Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Alesien, Denis31, dodoche1, Fraktur, jean GROS, pacpac69, PAT 94, Skeb, STEPHLX2001 et 38 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

ACOUSTIQUE EN HIFI, THEORIE ET PRATIQUE

Message » 31 Déc 2017 15:07

thierryvalk a écrit:Mon avis personnel, est que les règles pour une écoute dans une pièce non dédiée sont tout l'abord dépendantes de cette pièce.
Venir avec des valeurs absolues qui en plus, sont mesurées de manière pas trop fiables, n'a pas de sens.


Tout à fait Thierry, c'est le chapitre "choix de la pièce" du post 2, les longueurs et la largeurs qui ont des fractions exactes, ensuite la taille de la piece puis son RT.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 31 Déc 2017 15:07

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 31 Déc 2017 16:00

Merci l'indien pour ce post qui vient de me permettre de comprendre beaucoup de choses que je n'avais encore jamais bien appréhendées depuis toutes ces années :P

indien29 a écrit:Possibilité 1 : Se rapprocher des enceintes, car en s'éloignant, le son diffus non homogène prends le dessus et rends le signal du champ direct incompréhensible à cause des disparités des courbes de fréquences entre le champ direct et le champ diffus.
Réduire un peu la quantité de champ diffus audible en s'approchant des enceintes, améliore le taux de champs direct par "masquage".

S’avancer de trop vers la source sonore pose néanmoins un problème, celui de la fusion des voies (en cas de filtrages de plusieurs Hauts Parleurs) qui n'ont pas la distance pour s'effectuer en fonction des modèles d'enceintes. Les enceintes doivent donc avoir une directivité adapté à l'écoute de proximité.

Une enceinte dite de proximité sera efficace entre quelle et quelle distance d'écoute ? Ou dit autrement, à partir de (et jusqu'à) quelle distance d'écoute considère-t-on que l'on "doit" s'orienter vers une enceinte de proximité ? C'est peut-être déjà là que beaucoup d'entre nous se plantent dans le choix des enceintes...

indien29 a écrit:...Ce sera le contraire avec les petites pièces mal traité et avec un RT est élevé… il faudra se rapprocher des enceintes, elles devront être plus petites et n'offrir qu'un grave peu présent pour limiter les effets des modes propres...

Comment est-ce possible ? N'est-ce pas antinomique ?
LeBienHeureux
 
Messages: 3472
Inscription Forum: 06 Déc 2007 22:15
  • offline

ACOUSTIQUE EN HIFI, DIRECTIVITE ENCEINTE

Message » 31 Déc 2017 16:46

LeBienHeureux a écrit:
Une enceinte dite de proximité sera efficace entre quelle et quelle distance d'écoute ? Ou dit autrement, à partir de (et jusqu'à) quelle distance d'écoute considère-t-on que l'on "doit" s'orienter vers une enceinte de proximité ? C'est peut-être déjà là que beaucoup d'entre nous se plantent dans le choix des enceintes...


Oui, on comprends bien en s'intéressant à l'acoustique que tout projet d'écoute de qualité dans une pièce, dépends de la pièce... Gloops, ça remets plein de choses en question. :(

En effet, en milieu domestique, on écoute pas uniquement les enceintes (ce serait le cas en extérieur) mais on écoute les enceintes et la pièce... autant l'une que l'autre.

2 courbes de réponses en fréquences qui se superposent, celle des enceintes (champ direct) et celle de la pièce (champ diffus).
Le but étant alors de bien superposer les 2 (heureusement uniquement dans la zone d'écoute).

Pour le champ direct, c'est pas compliqué, mais pour le diffus, sa réponse en fréquence va dépendre de la réponse en fréquence perçues par les murs.
Du moment d'impact des fréquences envoyées sur les murs, dépendra la réponse en fréquences restituée par les murs sur l'ensemble de la pièce.
On comprends bien que si l'enceinte crache un son très directif dans CERTAINES des fréquences sensibles (200Hz - 4Khz), les murs/plafonds ne restituerons jamais certaines fréquences sensibles.

Dans ce cas, la réponse en fréquence de la pièce sera donc radicalement différente de celle des enceintes, d'ou l'importance dans la conception de l'enceinte, d'une parfaite gestion de la directivité de celle ci.

