Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Toutes les solutions de traitement du signal : différentes méthodes, matériel et logiciel, mise en œuvre...

MMM > TUTO EN FRANCAIS 1

Message » 10 Avr 2018 10:51

MMM - Moving Mic Mesure - partie 1 Tutoriel en cours de rédaction, soumis à modification en date du 11 avril 2018

Edit le 7 aout 2019.

Ce tutoriel est destiné aux auditeurs qui souhaitent découvrir une méthode de mesure rapide et fiable, par le scann d'un volume donnée sur une période moyenne de 40 secondes.

Exemple d'utilisation, mesure de la réponse en fréquence d'une enceinte au point d'écoute, ou a une distance plus faible, dépendant du volume scanné.

La courbe de mesure obtenue par MMM est relativement représentative de la courbe perçue. MMM est une moyenne spatiale et temporelle assez proche de la perception humaine.

La méthode MMM est une technique de mesure spécifiquement élaboré par JL OHL à partir d'une RTA "Reel Time Analyse" à laquelle on rajoute une moyenne spatiale et dont l'utilisation concerne de nombreuses applications dans l'audio http://www.ohl.to/

La méthode MMM permet d'effectuer un travail rapide et précis pour mesurer une ou plusieurs sources sur un volume spatial restreint.

Là ou le sine sweep multi-points fenêtré demande 1 heure et une analyse fine du domaine temporel, MMM permet un résultat similaire en 5 minutes !

Cette technique a pour but d'analyser ces mesures et d'établir une stratégie de correction passive (traitement acoustique) et / ou active par égalisation, dans une bande fréquentielle donnée, y compris sous la fréquence de transition de la pièce (basses et très basses fréquences)
On peut s'en servir en plein air, en chambre sourde mais surtout en salle, elle a pour avantage d'être précise sur toute la bande audio, y compris dans les basses fréquences.

Elle a pour avantage d'être représentative du "perçu" à l'oreille, on a la sensation de mesurer ce que l'on entends.

On peut aussi mesurer l'enceinte à 1 mètre pour l'égaliser au dessus du régime modal, en "simulation champ proche" ou même définir la puissance rayonné d'un transducteur unique ou d'un pavillon, le tout en moins d'une minute, c'est une alternative complémentaire au sine sweep glissant et "fenêtré", plus long mais dont les résultats en fonction du "fenêtrage" de la réponse, seront proches en cas de fenêtres extra longues.

Les corrections d'égalisations peuvent avoir lieu manuellement sur tout type d'égaliseur pour corriger tout ou partie de ce qui est corrigeable.

Elle peut aussi compiler plusieurs mesures sur plusieurs sièges afin de définir une stratégie moyenné de l'égalisation globale d'une salle. On le voit, le domaine d'application est vaste !


Merci à JL OHL pour sa contribution au forum et qui nous fourni au travers de ce tutoriel, une méthode complète de mesure élaborée par ses soins, au travers de sa longue expérience en tant que professionnel.

MMM reste critiquable sous certaines formes, toutes le sont, mais elle présente l'avantage d'une certaine accessibilité pour les amateurs que nous sommes et permet de débuter dans l'univers de la mesure pour les non initiés, tout en ayant un résultat d'une grande fiabilité, permettant d'égaliser une mesure correspondant à un volume scanné.


Voici présentation du sujet par JL OHL, ses théories et explications ainsi les conclusions qui l'ont amené à mettre au point MMM (traductions du document original qui est en anglais) : C'est technique, mais c'est mieux de lire pour comprendre le cheminement, nous verrons ensuite sur le tutoriel et de façon simple, comment l'utiliser, comment lire les données et de quel équipements nous auront besoin :D

Vous trouverez sur la page 2, un exemple d'utilisation de MMM avec le logiciel gratuit REW

La parole est donc à JL OHL :
MMM est une méthode de calcul par "moyennage" du signal des enceintes au point d'écoute en milieu domestique ou dans tout autres types de salles .

Il est en effet important lors d'une mesure, de moyenner les données par des points de prélèvements multiples afin de minimiser les erreurs de mesure.

JL Ohl : Cette présentation de MMM, Moving Mic Measurement, commence par une explication de la raison pour laquelle l'égalisation des enceintes dans une pièce est difficilement valide lorsqu'elle n'est basée sur une mesure effectuée en un seul point.
Nous verrons qu'il faut effectuer une série de mesure multiples pour en optimiser le résultat.

Dans la seconde partie, nous présenterons la mesure par le déplacement du micro, c'est une méthode qui est aussi précise mais beaucoup plus rapide que les mesures de points multiples standards par micro fixe, qui permet aussi d'effectuer un "moyennage" des valeurs.


Attention: cette étude ne concerne que la musique en milieu domestique, les salles de cinéma, les salles de mixage et de projection, les studios de musique, ... mais n'est pas adaptée au PA, ou aux line-arrays, ...
MMM a un seul but: Effectuer une mesure rapide et efficace afin de générer une égalisation.
Ce n'est pas un outil pour la R&D des enceintes, ou du réglages de filtres d'enceintes, de diffraction, d'alignement temporel, etc..


