit être lestée par rajout d'une masse, idéalement dans le bas de l'enceinte (les plombs de ceinture de plongée vissées sur le dessous de l'enceinte sont une belle solution).
Toutes autres solutions d'ajout de masse est indiquée, attention néanmoins à ne pas en rajouter dans l'enceinte car cela diminue le volume de la caisse, calculé en rapport avec les T&S des HP.

Des plots anti-vibrations type "sorbothanes" sont nécessaires pour bien découpler l'enceinte du sol, solution à préférer aux pointes.
https://www.audiophonics.fr/fr/absorbeurs/pangea-mega-absorbeurs-vibrations-sorbothane-set-x4-p-6470.html?search_query=sorbothane&fast_search=fs







L'option du système à caisson de grave + 2 voies type bibliothèque :

Une enceinte 2 voies + caisson(s) de grave (système 2+1 (2.1) ou 2.2 peut être une belle alternative à une enceinte colonne et offre plusieurs avantages.

Le 2.1 (un seul caisson) n'est pas simple en Hifi, proposer 2 caissons minimum ou plus est la solution la plus simple si on ne maitrise pas la mesure :

Une enceinte 2 voies + 2 caissons permet de faire une enceinte 3 voies, passive du bas médium à l'aigu et active dans le grave.

Chaque caisson est collé à son enceinte qu'il vient renforcer dans le grave, alors, pourquoi 2 caissons et pas un seul ?







LE CAISSON DE BASS (ES)

L’option du caisson de grave est un excellent choix pour le renforcement des voies graves et infra et surtout pour adapter l'ensemble du système au GMEP de la pièce ! Voir le post du GMEP : http://www.homecinema-fr.com/forum/enceintes-haute-fidelite/le-gmep-en-video-adaptation-piece-enceintes-t30086820.html

Il est compliqué en HiFi de faire un raccord parfait entre les enceintes "principales" et un seul caisson, le bon choix, c'est d'en prendre 2 identiques et de les poser sous les enceintes droite et gauche, ou de les poser tout à coté de chacune des enceintes.

Voir le post sur les caissons de basse : http://www.homecinema-fr.com/forum/caissons-de-basse-haute-fidelite/hifi-caissons-de-grave-multiples-pour-le-gmep-t30088064.html

Pour répondre à la question souvent posé, est-ce jouable avec un seul caisson, la réponse est : ce n'est pas simple...

Le conseil, c'est donc 2 caissons, collés aux enceintes principales, face avant des HP au même niveau que les faces avant des enceintes principales, ainsi les sommations seront correctes et le renforcement du grave et de l'infra sera plus conséquent par effet de couplage.

L'autre avantage d'un montage avec 2 caissons au lieu d'un, c'est que 2 caissons actives 2 "modes" différents par leurs placement différents dans la pièce, réduisant un peu les résonances modales, précises sur une fréquence, celles qui donne l'impression que le caisson ne joue que sur 3 notes, ce qui est une horreur absolue !

Dans ce type de montage 2.2 ou plus, les 2 enceintes principales continuent à recevoir l'ensemble du signal de l'amplificateur, les caissons ne font qu'accompagner dans le bas du spectre pour renforcer les basses fréquences.
En rajoutant un appareil comme le mini DSP ou équivalent, il est possible de faire un filtrage actif entre l'enceinte 2 voies et le caisson et ainsi ne plus laisser jouer les enceintes principales jusqu'en bas de spectre, avec l'avantage de protéger le HP de médium / grave des fréquences les plus sollicitantes pour ce HP en terme de tenue en puissance et de Xmax, donc de distortion...

Dans cette association caissons / enceintes, il est hors de question de trop pousser le niveau des caissons, ils ne travaillent qu'en soutient des 2 voies droite et gauche, la réponse en fréquence doit rester légèrement tombante, hors de question de créer une "bosse" dans le grave, l'effet "BOOM BOOM" est garanti !

La mesure et le réglage du gain sur les caissons doit avoir lieu avant égalisation finale du système, de façon à ce que les caissons soient dans le prolongement naturel des enceintes principales, la notion est celle d'une vraie 3 voies.