La directivité de l'enceinte dépends de pleins de critères, du nombre de voies, de la distance des centres émissifs des différents HP et surtout... de la directivité des HP qu'elle embarque...en rapport avec les fréquences injectées dans ces HP :D

En très basique, on pourrait dire que le rapport de directivité d'un HP dépend de la fréquence injectée dans ce HP en fonction du diamètre du HP.

Comme un grand HP est plus directif qu'un petit HP, mieux vaut ne pas faire trop monter un grand HP en fréquence au risque que la partie haute de la bande passante ne touche jamais les murs et pladonds...
C'est la base dans la conception d'une enceinte, très au delà du rendement, ou même de la distorsion par exemple.

Comme les grands HP sont directifs, pour avoir une enceinte de proximité, on choisira des petits HP.
Pour cette raison, on voit souvent des enceintes colonnes en 2.5 à filtrage simplifié (une seule fréquence de coupure) avec des 2 HP de petits diamètres pour reproduire les graves / médium au lieu d'un unique HP.

La multiplication des HP grave/médium étant la seule solution pour atteindre le rendement du tweeter et ainsi attendre le rendement moyen et la cible SPL du cahier des charges du constructeur.
Ce type d'enceinte permet de reproduire un niveau SPL supérieur en gardant une directivité faible, donc une écoute proche possible avec une fusion entre voies courte.
Elle pose ensuite un problème à l'ampli si les 2 HP ne sont pas en 16 Ohms car l'impédance générale de l'enceinte va descendre, d'ou l'intérêt d'avoir un bon ampli sur ces enceintes et de vérifier A LA MESURE, l'impédance réelle de ce type d'enceintes.

C'est aussi pour cela que lorsque l'on veut un HP avec plus de rendement, donc un diamètre plus grand, on doit faire le choix du 3 voies et couper le HP d'un grand diamètre à une fréquence basse, avec pour inconvénient d'avoir un filtrage plus complexe (2 filtrages entre 3 HP) et tout les problèmes liés à ces filtrages très complexes entres voies...

Si on veut encore se rapprocher, à un mètre par exemple (écoute nearfield) une toute petite enceinte avec un grave / médium et un tweeter fait l'affaire et comme on est très proche, le son direct masquera une partie du diffus, ça se traduira par une écoute très analytique, mais toujours beaucoup moins spectaculaire qu'une écoute longue distance, le cerveau hélas trouve plus de plaisir à écouter de plus loin :) Dans ce cas, un petit caisson de basse peut compléter le manque de grave et son placement offrira certaines possibilités, on y reviendra plus tard. :D

Dans une pièce à l'acoustique déplorable, on trouve souvent que l'enceinte sonne mal, alors que c'est simplement les courbe du champs direct / diffus qui ne collent pas.
En HiFi, les problèmes majeurs sont souvent liés à la pièce et moins souvent au matériel s'il est de qualité et adapté au lieu d'écoute en taille et en positionnement.
Dernière édition par indien29 le 01 Jan 2018 14:28, édité 6 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 31 Déc 2017 16:49

Tout à fait Thierry, c'est le chapitre "choix de la pièce" du post 2, les longueurs et la largeurs qui ont des fractions exactes, ensuite la taille de la piece puis son RT.

Pas que, l'on a un cerveau et il s'adapte.
Une pièce carrelée avec peu de meuble aura forcément un autre comportement acoustique qu'une pièce avec moquette et plein de meubles.
Vouloir appliquer les même règles pour ces pièces sera à un moment donné contre nature.
thierryvalk
 
Messages: 5567
Inscription Forum: 08 Mai 2012 9:39
Localisation: Belgique
  • offline

Message » 31 Déc 2017 16:52

C'est toujours une bonne chose de partager ses connaissances surtout sur les sujets complexes liés à l'acoustique.

indien29 a écrit:Le contenu de ces posts peuvent comporter des erreurs, contactez moi par MP, je modifierais en fonction pour que la version finale de ces posts soit correcte
Je pense que les remarques et correction sont plutôt à faire en direct, chacun pourra alors en tirer profit.

J'en profite donc pour livrer quelques remarques :
Les acousticiens indiquent que bonne distance d’écoute dans une pièce s'appelle la « distance critique ». La distance critique se compose d’un taux de 50% de champ direct / 50% de champ diffus.
Quels acousticien ? Cela n'a pas grand sens sachant que la distance critique varie considérablement selon la fréquence.