LA REFLEXION DE BASE SUR LES TECHNIQUES DE MESURES ET POURQUOI MMM :

D'abord, regardons quelques mesures:
Ci-dessous voici des mesures en 9 positions séparées d'environ 10cm, dans une salle de mixage cinéma construite avec de sérieux traitements acoustiques (200m3, RT60 de 0.2 secondes à 500Hz, système MeyerSound EXP mesuré avant toute égalisation (EQ).

Il montre des variations jusqu'à 16dB de 500Hz à 2kHz, une zone très sensible, (amplitude obtenue à partir de la réponse impulsionnelle mesurée avec un balayage sinusoïdal).

Image



Graphique des différentes positions

Image


Dans cette pièce, l'équilibre spectral et la qualité du timbre sont perçus de manière similaire pour toutes les positions proches de la position d'écoute centrale malgré des mesures montrant de grandes différences.

C'est toujours le cas: dans les salles de mixage de cinéma, les studios de musique, ... les différences mesurées entre positions proches sont importantes, alors qu'aucune différences n'est perçue par l'auditeur.

Il n'y a pas de corrélation parfaite entre les mesures et l'écoute ressentie à l'oreille.

Nous pensons que c'est la qualité subjective qui doit commander la méthode de mesure de façon à ce que la mesure représente de la façon la plus fidèle possible, ce qui est perçu par l'auditeur, c'est dans ce sens qu'il faut apporter la correction.

Pouvons-nous améliorer les mesures effectuées au point d'écoute ?

La perception humaine a une résolution de fréquence limitée, il peut donc être judicieux de lisser les courbes situées au-dessus de cette résolution pour obtenir une image sonore mieux liée à nos capacités d'écoute.

Si on effectue un lissage de 1/6ème d'octave, ce qui correspond approximativement à notre résolution d'écoute aux moyennes fréquences, (voire le graphique PICTURE 2), on voit ci-dessous que ce lissage n'est pas assez efficace, on y voit encore des variations de près de 10dB!


Image


Allons plus loin: nous pouvons combiner le lissage des fréquences au fenêtrage temporel, afin de garder le champ direct des enceintes et de se débarrasser de certaines réflexions du champ diffus.

Ci-dessous, on constate qu'une mesure de 10 millisecondes sur le même point diminue doucement ces variations.

Mais cela à pour effet de limiter la résolution aux basses fréquences: 10 millisecondes de mesure ne donne que 1/6 d'octave seulement au dessus de 700Hz. L'écart-type entre les mesures n'est pas très amélioré.





Image


Note: les mesures visibles sur le graph PICTURE 3 ont été faites avec sineweep à partir de laquelle on obtient la réponse impulsionnelle puis l'amplitude, la phase, etc ..... Mais la conclusion serait la même avec toute autre méthode par mesure en point unique, par exemple, par bruit rose au 1/3 octave RTA.


Et pourquoi ne pas utiliser une fenêtre de temps, dépendante de la fréquence ?

Sur les mêmes mesures que ci-dessus, essayons une fenêtre adaptaté à 6 périodes, ceci afin d'éviter autant que possible les réflexions (HOLM permet de montrer seulement trois courbes simultanées de sorte que certaines des réponses les plus différentes ont été choisies).


Image
Dernière édition par indien29 le 07 Aoû 2019 12:02, édité 31 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 10 Avr 2018 10:51

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

MMM > TUTO EN FRANCAIS 2

Message » 10 Avr 2018 10:51

Dans les moyennes fréquences, la variable sur l'amplitude est toujours importante.
Vérifions un autre exemple de mesures effectuées dans un cube de 40cm au point d'écoute (courbe X égalisée)


Image



Dans ces deux exemples, nous voyons clairement que nous ne pouvons pas compter sur un fenêtrage dépendant de la fréquence pour l'égalisation.

Il semble que les mesures classiques à une position ne soient pas représentatives de la qualité perçue: ces mesures dépendent de trop de la position de mesure exacte ...

On constate que le traitement du signal (lissage, fenêtrage fixe ou variable) n'a pas améliorer le résultat d'un rapprochement entre ce que l'on entends au point d'écoute et ce qu'affiche la mesure.

Cette mesure n'étant ni précise ni reproductible, ne peut tout simplement pas être utilisé pour une égalisation précise fiable.

Floyd Toole indiquait : «la moyenne spatiale des mesures d'enceintes est délicate, les mesures à un seul point sont erronées et dénuées de sens»


Si une méthode ponctuelle ne peut pas être efficace, y a-t-il d'autres solutions ?

Si la qualité est la même pour les lieux d'écoute proches, vérifions les facteurs communs.