Si la pièce est grande et que la mesure montre une réponse de salle sans GMEP important (moins de 8 dB approximativement), le raccord aura lieu en fonction du diamètre du HP de médium / grave des enceintes principales :

8cm : 150Hz
11cm : 110Hz
13 cm : 80Hz
17cm et plus : 60Hz


Pour vérifier le raccord en fréquence entre les principales et les caissons, sans matériel de mesure, il toujours la vieille méthode basique :
Faite un sweep basse fréquence pour vérifier les niveaux dans le grave depuis le point d'écoute : https://www.youtube.com/watch?v=q9FMkrF-7k0&t=14s
Il faut se doter d'un sonomètre, c'est le minimum vital... ça coute entre 30 euros pour un appareil correct et il vous servira tout au long de votre parcours audiophile pour régler la réponse en fréquence de votre système, par exemple > https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Daps&field-keywords=sonometre


MISE EN PHASE DU CAISSON ET DELAIS :

On pose souvent la question de l'utilité de la phase sur un caisson

Pour intégrer un caisson aux enceintes droite et gauche il y a 2 sujets à ne pas confondre :

1 - La mise en phase

2- Le délai



1 - La mise en phase

Si vos enceintes Droite et Gauche contiennent 2 voies, les HP démarrent normalement en même temps.

Si vous rajoutez un caisson, son HP n'est pas sur la même face avant que les enceintes et 5 cm plus avancé ou reculé et s'en est fini pour la phase parfaite, mais comme l'onde d'un son grave est longue, c'est une chance, ça offre une certaine tolérance, disons 10cm.
Rappel : on calcul la longueur d'une onde sonore en divisant la vitesse du son (344m/s) par la fréquence, 100 Hz nous donnes donc 3,44m de phase à phase, soit 1,5m pour une inversion à 180° (opposition de phase, donc annulation des sons de même fréquences...), 10cm nous décale de quelques degrés seulement, l'influence sera inaudible...

Si les 2 caissons offrent un réglage de mise en phase, vérifiez bien qu'il soit positionné sur 0 (pas un sur 0 et l'autre 180°...) car à l'écoute, vous risquez de ne pas vous en apercevoir... sauf au point d'écoute, si une deuxième personne joue avec ce bouton, vous entendrez simplement que le grave est plus fort... En cas de rotation de phase à 180°, le HP du caisson 1 avance, quand le HP du caisson 2 lui recule... et annule une partie du son généré par le caisson 1 (on entends encore le champ diffus, le son des réverbérations de la pièce qui consiste à cette fréquence, 80% du niveau de grave dans la pièce... mais en chambre sourde, l'opposition de phase serait audible à pret de 100% !

Avec cette seule constatation simple, on comprends que l'on écoute plus le champ diffu (la pièce) que le champ direct (les enceintes) dans les basses fréquences, car la longueur des ondes basses fréquences font qu'elle sont diffusées de façon sphérique à 360°autour de l'enceinte, les murs reçoivent donc plus de son que dans les fréquences plus hautes...



2- Le délai

Le délai, c'est l'alignement temporel du top départ de l'avancée de chacune des membranes d'un système multi voies.

Les voies droite et gauche démarrent et comme le caisson est trop reculé ou trop avancé de 5 ou 10 cm, voir plus, ben ... catastrophe, le son du caisson arrive avant ou après aux oreilles de l'auditeur, mais pas en même temps...

Est-ce important ? Au delà de 20ms les auditeurs les plus attentifs le percevrons, à 50ms, sur un comparatif ABX se sera audible avec test positif.

Comment caler le délai ?
En calant la face avant du caisson sur la face avant de l'enceinte principale... D'ou l'importance de 2 caissons minimum et pas un...

2 vidéos intérressantes sur les sujets de phases et de haut parleur :






Caissons actif ou passif ?
C'est la même chose, mais le choix de caissons passifs est souvent avantageux en prix couplé à un amplificateur de type class D professionnel dont les prix sont très bas (tAmp ou équivalent) et permettent de respecter la norme 2X de la puissance du HP, soit 1000 Watts sous 4 Ohms pour un HP de 500 Watts sous 4 Ohms.
Si vous ne faite pas de filtrage actif de l'association caissons / enceintes principales via mini DSP ou équivalent, choisissez un ampli avec filtrage intégré pour choisir la fréquence de coupure des caissons.
Dernière édition par indien29 le 26 Déc 2019 12:34, édité 79 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6350
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 10 Jan 2018 14:33

CHOIX DES ENCEINTES > SUITE > HAUT RENDEMENT OU BAS RENDEMENT ?

Il n’y a pas de différence de son mesurable entre une enceinte haut rendement et une enceinte bas rendement.
Si une enceinte fait 90 dB de rendement pour 1 watt à 1 mètre (90dB/w/m) et une autre 87 dB/w/m, il suffira pour atteindre le même niveau sonore, de rajouter 3dB à l’amplificateur.