Une pièce dont l'acoustique est bonne est une pièce dont le champ diffus est homogène sur 3 critères : Sa densité, Sa durée, Sa répartition fréquentielle
Ces notions me semblent ici peu claires : ainsi c'est quoi la densité d'un champ diffus ?

JIM a écrit:Encore faut-il tomber d'accord sur ce que l'on appelle rt car normalement, ça se mesure en divers points de la salle (la réverbération est homogène en tout point en théorie) et il faut user d'une enceinte spécifique omnidirectionnelle.Voici un document très intéressant qui synthétise quelques recommandations de référence pour l'écoute musique. https://www.spsc.tugraz.at/sites/defaul ... g_Room.pdf
Les valeurs de RT mesurées dans une pièce d'écoute ne sont généralement pas faites avec une méthodologie normée mais, faites avec les enceintes d'écoute, sont certainement plus représentatives de la réalité de la décroissance du champ sonore (parler de RT n'est pas très judicieux pour un champ peu diffus)
Je conseille à tous de lire le document cité par JIM, c'est un état des lieux qui donne une bonne vision des problèmes d'acoustiques des pièces d'écoute.

Un autre point que j'ai lu par ici (mais je ne sais plus où exactement) : pour la correction électronique des modes propres, il est déconseillé d'utiliser un égaliseur graphique. Il faut plutôt utiliser un égaliseur paramétrique. En effet, un mode de salle est équivalent à un filtre biquad et se corrige avec le filtre inverse (même fréquence, même Q et gain inverse). Avec un égaliseur graphique, le Q est figé, on ne corrigera pas bien la décroissance temporelle et on risque même d'aggraver les problèmes aux fréquences proches.
ohl
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 1834
Inscription Forum: 13 Aoû 2004 16:17
  • offline

Message » 31 Déc 2017 17:02

indien29 a écrit:...Ce sera le contraire avec les petites pièces mal traité et avec un RT est élevé… il faudra se rapprocher des enceintes, elles devront être plus petites et n'offrir qu'un grave peu présent pour limiter les effets des modes propres...


LeBienHeureux a écrit:Comment est-ce possible ? N'est-ce pas antinomique ?

Je ne comprends pas ta question, il n'y a pas de contradiction à ce qu'une petite pièce mal traitée ait un RT est élevé, mais les petites pièces ont un RT plus faibles, les ondes touchent très vite les murs.

Le problème des petites pieces, c'est rapports de « multiple direct » entre les différentes ondes, le régime modal sera d’amplitude plus importante que dans une grande pièce, il générera des modes fréquentiels forts et très audible dans le grave et le traitement n'y fera rien sauf à amortir très massivement.

Heureusement, le room gain (l'amplification du son par la pièce, surtout des graves) est plus important dans une petite pièce que dans une grande pièce, on est partout proche des cloisons...
Ca permet de descendre grandement le niveau des graves du champ direct, c'est donc le diffus qui restituera le grave.

Il en découle une écoute moins équilibrée.
Pas le choix dans une petite pièce, sauf à amortir très fortement le traitement acoustique et à se retrouver avec une emprise au sol du traitement telle, que 15m2 se retrouverait à écouter de la musique dans une pièce de la taille d'une cabine téléphonique, tout n'est donc qu'une affaire de compromis. :D
Dernière édition par indien29 le 01 Jan 2018 19:59, édité 4 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 31 Déc 2017 20:55

ohl a écrit: C'est toujours une bonne chose de partager ses connaissances surtout sur les sujets complexes liés à l'acoustique.

Bonjour ohl,
Merci !
C'est sympa qu'un pro comme toi viennent apporter son expérience. Le sujet est en effet complexe et ce n'est pas simple en quelques lignes de concentrer ce qui pourrait être l'essentiel sur un sujet aussi vaste, faut pas non plus que le débutant soit noyé dans des infos indigestes dès le début. Merci de ne pas m'en tenir rigueur :D
Il s'agit de proposer dans un premier temps, des solutions simples, non pas pour arriver au niveau ultime d'une installation en pièce dédiée, mais pour déjà tenter d'améliorer sensiblement l'environnement des passionnés qui veulent rester dans leurs salon, en gardant un côté WAF compatible.


ohl a écrit:Je pense que les remarques et correction sont plutôt à faire en direct, chacun pourra alors en tirer profit.