Pour que les mesures soient indépendantes (elles peuvent être vérifiées par corrélation croisée), ces mesures doivent être effectuées à des endroits aléatoires assez éloignés l'un de l'autre, à plus d'une demi longueur d'onde et à différents emplacements (longueur, largeur et hauteur) et en respectant une directivité en cône d'environ 15 degrés par rapport à l'axe des enceintes.

Voici un ensemble de 32 mesures: on y voit qu'au dessus de 300Hz, les courbes restent à + ou -6dB.


Image


Nous devons vérifier si ces mesures sont reproductibles et donc indépendantes de la position de mesure exacte: séparons maintenant l'ensemble en deux groupes et commençons par 16 mesures impaires (n ° 1,3,5, ...).

Image



Maintenant les 16 mesures paires (n ° 2,4,6, ...)

Image



Regardons maintenant les moyennes d'amplitude. Moyenne de toutes les 32 mesures


Image
Dernière édition par indien29 le 10 Aoû 2019 3:11, édité 8 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

MMM > TUTO EN FRANCAIS 3

Message » 10 Avr 2018 10:52

Moyenne des 16 mesures impaires

Image



Moyenne des 16 mesures paires

Image


Séparé en deux groupes, nous voyons que les moyennes sont toutes très proches avec moins de 2dB différences au-dessus de 200Hz.
Même avec ce lissage minimal, c'est un bon indicateur de reproductibilité.


LES CONCLUSIONS :

Peut-on expliquer les résultats ci-dessus avec tout type d'acoustiques de salle ?

Dans le domaine diffus, assez loin des sources, le son direct et les réflexions murales se combinent et créent des effets de filtrage en peigne qui varient en fonction de la position exacte de la mesure donc de l'auditeur, ceci est visible sur les courbes ci-dessus.

Les acousticiens séparent la gamme de fréquences audibles dans deux zones:

- Sous la fréquence de transition Tf (aussi appelée fréquence de Schroeder), l'acoustique est plus déterministe: c'est une zone modale avec des modes dépendant des dimensions de la pièce. Ces modes sont clairement visibles sur les courbes non lissées.

Au-dessus de la fréquence de Schroeder, l'acoustique est plus chaotique, les modes sont trop nombreux et le champ acoustique est modifié par toutes les surfaces. La pression acoustique à un moment donné est mieux perçue comme une variable statistique.

Schroeder et Geddes ont calculés avec des méthodes différentes l'écart-type sur l'amplitude et ont trouvés des résultats similaires: l'écart-type est d'environ + ou -5,57 dB avec 70% de confiance.

Si nous préférons travailler avec une confiance de 95%, l'écart-type d'une courbe statistique gaussienne est près de 2 fois plus importante et donne un écart-type de σ = 2 * 5,57 / √ (1 + 2,38 * B * Tr) *16, avec B bande passante et Rt temps de réverbération.

Note: cette fréquence de transition va d'environ 40Hz pour un cinéma à 300Hz pour une petite pièce.
Nous parlons généralement d'une fréquence mais il serait plus précis de parler d'une gamme de fréquence.
A 1000Hz et pour un Rt de 0.3secondes, on obtient les déviations suivantes:
sans lissage: + -11.1dB 1 / 48ème d'octave lissage: + -7.1dB 1 / 20ème d'octave lissage: + -5.2dB 1 / 6ème d'octave lissage: + -3.3dB 1 / 3ème d'octave lissage: + -2.2dB



Nous avons vu ci-dessus que pour une mesure ponctuelle unique, le lissage d'une octave améliore la variable mais ce n'est pas suffisant pour une correction précise par EQ.

Mesuré à différents endroits, loin des enceintes, les effets des réflexions aléatoires seront moyens sur la mesure.

Par contre, le résultat sur les critères comme le champ direct en provenance des enceintes, les parois proches (gain de la pièce) et les effets de diffraction ne sont pas aléatoires, ils ne disparaîtront pas de la moyennage et seront pris en compte dans la courbe globale.

Une autre façon lors de la séance de mesure de garder un champ direct et une incidence des différentes réflexions plus faibles, serait d'utiliser des micros avec une directivité élevée.
Notre oreille fonctionne en effet selon le même principe: en raison de l'intégration temporelle de l'oreille interne, les premières réflexions sont fusionnées avec le son direct (champ direct) et influencent notre perception du son au point d'écoute, les arrivées ultérieures des différentes réflexions sont perçues séparément et ne modifient pas le ressenti du son en provenance des enceintes.

Image


Dans quelle mesure devons-nous faire la moyenne des basses fréquences dans les salles où le point d'écoute principal est défini ?

On peut constater qu'en prenant différentes mesures en différents points avec le micro, il se peut que l'on mesure un volume trop important, il en résulte que certains des "modes" en basse fréquence peuvent être accidentellement lissés, ce n'est pas le but recherché.