Cette vieille émission permet de comprendre un peu tout ça en image : https://www.youtube.com/watch?v=5QM7HEPQ5uY&t=681s

Comme depuis de nombreuses années le rapport Signal / bruit des amplis est bas, les différences sont complètement inaudibles entre une enceinte haut rendement avec une enceinte bas rendement.

Une enceinte haut rendement, c’est avant tout une enceinte dont les différents HP on des rendements différents à l’intérieur d'une association de haut parleur.

On retrouve souvent des tweeters avec des rendements de 93dB, lorsque le grave / médium ne sera capable que de 90dB sur sa réponse totale une fois chargé en caisse.
Avec 2 HP de 90dB, on retrouve les 93dB du tweeter.

D’une manière générale, plus la fréquence à reproduire est basse et moins le rendement est élevé, ainsi, un HP qui reproduit 88dB à 40 Hz est un très haut rendement, alors qu’un tweeter à 90dB est un tweeter à rendement bas.

Les enceintes à pavillons contiennent souvent un tweeter à chambre de compression, ce type de compression, par exemple utilisée en concert, atteint facilement 112 dB/w/m sinon plus.
Pour aplatir la réponse avec les 88dB de notre HP basse fréquence et rejoindre les 112dB de la compression, il faut 24dB de plus à l’ampli pour fournir ou 8 HP de 88dB avec la même puissance amplificatrice !!!

Le rendement sert uniquement à obtenir plus de décibels avec la même quantité de Watts.

On peut rajouter que les matériaux employés pour la membrane des haut-parleurs n’ont pas d’incidences significatives et que le gain dans l'ordre des grandeur est faible.


LA CONSTRUCTION DES ENCEINTES :

La construction et la conception des Hauts Parleurs est primordiale.
La réponse en fréquence du HP doit être linéaire sans accidents importants pour que les composants électroniques (composant le filtrage des voies et leurs niveaux) ne soit pas à implanter partout entre composants.

Moins ces composants sont nombreux en travers du signal, mieux c’est.
La qualité de construction du HP est aussi primordiale, la bobine, son support, la mise en œuvre.
La qualité des HP dans une enceinte est vitale et c’est principalement là ou sont fait les économies à la construction.

La réalisation de l’ébénisterie est également importante, la caisse doit être très rigide et épaisse, le poids final de l’enceinte est un indicateur.
La différence entre une bonne et une mauvaise enceinte se joue donc dans le choix par le constructeur :

- De HP de grandes qualités
- D’un filtrage dont l’étude est parfaite, avec des composants de premier choix (c’est cher)
- D'une ébénisterie robuste, si en plus elle est esthétique, c’est encore mieux !



FABRIQUER soit même ses enceintes en DIY ou acheter des enceintes de production ?

Dans les enceintes de production, il est difficile de connaitre la qualité des composants employés et le prix de vente n’accompagne pas toujours une meilleure qualité.

Néanmoins, les enceintes de grande production sur le marché Milieu / haut de gamme sont pour certaines, tout à fait correctes.
Une recherche sur le forum vous aidera à faire votre choix.

Les enceintes et le matériel HiFi de qualité vieillissent extrêmement bien et le marché de l'occasion foisonne de bons produits à bas prix, il faut donc bien réfléchir sur l'intérêt du neuf, tout à fait inutile si on accepte l'idée de l'occasion.

Le choix ultime reste celui du DIY (faire soit même), particulièrement sur le forum DIY ou le niveau est très élevé :D > http://www.homecinema-fr.com/forum/diy-enceintes/

Cela demande un peu de temps et de passion mais le résultat est souvent probant car le choix des HP se fait parmi les meilleurs possibles, ainsi que le filtrage et les composants. Vous saurez donc de quoi est composé votre enceinte, ce n'est pas un détail...


LE COUPLE AMPLIFICATEURS / ENCEINTES

Le couple ampli / enceintes n’est pas un Mythes, certaines enceintes ont par exemple des réponses en fréquence ou l’aigu fait défaut.
L’associer à un ampli qui a aussi un petit défaut contraire et qui pousse un peu trop dans l’aigu est un bon mariage.
L’essentiel étant au final, de retrouver une réponse en fréquence plate et homogène.