Merci, je corrigerais ensuite alors, l'idée c'est d'avoir les 4 premiers posts corrects, comme cela, les futurs lecteurs qui ne veulent pas dérouler toutes les pages aient déjà des infos sympas. [/quote]

ohl a écrit: ainsi c'est quoi la densité d'un champ diffus ?

La densité en fréquence du champ réverbéré, la densité, le niveau sonore (non), le niveau en puissance, le niveau en dB. En effet on peut sans doute en effet trouver un terme plus adapté...lequel ?
Dernière édition par indien29 le 01 Jan 2018 14:30, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 31 Déc 2017 21:10

thierryvalk a écrit:On a un cerveau et il s'adapte.
Une pièce carrelée avec peu de meuble aura forcément un autre comportement acoustique qu'une pièce avec moquette et plein de meubles.
Vouloir appliquer les même règles pour ces pièces sera à un moment donné contre nature.

Je ne suis pas ton raisonnement ou je ne le comprends pas. :wtf:
Ce n'est pas au cerveau de s'adapter aux défauts d'une pièce ou d'un système.
Après, une pièce avec de la reverb peut plaire à certains et pas à d'autres et le contraire, c'est peut etre ça que l'on doit comprendre ?

Maintenant, en théorie, si on est dans une approche correcte de la reproduction sonore, les règles de l'acoustiques doivent s'appliquer afin d'obtenir une réponse en fréquence relativement plate en zone d'écoute et qu'elle soit aussi intelligible que possible.

Si la pièce présente des modes importants, la réponse en fréquence du champ diffus sera mauvaise, l'écoute inintelligible, le cerveau s'adapte peut etre, mais ce sera moins bon à écouter qu'une pièce mieux adaptée avec une meilleure intelligibilité. :wtf:

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 01 Jan 2018 2:59

Je pense qu'il vaut mieux utiliser le terme "résonance dans le grave", plus facile à comprendre pour le néophyte que "mode propre".
D'ailleurs, j'ai cherché d'où venait l'appellation "mode propre"... Je préfère ne même pas en parler :-?

indien29 a écrit:L'EQ, active ou passive ne pourras pas atteindre un mode propre de façon précise car celui ci est calé sur une fréquence unique.


REW permet de générer automatiquement une correction très précise des résonances dans le grave. Cette correction peut ensuite être appliquée soit par un égaliseur paramétrique numérique, soit par convolution.

Exemple :

Image

En jaune foncé, la courbe de réponse avec les pics de résonance. En bleu, la correction de REW. En jaune clair, le résultat prévu.

Il faudra manuellement supprimer le pic vers 150 Hz (en bleu), certainement beaucoup trop étroit pour fonctionner. Il ne serait valable qu'à un point d'écoute très précis.

indien29 a écrit:Sans doute que dans la genèse d'un projet absolu, il est préférable dans un premier temps d'amortir au maximum pour casser le plus possible les modes propres et commencer à taper dans les ondes longues dès 50Hz par exemple, dans le domaine, trop n'a jamais manqué...


Je croyais que l'amortissement n'avait pas d'effet sur les résonances basse fréquence. Qu'en est-il, finalement ?
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8034
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 01 Jan 2018 3:29

indien29 a écrit:Le but ultime et totalement théorique, serait d’avoir une réponse identique en fréquence entre le son direct et le son diffus,


Cela ne me paraît pas correct. On admet généralement que la courbe de réponse recherchée pour le son direct est une courbe plate.

Si la courbe du son diffus est identique, donc plate également, toute la courbe de réponse sera plate au point d'écoute. Or il est bien connu qu'avoir une courbe de réponse plate au point d'écoute est très mauvais.

La courbe de réponse du son diffus doit être descendante dans l'aigu, de même que la courbe finale au point d'écoute.
Le but recherché n'est pas que les courbes du son diffus et du résultat au point d'écoute soient plates, mais que ces courbes décroissent régulièrement et sans accident.

indien29 a écrit:La [u]limitation des modes propres est le sujet qui pose problème[/u].
C'est extrêmement complexe et pour être certain de s'en exonérer totalement, il faut quitter le régime modale en se calant au dessus de la fréquence de Schroeder, seules les grandes pièces, au dessus de 400m3 s’en exonères.