LA PROCEDURE DE MESURE

MMM Moving Mic Measurement: un autre moyen de calculer la moyenne spatiale


Ainsi, au lieu de plusieurs mesures de points, nous pouvons également utiliser MMM, une mesure usant du déplacement du micro.

Nous avons besoin d'un signal continu, un bruit rose est le candidat idéal. MLS n'est pas recommandé et les sinesweeps ne sont pas adaptés.

Ainsi, avec l'analyse à long terme, l'analyse FFT et la moyenne quadratique, la méthode combine la moyenne temporelle et spatiale.

Mais notez que le calcul de la moyenne doit être effectué sur toute la durée de l'analyse et non sur une moyenne glissante, avec quelques contraintes de calcul.

16, les longueurs de balayage pour un opérateur ne bouge pas:


Image

Nous voyons qu'une personne qui reste au même endroit peut déplacer le micro sur un chemin de mesure jusque 10 mètres.

Comme le monte l'image 11, ceci est bien pour des mesures jusqu'à 80Hz (basés sur ERB).
À titre de référence, l'ISO recommande 5 mesures qui donnent une longueur de balayage de 10 m et une validité jusqu'à environ 100 Hz (voir ligne Neq = 5 sur l'image 12).



Mesure de distance, déviation standard et perception

J'ai essayé de vérifier la relation entre la distance de mesure, le nombre de points de mesure indépendants, l'écart type et la perception qui en résultent, pour évaluer quelle est la distance de balayage nécessaire:

- La relation entre la distance de mesure et le nombre de points de mesure indépendants provient de Hopkins.
- L'écart type est calculé à partir du nombre de points basé sur l'équation σ = 11.14 / (√ (1 + 2.38 * B * Tr) * √N), de Schroeder et Hopkins
- Le seuil approximatif de perception dépendant de la fréquence est une estimation basée sur Moore, Clark (voir photo) et Toole et quelques tests d'écoute ABX personnels.

Cette courbe doit correspondre au seuil d'audibilité des écarts de bande passante de 1/6 d'octave sur un signal, le bruit rose étant généralement le signal le plus révélateur.




Image
Dernière édition par indien29 le 10 Avr 2018 14:15, édité 7 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

MMM > TUTO EN FRANCAIS 4

Message » 10 Avr 2018 10:55

Clark, David, «Tests subjectifs haute résolution utilisant un comparateur à double insu», AES mai 1982 «Chaque courbe indique la plus petite différence d'amplitude à chaque fréquence entendue dans les tests ABX, lorsque la bande passante de la différence est d'environ celui du nom de la courbe »
L'image de Clark montre seulement la bande passante de 1/3 oct mais j'ai utilisé les mêmes valeurs dans le graphique ci-dessous (!),
Ceci peut être un peu conservateur.
Cette courbe de perception peut être considérée comme une valeur de crête à moyenne: la différence de niveau entre un pic et la courbe plate.

Grâce aux calculs ci-dessus, nous pouvons maintenant vérifier quelle longueur de balayage est nécessaire: il semble qu'un balayage de 5m donne des déviations statistiques suffisamment basses pour correspondre à une «perception juste perceptible»


Image


Mesures précises
La mesure acoustique pour l'égalisation doit être validée à partir de la perception sonore mais doit être basée sur des critères de métrologie standard:
- résolution
- l'incertitude qui dépend de deux critères: la précision demandée pour des mesures reproductibles et la précision nécessaire pour minimiser les erreurs systématiques.

Nous avons vu plus haut que mesurer à une position ne donne pas de mesures reproductibles et n'a pas une résolution suffisante.

MMM est rapide et efficace pour l'égalisation d'une enceinte mais comme il manque l'information de temps et de phase, ce n'est pas un outil pour configurer le filtrage ou alignez temporellement des haut-parleurs, ...

Il y a quelques contraintes pour obtenir des mesures fiables avec MMM :

- Calibration: le bruit rose doit être vérifié pour sa réponse en fréquence et le microphone doit être calibré pour un champ diffus d'incidence aléatoire.

- La mesure doit se faire en moyenne sur suffisamment de positions indépendantes: déplacez donc le microphone pour couvrir un volume suffisamment grand: une distance de balayage de 5m est une bonne base (3 demi-cercles).
Une autre manière est de couvrir un volume avec des dimensions d'environ 1/5ème de la dimension de pièce correspondante, il a été testé pour donner des résultats fiables jusqu'à Tf.

- Les mesures doivent éviter les erreurs systématiques, c'est-à-dire toutes les mesures à la même hauteur!
Faire des mouvements transversaux, à plus de 10 degrés de n'importe quel plan de la pièce

- Ne déplacez pas le micro trop près des limites (min 1m recommandé)

- Ne pas bouger trop vite (max 0.3m/seconde), il ne devrait pas y avoir de risque de distorsion Doppler mais plus de risque du bruit de l'opérateur.

Utilisez également des câbles non microphoniques.