L'EGALISEUR (EQ)

L’ajout d’un égaliseur dans la chaine est le meilleur moyen pour qui veut réellement obtenir une réponse en fréquence linéaire, ça permet de faire marcher à peu près n’importe quelles enceintes bien conçues avec n’importe quelle amplificateurs bien conçus dans à peu près n'importe quelle pièce (si mono auditeur / mono siège)

L'égaliseur ne permet pas de corriger les défauts d'une mauvaise enceintes, directivités, filtrages etc...

Dans le cadre d’un système classique Mono Amplificateur et d’une paire d’enceintes, l’ajout d’un égaliseur fait des miracles, par un réglage précis de la réponse en fréquence du champ direct, puis par le masquage de certains modes dominants de la pièce.
En résulte une certaine linéarité qui permet de s’approcher d’une réponse finale correcte.
Investir dans l'ajout de d'un égaliseur est le meilleur conseil que l'on puisse faire à qui veut réellement optimiser son écoute.

Les DSP modernes, comme les mini DSP ou autres, sont parmi les meilleurs choix possibles et embarquent aussi des systèmes de correction semi automatique comme Dirac, Audyssey et autres.)

Sans EQ, il serait miraculeux d’y parvenir... http://petoindominique.fr/php/egaliseur.php

Sur les systèmes multi amplifications, 1 amplificateur travaille pour chacun des Haut-Parleurs, le filtrage est réalisé par un filtre numérique actif qui permet l’EQ sur chaque Haut-Parleur, c’est un avantage décicif par rapport à la mono amplification si le système mono amplification n’est pas pourvu d’une EQ.
Si les Multi amplifications Vs Mono Amplification permettent l’EQ, le jeu sera plus serré à l’arrivée.
Un système 2.2 ou plus (2.3, 2.4) est très bon, actif en bas de spectre pour caler le raccord des enceintes principales sur les caissons sur le GMEP (si ce défaut est présent)

Le Behringer DEQ 2496 est un appareil dont le rapport qualité prix est connus lorsqu'il est attaqué en numérique il reste, pas sa simplicité, un bon appareil, mais les DSP récents offres aussi des fonctions de filtrages et de calibration automatique.

Tout ces DSP sont pilotables au travers d'un ordinateurs, deux sont bien adaptés aux fonctions d'égalisation de pièce, via convolution par exemple :
Le mini dsp : https://www.minidsp.com/products/minidsp-in-a-box

L'open DRC : https://www.minidsp.com/products/opendrc-series


L'AMPLIFICATION :

L’amplificateur doit avant tout être très puissants, le bon coefficient de puissance avec les enceintes est de X2.

Il s’agit de ne pas générer de distorsion à l’amplification, particulièrement quand l’écoute se fait sur un morceau avec de la dynamique, les appels de courant en instantané sont importants et l’ampli doit répondre.

Si l’enceinte à une tenue en puissance théorique de 100 Watts RMS ou AES, l’ampli doit tenir 200 Watts AES continu.

Ce point est souvent négligé, il est bien plus important que le rapport signal / bruit de l’ampli ou du choix de la classe amplificatrice : http://www.homecinema-fr.com/forum/amplificateurs-de-puissance-haute-fidelite/choisir-son-ampli-hifi-t30087103.html

Aujourd'hui, les amplificateurs switchs les classes d'amplifications en fonction de la demande de courant.

Les amplificateurs de puissance les plus abouties sont les Classes H que l'on rencontre dans le monde pro et qui associe le meilleurs des 2 mondes par exemple : http://ramaudio.com/products/power-amplifiers/vw-series/ ou http://labgruppen.com/products/install

Ces amplis professionnels offrent aussi des choses inconnues en HiFi, comme le réglage du gain d'entrée par commutateur, souvent 26, 32 et 36 dB, cela permet de réduire le souffle si il est audible (valable uniquement pour les Hp à haut rendement dans une pièce extrêmement silencieuse)

En Hifi, le gain d'entrée est généralement de 32 dB, avec quelques rares cas à 28 ou 30dB ce qui est bien pour un rendement jusque 100dB.

On peut donc faire le choix d'un amplificateur professionnel de studio dans sa chaîne HiFi et l'associer à un égaliseur, si le système doit développer de la puissance, donc du niveau dans le grave, c'est la seule solution pour avoir les puissances requises afin de passer la dynamique.

Si ces puissances ne sont pas nécessaires, un ampli classique HiFi ou HC en classe AB ou D fait l'affaire à condition que son alimentation (transformateur toroïdal ou à découpage) soit bien construite, comme le reste de l'amplificateur.