Comme dans 99% des cas, nous serons dans des volumes inférieurs, le régime modal sera notre règle...


Ce passage est probablement difficile à comprendre pour un lecteur néophyte, car il ne sait pas ce que veut dire "régime modal", et "fréquence de Schroeder".
Je tente une explication :

Dans les basses fréquences, l'acoustique de nos pièces à vivre provoque principalement des résonances qui amplifient le son à certaines fréquences précises, et l'absorbent à d'autres fréquences précises. Ce comportement est appelé "régime modal". Dans le medium et l'aigu, ces résonances sont si proches en fréquences qu'elles finissent pas se confondre, et l'acoustique se manifeste par une réverbération plus ou moins homogène.
La fréquence approximative où l'on passe de l'un à l'autre est appelée "fréquence de Schroeder". Elle se situe aux alentours de 150 Hz pour une pièce de (??) m2. Plus la pièce est grande, plus la fréquence de Schroeder est basse, jusqu'à descendre en-dessous des fréquences musicales pour les salles de cinéma ou les salles de concert, qui n'ont alors plus à se soucier des résonances isolées.
Malheureusement, dans nos pièces à vivre, la fréquence de Schroeder est plus haute, et il y a toute une partie du grave où l'on est susceptible, en fonction dela configuration de notre pièce et de la position des enceintes, de souffrir de résonances isolées contre lesquelles il est bien difficile de lutter.


L'idéal serait de l'illustrer avec des exemples réels, mais c'est un sacré boulot.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8034
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 01 Jan 2018 4:17

Pio2001 a écrit:
indien29 a écrit:Le but ultime et totalement théorique, serait d’avoir une réponse identique en fréquence entre le son direct et le son diffus,

Pio2001 a écrit:Cela ne me paraît pas correct. On admet généralement que la courbe de réponse recherchée pour le son direct est une courbe plate.
Si la courbe du son diffus est identique, donc plate également, toute la courbe de réponse sera plate au point d'écoute. Or il est bien connu qu'avoir une courbe de réponse plate au point d'écoute est très mauvais.

La courbe de réponse du son diffus doit être descendante dans l'aigu, de même que la courbe finale au point d'écoute.
Le but recherché n'est pas que les courbes du son diffus et du résultat au point d'écoute soient plates, mais que ces courbes décroissent régulièrement et sans accident.

Salut Pio, tu fait une théorie puis tu indiques qu'elle n'est pas bonne :D :wink: ...

" Réponse identique " ne veut pas dire plate :wink:
D'autant qu'on en a déjà parlé ici ou là et que tu connais ma position là dessus.

En menuiserie, on dit qu'il faut faire l'ébauche avant la finition, on en est a débiter les planches de bois, tu es au papier de verre fin :wink: :wink: ... Laissons le sujet avancer.
Sur la partie 4 des futurs posts, on attaqueras le room gain et l'EQ finale.
Dernière édition par indien29 le 01 Jan 2018 14:32, édité 3 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 01 Jan 2018 4:34

indien29 a écrit:L'EQ, active ou passive ne pourras pas atteindre un mode propre de façon précise car celui ci est calé sur une fréquence unique.

Pio2001 a écrit:REW permet de générer automatiquement une correction très précise des résonances dans le grave. Cette correction peut ensuite être appliquée soit par un égaliseur paramétrique numérique, soit par convolution.

Tu as la réponse dans l'extrait de texte : ne pourras pas atteindre un mode propre de façon précise car celui ci est calé sur une fréquence unique.

Ton micro de mesure prends le diffus et le direct et tu corriges sur une large plage fréquentielle un mode qui n'est que sur une fréquence plus réduite... Dans l'absolue, ce n'est pas bon.
Avant de régler le problème via EQ, il faut tenter de le résoudre sans EQ (voir pourquoi sur la suite du texte de l'extrait copié de mes premiers posts).
On verra plus tard que néanmoins, l'EQ fonctionne dans le grave, à utiliser quand il n'y a plus d'autres solutions sur le traitement de la pièce. Tu maîtrises bien le sujet et on en à déjà parlé ailleurs, on s'étendra plus tard là dessus. :wink:
Dernière édition par indien29 le 21 Jan 2018 16:28, édité 2 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 01 Jan 2018 4:42

Pio2001 a écrit:Je croyais que l'amortissement n'avait pas d'effet sur les résonances basse fréquence. Qu'en est-il, finalement ?