- Le micro ne doit pas être dirigé directement vers le haut-parleur: en raison du champ semi-diffus.

Les deux techniques donnent des résultats proches avec de petits micros (1/4 "ou moins) mais gardent toujours le microphone en vue directe du haut-parleur.

- La moyenne doit être effectuée sur les pressions sonores moyennes quadratiques et sur une durée suffisamment longue: pas de moyenne courte ou de moyenne mobile.

Une moyenne sur toute une série de 30 semble donner une bonne résolution et reproductibilité (ISO / WD 16283-1 recommande 60 secondes pour les fréquences inférieures à 100Hz )

- La mesure doit être meilleure que la résolution de l'audition: utilisez un lissage de 1/6 d'octave ou moins.

Remplissant ces conditions, MMM donnera une excellente reproductibilité.
Une bonne stabilité des résultats avec le temps est espérable, contrairement à la mesure ponctuelle unique où l'on dit souvent que les changements de réponse proviennent du vieillissement des haut-parleurs alors qu'en réalité c'est juste à cause de la mauvaise méthodologie des mesures !

La réponse MMM résultante montre que 3 des 4 paramètres principaux caractérisés par Olive sont les plus pertinents pour la qualité sonore perçue: Déviation bande étroite dans la chambre NBD_PIR, extension basse fréquence LFX, Lissage dans la réponse en amplitude dans la pièce SM_PIR.
Toutes ces courbes peuvent être vues sur les mesures MMM.
La déviation de bande étroite NBD_ON sur l'axe est manquante mais n'est-elle pas liée à l'écart de bande étroite dans la pièce ?

Il est encourageant de constater que les systèmes stéréo et multicanaux, mesurés et corrigés avec MMM, montrent une excellente correspondance de timbre entre haut-parleurs, ce qui peut être vérifié en basculant entre les canaux tout en écoutant le bruit rose, le signal le plus révélateur.

C'est un bon indicateur et la corrélation entre la méthode de mesure MMM et la perception auditive.


Image

Annexe 1
Comparaison avec une autre méthode de points multiples



Image




Image




Image
Dernière édition par indien29 le 10 Avr 2018 14:28, édité 4 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

MMM > TUTO EN FRANCAIS 5

Message » 10 Avr 2018 10:55

Image



Image




Image



Image




Image
Dernière édition par indien29 le 10 Avr 2018 11:10, édité 2 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

TUTORIEL > EXEMPLE DE MESURES

Message » 10 Avr 2018 10:55

Par Indien :

Voici enfin le Tuto :

Issus de ces quelques échanges préalables, https://www.homecinema-fr.com/forum/acoustique-correction-active-et-logiciels-de-mesure/mesure-au-point-d-ecoute-protocole-standard-hcfr-t30089211.html

Voici un exemple d'utilisation de la méthode MMM de JL Ohl, sur la base de mes expériences, il existe une méthode alternative en sinesweep multi-point pour mesurer au point d'écoute, le post ne traite ici que le MMM.

L'original de ce post ce trouve en page 2 du post pour continuez le tutoriel MMM de JL Ohl.

LA MESURE MMM

1- Ouvrez REW, puis on ouvre le générateur de fréquence et ensuite, ouvrez la fenêtre RTA sur les icônes du haut
Image
Cliquez pour zoomer

2- Cliquez sur le triangle vert du générateur, le bruit rose est audible dans les enceintes, montez le volume de l'ampli entre 80 et 95dB au point d'écoute, en fonction de la taille des enceintes, le plus est le mieux, mais si la pièce est silencieuse et qu'il n'y a pas de bruit externe 85 à 90dB convienne.
Vous verrez le niveau SPL en dB sur la fenêtre RTA préalablement ouverte.

3- Prenez le micro en main, installez vous au point d'écoute, puis cliquez sur le bouton rouge de la fenêtre RTA, la mesure commence sur la fenêtre RTA, faites tourner le micro à la main, assez lentement, dans une sphère de 80cm au point d'écoute, à la vitesse d'environ 1 tour pour 4 secondes, que la position du micro soit verticale et horizontale ne change rien, ça peut même passer de H à V pendant la mesure, c'est égal.
Vous déplacez le micro lentement dans cette sphère virtuelle (voir les mouvements décrit à la page précédente par JL Ohl), ce qui compte, c'est de balayer à base vitesse.

Les premières secondes, on constate des variations importantes de la courbe sur la fenêtre de l'analyseur RTA, la mesure se lisse au fil des rotations car les longueurs d'ondes diffèrent en fonction des fréquences qui sont toutes jouées par le bruit rose, le micro en tournant, lisse l'ensemble des fréquences en captant dans le volume scanné, les différentes longueurs d'onde, c'est le principe du MMM (mesure à micro tournant, Microphone Moving Measure)

Laissez la mesure monter jusqu'un average de 250, on constate que les rotations n'entrainent plus de modification sur la courbe de l'analyseur RTA en fin de cycle.