Le choix des lampes n’est pas un critère de performance, un ampli à tube sonne un peu différemment et modifie un peu la réponse en fréquence, il n'est pas neutre.
Certains apprécient beaucoup leurs sonorités, mais un ampli à transistor avec un égaliseur permet de retrouver le son d'un ampli à tube par modification de la réponse en fréquence si cette sonorité est recherché.
Dans le son, il n'y a pas de magie, tout est une affaire de courbe de réponse...
L'ampli à tube n'est donc en rien supérieur à un simple amplificateur à transistor moderne.

Les amplis à tubes n'offrent généralement que de trop faibles puissances et ne peuvent faire appel à des niveaux de courant élevés, ils sont encore utilisés par certains amateurs sur des systèmes haut rendement, appuyés par un caisson de grave à amplificateur classique.
Les tubes sont parfois utilisés en multi amplification pour une voie médium ou aigu dont la demande en courant est faible, mais sont inaptes à utilisation dans le grave s'il s'agit de développer quelques dizaines de Watts.


LES CABLES

Les câbles doivent être de qualités, surtout au niveau des connecteurs.
Le calibre des câbles se fait en fonction du courant qui va les traverser, autant dire que c’est faible, même sur la liaison ampli /enceintes.

Les câbles ésotériques ne servent à rien, il n’y a pas de différences avec un câble X ou Y si le signal qui le traverse n’est pas perturbé par un mauvais contact. Inutile donc d'y dépenser des fortunes.
Dernière édition par indien29 le 12 Sep 2018 14:54, édité 11 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6350
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 10 Jan 2018 14:33

LE FILTRAGE ACTIF

Pour une 3 voies intégrale, le choix du filtrage actif et la multi amplification est une solution parfois moins risquée que le filtrage passif.
Il est possible de prendre une 3 voies passive du marché milieu de gamme ou haut de gamme, par exemple un modèle d'occasion et de la passer en actif.

Il y a 2 types de filtrages actif, l'IIR et le FIR.

L'IIR a les mêmes défauts de rotation de phase que le filtrage passif, mais il permet de faire des filtres à pentes raides dans les basses fréquences, alors que la quantité des composants est importante en passif.

L'EQ par haut parleur est incluse dans le filtre actif et offre toutes les possibilités de réglage.
Les filtres IIR sont simple d'emploi et la qualité du filtrage est redoutable. Il existe un large choix de filtres avec des pentes de 6 à 48dB/oct.

Le montage d'un filtre actif IIR transcende souvent les enceintes dont le filtrage passif était moyen ou mauvais (composants / calculs du filtre).

Les filtres FIR sont des filtres actifs sans rotation de phase, c'est la solution ultime car ils permettent de limiter les défauts à la fréquence de coupure (Fx).
Les filtres phases linéaires permettent des pentes de coupures extrêmement raides, baptisées Brick Wall.

Les pentes des fréquences sont comme les 2 briques parallèles d'un mur, elle se touchent mais ne s'imbriquent pas l'une dans l'autre.
Les pentes de filtrages sont énormes, 150dB/oct est une moyenne.

Cette technique de filtrage est complexe et fait appel à la convolution numérique, le calcul implique un délai sur le signal.
Un ordinateur, connecté à une carte son permet la mise en oeuvre de ces filtres car leur puissance offre un nombre de Taps élevé pour effectuer un filtrage complet sur une 3 voies.

L'inconvénient de cette méthode réside dans la complexité de sa mise en oeuvre, pas tant sur la partie logiciel qui reste abordable, mais sur le choix des 2 Haut Parleurs à filtrer.
Le choix des composants en terme de directivité est primordial, sans parler des délais pour avoir une parfaite sommation à Fx.

Pour parfaitement caler un Brick Wall, il faut faire des mesures sur les HP à raccorder, les données constructeurs n'étant pas suffisamment fiables.
On ne peut donc pas espérer un bon résultat avec ce type de filtres sans ces opérations minutieuses et complexes et seuls les plus chevronnés y parviennent pour l'instant.
Un sujet complexe qui apporte un moins bon résultat s'il n'est pas parfaitement maitrisé, comparativement à un traditionnel filtre actif IIR, facile mettre en oeuvre.
Le choix du FIR passe aussi souvent par un PC et il faut accepter l'idée d'un matériel informatique à démarrer dans son système.

