Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°9

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°9

Karaté Kid (1984)

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Sony Pictures // Date de sortie : 16 avril 2019

Résolution : 3840×2160 // Cadence : 24p // Format : 1.85 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 4000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Anglais DTS-HD MA 5.1, Anglais DTS-HD MA 2.0, Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l’image Expert HDR)

Plus stables, précises, cinégéniques et richement colorées, les images de ce 4K Ultra HD surpassent celles du Blu-ray tout en restant dans les limites esthétiques de l’œuvre (un grain omniprésent et beaucoup de douceurs). La définition est globalement améliorée (cf. les plans larges), les détails gagnent en netteté (les visages, les vêtements, les décors), la texture argentique a été pleinement préservée, les couleurs bénéficient de plus de chaleur (il ne fait aucun doute que nous sommes en Californie) avec de nombreuses teintes plus larges (le ciel bleu, la végétation verte, les drapeaux rouges, la voiture jaune), les contrastes plutôt naturels profitent de noirs jamais très profonds mais nettement mieux maîtrisés, et la plage dynamique élevée permet aux différentes sources lumineuses (la lumière du jour, le soleil, les éclairages intérieurs et les phares des véhicules motorisés) de s’afficher avec plus de vitalité (mais sans excès).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d’écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Si ce nouveau mixage Dolby Atmos parvient à élargir la scène sonore (les spectateurs lors du tournoi) et à ajouter de la profondeur au score (des graves plus pénétrants), il conserve finalement sa nature d’origine en ne surexploitant pas l’activité surround (c’est clairement la scène frontale qui est la plus détaillée), en usant que très modérément du plan aérien (quelques ambiances et un peu de musique), et en souffrant d’un petit manque de clarté du côté des sons en arrière-plan. Présentée en 5.1 et non plus en 2.0, la VF reste immersive malgré une ouverture moindre.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

Partager :