Coupez la mesure en cliquant sur "SAVE", coupez le générateur pour soulager vos oreilles (certaines mesures à fort niveau sont préférables avec casque ou des bouchons d'oreilles)

La mesure RTA se retrouve en haut, à droite de la fenêtre REW, on y retrouve les paramètres de mesure, ici RTA, average de 248, et les valeurs en dB RMS A et C.
Image
Cliquez pour zoomer



DEFINIR LA STRATEGIE DE CORRECTION

On peut ensuite définir la stratégie de correction, soit uniquement sous les 100 Hertz (post du GMEP https://www.homecinema-fr.com/forum/enceintes-haute-fidelite/le-gmep-en-video-adaptation-piece-enceintes-t30086820.html) soit en corrigeant un peu plus haut, disons 300Hz.

Pour que la correction soit bonne, on réduit le pic fréquentiel du au mode généré par la pièce en le frappant au Hertz près, si le pic est à 41Hz, l'égalisation sera à 41Hz, pas 42 ou 43...

La valeur de "Q" qui correspond à la largeur de l'égalisation sur la bande fréquentielle doit correspondre au bloc fréquentiel à corriger.

Plus le pic en fréquence à traiter est étroit, plus le "Q" est élevé, il faut donc faire plusieurs essais sur l'égaliseur pour constater si la frappe est bonne en intensité (réduction en dB du pic) et en largeur (Q adapté).

Cela demande d'y passer un peu de temps, en frappant avec la correction de l'égaliseur et en vérifiant à la mesure MMM, sa vitesse d'opération prends ici tout son sens.

- Sur un Pic, vous pouvez frapper aussi fort que nécéssaire, -20dB si vous voulez et avec le Q que vous voulez, jusque 8 ou 10 si besoin.

- Sur un ventre, le "Q" limite la correction positive, si vous faites un + 15dB avec un "Q" de 10, votre amplificateur va fumer, avec probablement le HP, un Q large de 4 permet 4dB de boost, il faut éviter d'aller au delà pour ne pas solliciter de trop l'amplification.

Un "Q" plus faible de 2, permet +8dB par exemple, mais un "Q" de 2, n'est plus dans le traitement de pic ou de ventre fréquentielle, mais dans une modification de la réponse en fréquence de l'enceinte, ce qui n'est pas conseillé depuis le point d'écoute.



RAPPEL DE BASE

On ne corrige pas une enceinte au point d'écoute au delà des basses fréquences, on ne corrige que le grave, zone ou les grandes longueurs d'ondes rebondissent plusieurs fois de murs en murs et créés des modes fréquentiels très audibles.

Au dessus de 300Hz, une bonne enceinte est relativement plate sur une mesure en chambre sourde (vous lirez aussi sur HCFR, "Freefield" ou "champ libre" ou "mesure extérieure" ou "chambre sourde", ces mesures ayant pour but de ne pas être faussées par les réflexions de la salle)

Au dessus de 300 / 400Hz, Il est possible que l'enceinte ne soit pas plate, donc que l'enceinte ne génère pas un son neutre, ça peut être le choix du constructeur (plus souvent un défaut de conception, c'est pas simple à faire...) pour donner une coloration voulue au son, si cela vous plait, tant mieux, mais normalement, les différents composants audio d'une chaine HiFi doivent être neutre, de la source, en passant par l'amplificateur, puis surtout les enceintes pour lesquelles la réponse plate est un vrai défi, au moins de 400 à 8kHz et surtout de 500 à 4kHz ou l'ouïe humaine est très sensibles et les fautes lourdes intolérables dans cette zone si la recherche est la haute fidélité (reproduction fidèle à l'oeuvre originale)
.
Les meilleurs enceintes de studio ont une réponse qui tient dans 3dB en "chambre sourde" de 300 à 10 Khz :D :o. Ce sont des enceintes actives, multi-amplification, un DSP intègre la correction par égalisation de chaque HP, ainsi que la phase générale de l'enceinte.
La réponse plate pour une enceinte passive est un vrai défi pour son concepteur, sans moyen d'égaliser activement, il doit trouver un compromis dans le calcul de son filtre entre les pentes des coupures des différents Hauts parleurs et l'allure générale de la réponse dans les fréquences sensibles.

La lecture des courbes de réponse est indicative de la neutralité des enceintes, hélas, peu de constructeurs HiFi fournissent ces mesures, demandez les au constructeur par mail, s'il refuse, n'achetez pas le produit et faite le savoir au constructeur.
Si vous possédez déjà les enceintes, recherchez d'éventuelles mesures sur internet, ce post regroupe la liste des sites offrant ces mesures : https://www.homecinema-fr.com/forum/general-haute-fidelite/comment-trouver-et-interpreter-les-infos-techniques-audios-t30090982.html


CORRIGER AU DESSUS DE 300 Hertz ?