Salut Pio,

En effet, un ammortissement faible à peu d'effet sur les bases fréquences car plus la fréquence est basses, plus l'onde est longue et plus épais / perfomant doit etre l'amortissant.

Voici ma théorie (qui n'est pas celle d'un expert à corriger donc en fonction)
Les ondes basses fréquences sont très longues, les ondes hautes fréquences très courtes.
On calcul la longueur d'une onde en DIVISANT SA CELERITE PAR SA FREQUENCE.
La vitesse du son est d'environ 340m/s.
340 m/s / 100 Hz = 3,4 mètres.

Le calcul de l'épaisseur du traitement dépends du coefficient d'absorption de l'amortissement, exprimé par exemple en sabine et de la longueur d'onde à traiter.
Avec ce calcul simple, on comprends que l'amortissement sera très épais, même avec les matériaux dont le coefficient d'absorption sera excellent.

Maintenant, si un traitement est suffisamment épais pour stopper 100% de la longueur d'onde d'une fréquence X lorsque son ANGLE D'ATTAQUE est de 90°Horizontal et Vertical, on comprends aussi que les angles d'attaques des ondes H et V, varient énormément et trouvent dans le biais, des longueurs d'amortissants X fois plus importantes que le X de l'angle d'incidence de l'onde sur l'amortissant.

Les ondes des sons graves, très longues, sont heureusement omnidirectionnelles, elles se diffusent partout, loin et dans tout les angles d'attaques par rapport aux cloisons et aux amortissants.

Si, par exemple, la laine de roche qui offre en sabine, un bon coefficient d'absorption par rapport à son prix est choisie (il en existe d'autres plus bien plus performant dans l'industrie acoustiques), toutes les fréquences seront traitées mais dans des pourcentages différents en fonction de l'épaisseur, de la fréquence et de la directivité de l'onde sonore.

Les angles d'attaques les plus éloignées de 90° H et V, trouverons dans le biais d'un amortissement de 30 ou 40 cm d'épaisseur, une longueur qui atténueras une partie du niveau des graves.

Je ne connais pas les épaisseurs "types" sur de la laine de roche, il serait très intéressant d'en effectuer les mesures ou d'avoir un retour d'expérience de ceux qui les ont déjà effectuées, et de pouvoir faire un tableau avec les épaisseurs de laine de roches et les fréquences approximativement absorbées en %, le calcul me semblant trop complexe à cause de la variation des angles qui varient en fonction des fréquences.

Ce type de tableau permettrait de dire approximativement qu'avec 40 cm de laine de roche, 30% du 40Hz serait absorbé, 50% du 80Hz et 100% du 200Hz.

Il existe ensuite des montages mixtes amortissant / Vide / amortissant (montage en plénum), ou des systèmes à base de résonateur de type bass trap qui peuvent aussi traiter les basses fréquences.
La chasses aux modes propres dans la zone d'écoute devra être ouverte, en priorité par ces moyens.

Nous avons de la chance en HiFi, car contrairement à nos voisins du HomeCinéma, nous n'avons pas obligation d'agrandir la zone d'écoute de façon larges et on peut même faire le choix d'une zone d'écoute restreinte de type mono auditeur, ce n'est pas terrible dans l'absolue, mais optimiser 30 cm X 30 cm est plus simple que d'optimiser 3m X 3m.

Pour cette raison et en cas de choix d'une zone d'écoute restreinte, les modes propres peuvent aussi être traqués par un ou plusieurs caissons de graves en fonction de leurs positions dans la pièces et placés de façon optimum pour réduire par exemple, un mode dominant très poussant dans la zone d'écoute, par exemple comme celui ou ceux que l'on trouve tous dans nos petites pièces et qui joue seul à + 15 dB autour des fréquences voisines...
Cette technique fonctionne bien en mono auditeur, mais devra, à mon avis, faire l'objet d'un autre post car le sujet de L'EXCITATION DES MODES est vaste. :D
Dernière édition par indien29 le 04 Jan 2018 13:32, édité 7 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Mesure du RT 60

Message » 01 Jan 2018 12:51

Bonne année 2018 à tous :D

indien29 a écrit:En HiFi et pour ce qui nous concerne, un RT moyen pourrait etre de 0,6 secondes.