En définitif, les écarts à l'arrivée entre IIR et FIR restent assez faibles.
Il faut donc d'abord s'employer à ne pas avoir trop de HP à filtrer, même en actif, 3 étant le maximum absolu.


LE CHOIX DES ENCEINTES DE STUDIO ACTIVE

C'est là une excellente alternative car les enceintes sont développées avec leurs filtres actifs IIR, HP par HP, avec la possibilité d'y ajouter les caissons de grave pour constituer un système "caméléon" pour toutes acoustiques.
Ces systèmes sont dévellopés pour le monitoring de studio et conviennent bien aux pièces de petite tailles pour une écoute nearfield.

Il y a un excellent topic sur ce sujet : http://www.homecinema-fr.com/forum/enceintes-haute-fidelite/test-d-enceintes-monitor-t29952962.html

Sur la même idée, des enceintes de Studio de type GRANDE ECOUTE existent et représente aussi une alternative aux solutions HiFi + ampli séparés.


Pour finir et si on me posait la question, alors, quelles enceintes ?

En petite pièce avec un vilain GMEP, Une paire de bibliothèque de qualité 2 voies passive (Focal, Cabasse, Dynaudio, Kef, JBL...) + 3 ou 4 caissons de grave passif + un très gros amplificateur type tAmp 4 canaux comme le TSA 4-1300, égalisation et filtrage par mini DSP (+ Dirac si vous n'etes pas disposé à vous lancer dans la mesure)

Avec un peu plus de moyen, le même package que plus haut mais en actif avec un kit studio de chez JBL ou Yamaha qui présentent de bons RQP, toujours sous DSP pour EQ.

En pièce plus grande, une PRO ULTIME 12" + 1,4 avec 2 ou 4 caissons pros en fonction de la cible SPL, en construction de série ou en DIY.

Ou 1 paire de "REPLICA" en 2 ou 3 voies, JBL M2 (il existe un kit vers les 5000 euros, se renseigner sur le forum), K2, TSM2 ou TSM1, Kinoshita etc etc...
Dernière édition par indien29 le 16 Mar 2019 3:41, édité 11 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6350
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 10 Jan 2018 14:37

Bonjour Indien29,
Bonnes questions, voici ma contribution

indien29 a écrit:Faut-il faire le choix d'une paire d'enceinte classique ou le choix d'un 2.1 (enceintes + caisson) ou des enceintes actives de type monitoring pré-amplifiées ?


Deux idées reçues au sujet des enceintes actives :

Pas besoin d'ampli, donc il y a moins de fils dans la pièce.
FAUX : il faut tout de même un câble par enceinte pour lui amener le signal audio, donc rien ne change à ce sujet, et en plus, chaque enceinte doit être branchée sur une prise de courant pour être alimentée. Il y a dons davantage de fils qui traînent à l'arrière.

Pas besoin d'ampli, c'est donc cela d'économisé.
Pas si simple : pour avoir un système pratique et confortable, il faut tout de même prévoir, au minimum, une télécommande pour régler le volume, ce qu'aucune enceinte active ne propose. Il faut donc utiliser pour les alimenter un préampli avec sortie pré-out et une télécommande, ce qui reste assez cher. Sauf si on veut se limiter à une seule source possible et que sa sortie est variable.

indien29 a écrit:Comment choisir et sur quelles critères ?


>La tenue en puissance ?
Naturellement, l'enceinte doit être adaptée à la taille de la pièce.

>La directivité ?
Il y a deux questions en une ici.
1 : Enceinte directive ou pas directive. Les enceintes directives sont a priori réservées à des écoutes depuis un emplacement précis. Certaines enceintes de studio sont dans ce cas.
2 : Directivité bien gérée ou directivité cahotique. C'est un critère théoriquement très important pour le résultat final. Dans la pratique, il n'y a guère de moyens de savoir si la directivité d'une enceinte est bien gérée sans l'acheter et réaliser des mesures compliquées. Même l'écoute peut être trompeuse, si les conditions acoustiques sont différentes dans l'auditorium où on les écoute au début, et chez soi, où l'on peut avoir de mauvaises surprises une fois les enceintes installées dans la pièce.
Donc oui, c'est un critère essentiel, mais comment l'utiliser ?

>Le rendement ?
C'est un détail technique. Les enceintes à "bas rendement" ou à "haut rendement" sont spéciales, et il faut un ampli puissant pour des enceintes à bas rendement. Mais à lui seul, ce critère ne joue pas sur la qualité sonore.