Si vos enceintes ne sont pas neutres, vous pouvez définir une stratégie de correction par égalisation, mais au dessus de 300Hz, cela demande une maîtrise de la mesure.

Il faut isoler la mesure des réflexions de la salle, soit en effectuant la mesure en extérieur, enceinte placée en hauteur, le plus haut est le mieux pour éviter les réflexions, soit en creusant un trou dans le sol, enceinte enterrée dans le trou, protégée par un film plastique, micro à la verticale de l'enceinte.

L'autre technique consiste à mesurer en salle, par le fenêtrage de la mesure, en éliminant les réflexions possible par le calcul du rapport entre les longueurs d'ondes, les réflexions possibles et le placement du micro, une méthode qui demande une certaine maitrise et qui pourrait faire l'objet d'un autre post, celui-ci étant dédié à la MMM, le fenêtrage n'est possible qu'avec le sinesweep.

Sur ce forum, de nombreux pro déconseillent les logiciels automatiques, type Dirac, Audissey, Trinnov (qui pourtant est le plus avancé).
Je pense qu'ils ont raison pour les motifs exprimés plus haut, on ne corrige pas sur toute la bande car la mesure doit être 100% fiable dans les fréquences sensibles.

Il n'existe pas de protocole permettant une mesure fiable à 100%, la correction n'est pas un problème, cela marche.
Le soucis c'est de rédiger un protocole de mesure fiable et répétitif pour tous..., qui convient à tout les usages, tout les utilisateurs, toutes les conditions de salles, d'enceintes etc... Ce n'est pas possible...et ça n'existe pas...

L'impact d'une mesure, "presque" bonne, impact énormément une enceinte qui était peut être déjà correcte, avec au final, un impact négatif sur l'écoute.

Pour cette raison, il est préférable de séparer en 2 parties la stratégie de correction, premiere partie, sous le régime modal dans le grave, avec une limite haute de 300Hz.

Au dessus de 300Hz, une correction est possible, elle est réservée aux experts ou aux pros (ou aux aventuriers de l'égalisation :D )

Si vous possédez déjà l'un de ces logiciels automatiques, utilisez les seulement sous les 300 / 400Hz et ne détimbrez pas le reste de l'enceinte.
Comparer à l'écoute avec ce protocole, avec la seule correction du pic principal sous les 100Hz.
Un seul point de correction est souvent suffisant pour écraser le mode principal.

J'espère que cet exemple d'utilisation de MMM vous sera utile, au moins pour régler les problèmes basiques dans les basses fréquences.

N'hésitez pas à commenter pour améliorer le post, je corrigerais !
Dernière édition par indien29 le 20 Sep 2019 0:24, édité 4 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

MMM > EXERCICE

Message » 10 Avr 2018 10:56

Par Jean Luc OHL
Je viens de faire chez moi un petit exercice MMM : voici 16 mesures MMM dans 9 pièces différentes (dont la cuisine !) à des distances de 2, 2.5 ou 3m
Ce sont des pièces d'habitation non traitées acoustiquement qui vont de 10 à 30m2. Il y a des pièces où j'ai fais plusieurs mesures en déplaçant l'enceinte et la position de mesure (des déplacements importants: par exemple une mesure dans la longueur au lieu de la largeur).

Le scan MMM est fait sur environ 1x1x0.5m avec un micro usb Umik.
J'ai pris une enceinte assez linéaire et surtout petite pour pouvoir la déplacer facilement (Behringer B2030A avec réglages -2,0,-4dB)

Afin que chacun puisse facilement reproduire ces mesures, j'ai utilisé REW en mode RTA avec signal Pink Periodic 128k et 16 averages
Le lissage présenté est au 1/48e d'octave.
Le fichier REW .dat est dispo si quelqu'un veut analyser plus précisément.

Image

En analysant ce graphique on peut distinguer trois zones de réponse :
- au dessus de 800Hz, les réponses sont proches à environ +-1dB (après réalignement des niveaux), donc indépendantes de la pièce : MMM mesure uniquement l'enceinte
- entre 300 et 800Hz, les réponses sont globalement dans +-3dB, il s'agit de la réponse de l'enceinte combinée aux obstacles proches : murs, mobilier,...
- sous 300Hz, on voit les modes de salles qui dépendent aussi des positions de l'enceinte et de l'auditeur


Une question se pose donc : si au-dessus de 800Hz, on mesure seulement la réponse de l'enceinte seule, quelle est cette réponse ?
La réponse dans l'axe, la réponse en puissance, la réponse moyennée sur un cône de 15° (PIR de Harman) ?
Ca je vous le montrerai plus tard par un exemple en comparant la même enceinte mesurée en chambre sourde et mesurée dans une pièce à vivre.

Mais de toute façon, pour ceux qui pensent qu'il ne faut pas corriger électroniquement les accidents acoustiques, MMM permet, au-dessus d'une certaine fréquence de ne corriger que l'enceinte même sans disposer de chambre sourde ou sans faire de mesure à l'extérieur !