0,6 secondes , c'est bien trop.
En fait le 0,2 secondes du HC est plus satisfaisant (voire un peu moins :wink: )

De nombreuses installations même "Haute Fidélité" sont à 0,2 secondes de RT : Installation de prestige de JFacoustics le Belge celle de tontonflingueur ( HC et Hi Fi) et the last but not the least THXRD :thks:

Steph-Hifi a écrit:je ne suis pas ok Igor, je dirais qu'en HC le champs diffus (et la reverberation) est créé artificiellement par les divers canaux surround, ce qu'il fait qu'il faut effectivement plutôt une piece (trés) mat avec un traitement acoustique homogène donc une cible d'un RT60 a 0,2 pourquoi pas, en Hifi, on va plutôt chercher a avoir une acoustique qui donne de la vie tout en restant contrôlée. A voir avec Indien29 sa définition de "Hifi" mais je pense qu'on ne cible pas non plus une acoustique de studio, mais bien celle d'une piece dédiée a des ecoutes "domestique" de grande qualité. A mon avis on devrait plutôt se situer entre 0,3 et 0,5 a voir :wink:



JIM a écrit:Les salles utilisées par Harmann pour l'écoute hifi (salle standard de référence), c'est entre 0.35 et 0.4s il me semble.

Encore faut-il tomber d'accord sur ce que l'on appelle rt car normalement, ça se mesure en divers points de la salle (la réverbération est homogène en tout point en théorie) et il faut user d'une enceinte spécifique omnidirectionnelle.

Voici un document très intéressant qui synthétise quelques recommandations de référence pour l'écoute musique.
p19 du doc
https://www.spsc.tugraz.at/sites/defaul ... g_Room.pdf


La méthode de mesure du RT 60 semble compter pour ajuster celui ci
JIM toi qui a mesuré également le RT 60 via la mesure MMM de Jean-Luc Ohl, d'après toi quelle serait l'incidence de la méthode MMM sur le résultat.

Nota (avec la méthode MMM dans le Studio de Briare):
-sur les frontales on arrive à 0,17/0,2
-sur les surrounds 0,2

Quelle serait la meilleure façon de mesurer ce RT60 ?
Quel périmètre de mesure donner si utilisation de la méthode MMM, afin que les résultats soient comparables ?

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9501
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • online

Message » 01 Jan 2018 13:18

Meilleurs voeux à tous également !

Igor Kirkwood a écrit:
indien29 a écrit:En HiFi et pour ce qui nous concerne, un RT moyen pourrait etre de 0,6 secondes.

Igor Kirkwood a écrit:0,6 secondes , c'est bien trop.
En fait le 0,2 secondes du HC est plus satisfaisant (voire un peu moins :wink: )

De nombreuses installations même "Haute Fidélité" sont à 0,2 secondes de RT : Installation de prestige de JFacoustics le Belge celle de tontonflingueur ( HC et Hi Fi) et the last but not the least THXRD :thks:


Bonjour Igor,
Je pense que le RT60 est d'abord la résultante du traitement acoustique nécéssaire au traitement d'une pièce permettant d'en atténuer les modes dominant d'une salle et par ce premier objectif, d'en lisser la courbe de réponse.
Il dépends aussi complètement de la taille de la pièce.

Le RT60 pourrait aussi être considéré comme étant le critère indiquant le niveau d'intelligibilité de la source sonore écoutée.

Maintenant, si dans une pièce, on a la chance d'avoir régler les modes propres et d'avoir un champ diffus homogène, il n'y a pas forcement d'obligation à avoir un RT très bas, de 0,5 à 0,7, ça me parait jouable dans un salon et sans doute même un peu plus :D

Maintenant, il n'est pas possible que le un champ diffus d'une une petite pièce soumise soit propre, un traitement lourd s'impose, ce qui fait chuter par conséquence le RT de la pièce...

La nécéssité d'un RT bas 'est d'autant plus vrai en HC car les canaux arrières entrent aussi dans le jeu et demande aussi une certaine intelligibilité et qu'en plus en HC, la zone d'écoute se réduit rarement à un ou 2 auditeurs mais à 2 parfois 3 rangées de sièges.
Dernière édition par indien29 le 21 Jan 2018 16:31, édité 3 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message