>Le couple enceintes / ampli
Critère eminemment subjectif. Essentiel pour certaines personnes, négligeable pour d'autres.
Mon conseil est de comparer deux ou trois amplis sur une paire d'enceinte données. Si des différences notables apparaissent, alors c'est l'écoute qui guidera le choix, et personne ne peut écouter à notre place. Il n'y a alors pas de règle, et on ne peut pas prévoir le résultat.
Si les différences apparaissent insignifiantes ou nulles, alors cela signifie que l'on est pas sensible au son des amplis. Dès lors, un appareil simple et à transistors fera l'affaire dans tous les cas (prévoir tout de même assez de watts si la pièce est grande et/ou les enceintes à bas rendement).

>Le nombre de voies ?
Critère secondaire. On ne peut pas déduire grand chose du nombre de voies d'une enceinte.

>Un système coaxial ?
Critère secondaire également. Une enceinte coaxiale est théoriquement meilleure, mais dans la pratique, on s'aperçoit qu'il existe de mauvaises coaxiales et de bonnes enceintes classiques. A tel point que ce critère n'a pas la moindre importance pour guider son choix.

indien29 a écrit:Quels sont les critères faisant qu'il faudrait faire le choix d'un type ou d'un autre type d'enceintes ?


>La taille de la pièce ?
Tout-à-fait. Grande pièce = grandes enceintes, pour avoir plus de puissance. Petite pièce = petites enceintes, pour éviter d'avoir trop de grave à cause de la proximité des murs.
Exception : grande pièce avec point d'écoute très près des enceintes.

>Le type de musique à écouter ?
Beaucoup d'idées reçues circulent à ce sujet. Jazz, classique, pop, folk... on s'aperçoit au bout du compte que l'on a tendance, quand on est en présence d'un matériel de qualité, à le trouver "adapté" au style musical que l'on apprécie, et qu'un autre matériel, que l'on trouve moins qualitatif, sera pour nous "tout juste bon pour tel style musical".
...sauf que les styles musicaux sont interchangeables ! Tel amateur de classique dira d'enceintes de référence que ce sont les seules à être assez naturelles pour du classique, tandis qu'un amateur de folk dira exactement de ces mêmes enceintes que ce sont les seules à retranscrire fidèlement la chaleur de sont style préféré, et chacun dénigrera tel autre modèle en disant que "pour écouter du classique/folk (rayer la mention inutile), ça passe".
Le seul critère objectif, ce serait la quantité de basses fréquences, pour lesquelles certaines petites enceintes sont trop limitées, mais cela ne dépend pas toujours du style.

>Le niveau sonore d'écoute souhaité ?
Absolument.

En outre, il serait intéressant d'étudier quelle courbe de réponse on est en droit d'attendre d'une bonne enceinte, et comment obtenir cette courbe de réponse : un graphique en tiers d'octave suffit-il ? A quoi doit ressembler le diagramme polaire ? Le graphe de directivité verticale, systématiquement horrible et jamais publié en raison du fait que le tweeter est au-dessus du woofer, est-il important ? Faut-il une mesure moyennée autour de l'axe, ou une mesure pile dans l'axe ?
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 7490
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 10 Jan 2018 14:39

Flûte, pour une raison inconnue, j'ai raté ton deuxième message... je le lirai ce soir, je dois y aller :wink:
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 7490
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 10 Jan 2018 14:57

Super sujet et belle initiative l'Indien! :bravo:
Canic
 
Messages: 438
Inscription: 01 Juin 2011 10:18
  • offline

Message » 10 Jan 2018 15:00

Si les différences apparaissent insignifiantes ou nulles, alors cela signifie que l'on est pas sensible au son des amplis


Cela signifie surtout que les enceintes sont des bouchons en général. Mon expérience est que des personnes même peu expérimentées entendent très bien les différences , quand elle sont audibles.
Le percheron
 
Messages: 2393
Inscription: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline

Message » 10 Jan 2018 15:50

Merci les amis, j'espère que ce topic aidera les amateurs de bon son au travers de ces éclairages basiques.
Souvenez vous du post l'autre jour, d'une personne qui a demandé quelles enceintes choisir, 12 pages, des tonnes de réponses, et pas une enceinte identique et aucun élément de réponse pour le lecteur, avec cela, quelles enceintes choisir, bonne chance :D :D :D :wtf:
Dernière édition par indien29 le 17 Avr 2018 3:56, édité 2 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6350
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 10 Jan 2018 16:49

Ainsi dans une pièce de 15m2, lorsque 2 HP de 13 cm suffisent à couvrir le niveau grave (soit une surface de membrane total de 26cm) sur un concert que au Stade de France, le grave sera couvert par un total 50 m2 !!!
Une salle de cinéma type Imax sera à environ 9m2…

petite erreur de calcul en passant... la surface emissive d un hp de 13cm de diam est de 133cm2 et 2 HP ca fait 266cm2 ou 0,027 m2 ...