Suite :
wakup2 a écrit:
Une réponse moyenné dans un cône ou une pseudo mesure de réponse en puissance ?

Quand je compare MMM avec les courbes mesurées par Harman, je suis proche de leur réponse PIR Predicted In Room c'est à dire une moyenne sur un cône.
J'ai aussi des enceintes mesurées par PSI et MeyerSound dans leurs chambres sourdes respectives, que j'ai pu ensuite mesurer dans des pièces ou des studios, et par MMM je retombe bien sur des moyennes mesurées sur un cône.

wakup2 a écrit:
Tu mesure exactement la même chose dans un pièce "vivante" de 50m² que dans une contrôle room de studio de 20m² ?

Dans les studios pros et bien traités, on est fiable bien plus bas que 800Hz. Dans les pièces peu traitées, la courbe MMM mesurée sous 800Hz ne correspond pas à la courbe de l'enceinte seule mais on peut quand même se baser sur elle pour une correction.
Dernière édition par indien29 le 20 Sep 2019 0:30, édité 4 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 10 Avr 2018 21:20

Il faut avoir lu tout ça avant de commencer le tutoriel ? :o
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 7504
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 11 Avr 2018 7:24

ANCIENS ECHANGES EN 2018


Salut Pio,

Ben oui bien sûr, ce serait trop simple sinon :ane:

Je te rassure, non, le Tuto sera en première page !

Tu as tout lu ? Le cheminement est très intéressant !
Dernière édition par indien29 le 20 Sep 2019 0:31, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6381
Inscription: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 12 Avr 2018 11:08

Très intéressant, j'attends que tu aies mis le tuto pour poser mes questions, et pouvoir faire le test de comparaison en multipoints avec rew (cf mes posts débutés sur le fil des courbes de réponse)
ssebs
 
Messages: 919
Inscription: 23 Nov 2014 22:30
Localisation: Vers Delémont (Suisse, canton Jura)
  • offline

Message » 15 Avr 2018 14:07

:hein: :siffle: Tout ces tuto de tutoriels...je ne prends plus aucun chemin !

Je suis en train de me faire un dictionnaire (liste de définition) des concepts de bases avec en face, le lien de la source !

Car à la fin, pardon dès le début, je ne sais même pas par quoi je commence quand je fais quelquechose !

Entre l'analogique et le numérique ça m'en fait des éléments, des logiques à comprendre !
En plus, quand j'imprime des tuto, je vois qu'ils ont été modifiés jusqu' à 27 fois : si en plus il y a des erreurs dans les tutoriels... :zen:
Dernière édition par yijing le 15 Avr 2018 19:54, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


Bien sûr que ça n'est pas raisonnable ! Mais en HI-FI est-ce le but ? Mario RICCI.
yijing
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 14176
Inscription: 08 Mai 2005 23:56
Localisation: Versailles
  • offline

Message » 15 Avr 2018 15:14

Ce qui est dommage, je l’ai déjà souligné, si personne ne conteste la qualité des intervenants, combien de lecteurs du post? Combien de participants au débat? D’ailleurs ce sont toujours les mêmes... Pour moi, très clairement, le site HCFR s’égare dans des méandres qui annoncent la fin du site. Désolant!
phil974
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 7986
Inscription: 18 Juin 2003 7:31
Localisation: Saint Gilles les Hauts (La Réunion)
  • offline

Message » 15 Avr 2018 18:45

Pas d'accord. En 2007, sur HCFR, on comparait des câbles de modulation en ABX.
Aujourd'hui, on répertorie les solutions de correction de pièce. Moi je trouve qu'il y a du progrès 8) !
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 7504
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 15 Avr 2018 20:00

Moi ce qui me gêne c'est l'absence de diversité : tout est sur le scientifique et l'objectivisme. Et avec un aspect besogneux de surcroît : pas intérêt de dévier du sujet : ça s'appelle du trollage.

C'est comme si en allant au restaurant on n'appréciait que les températures de cuisson, le nombre de calories dégagées, le pourcentage de glucides et de lipides, le pourcentage de marge que se prennent les cuisiniers et leurs fournisseurs et rien sur la desciption des plaisirs de la chair et des breuvages : c'est mal venu : invérifiable !

La configuration dans mon profil


Bien sûr que ça n'est pas raisonnable ! Mais en HI-FI est-ce le but ? Mario RICCI.
yijing
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 14176
Inscription: 08 Mai 2005 23:56
Localisation: Versailles
  • offline

Message » 15 Avr 2018 21:03

Je disais justement sur l'autre sujet que si j'avais le temps, je passerais aux écoutes : le plat est maintenant cuit à la température exacte, il est temps de le déguster et voir s'il a bon goût.
Je ne sais pas si c'est ce que tu voulais dire.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 7504
Inscription: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline


Retourner vers Correction active et logiciels de mesure

 
  • Articles en relation
    Dernier message