La configuration dans mon profil


Hi-fi : nas Qnap TS221, Transporter, Classé 2200i, Vivid Audio B1, Rel G2
HC : Pana EZ950, Vivid, Scandyna Minipod & Cinepod, Pana UBD820, Yamaha Rxa 1040
Avatar de l’utilisateur
JG Naum
Staff Œuvres & Multimédia
Staff Œuvres & Multimédia
 
Messages: 6352
Inscription: 12 Mar 2005 20:08
Localisation: Paris
  • offline

Message » 10 Jan 2018 17:07

indien29 a écrit:Merci les amis, j'espère que ce topic aidera les amateurs de bon son au travers de ces éclairages basiques.
Souvenez vous du post l'autre jour, d'une personne qui à demandé quel enceintes choisir, 12 pages, des tonnes de réponses, par une enceinte identique et aucun élément de réponse pour le lecteur :D :D :D :wtf:


L'objectif est fort louable. Mais faire en sorte de rester dans l'objectif de ce fil : Que ce soit compréhensible par le profane. Donc peu d'acronymes techniques, juste un zeste de physique, et soyez vulgarisateur. :oldy:
:wink:

La configuration dans mon profil


Micro Seiki - Marantz - McIntosh - Phase Linear - JBL
CR installation by HcFr Team : http://issuu.com/homecinema-fr.com/docs ... 81/9959588
Pour les autres photos, voir lien dans mon profil
Avatar de l’utilisateur
itofa
Administrateur Forum Haute-Fidélité
Administrateur Forum Haute-Fidélité
 
Messages: 9015
Inscription: 14 Déc 2007 23:31
Localisation: Montpellier area...
  • offline

Message » 10 Jan 2018 17:16

Le percheron a écrit:
Si les différences apparaissent insignifiantes ou nulles, alors cela signifie que l'on est pas sensible au son des amplis


Cela signifie surtout que les enceintes sont des bouchons en général. Mon expérience est que des personnes même peu expérimentées entendent très bien les différences , quand elle sont audibles.



Quand les ampli sont mal fichus et mal dimensionnés oui c'est tout a fait possible :wink:
Avatar de l’utilisateur
wakup2
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 6290
Inscription: 14 Fév 2007 0:30
Localisation: Vouvray
  • online

Message » 10 Jan 2018 17:33

Sinon on peut se procurer des enceintes qu'on a plaisir à voir et à avoir, pour des tas de raisons subjectives et objectives, car, qu'on le veuille ou non, cela influera sur la perception et la satisfaction.

Ensuite on peut traiter un peu sa pièce, en tenant compte du reste de sa vie et de celle des autres dans cette pièce.

Pour finir, on peut égaliser le tout (il me semble avoir vu quelques fils sur ce forum disant qu'une bonne égalisation gommait largement les différences entre les enceintes et minimisait les défauts de la pièce au point d'écoute).

Et hop :wink:
Fyper
 
Messages: 3391
Inscription: 13 Juil 2005 18:05
  • offline

Message » 10 Jan 2018 17:38

Le percheron a écrit:
Si les différences apparaissent insignifiantes ou nulles, alors cela signifie que l'on est pas sensible au son des amplis


Cela signifie surtout que les enceintes sont des bouchons en général. Mon expérience est que des personnes même peu expérimentées entendent très bien les différences , quand elle sont audibles.


Et les personnes très expérimentées, n'entendent plus de différences ( ou très rarement) quand on passe à une écoute aveugle, comment expliquer ceci ?
pm57
 
Messages: 2225
Inscription: 02 Aoû 2004 16:16
Localisation: Genève
  • offline

Message » 10 Jan 2018 17:54

Et les personnes très expérimentées, n'entendent plus de différences ( ou très rarement) quand on passe à une écoute aveugle, comment expliquer ceci ?

Je préfère ne pas répondre 8)
Le percheron
 
Messages: 2393
Inscription: 16 Aoû 2017 15:22
  • offline


Retourner vers Enceintes

 
  • Articles en relation
    Dernier message