Test HCFR du Trinnov Altitude 16, pré-ampli_processeur audio 16 canaux

Test HCFR du Trinnov Altitude 16, pré-ampli_processeur audio 16 canaux

Branchements, calibration, prise en main et utilisation

 

Les Branchements

Toute notre installation étant câblée en XLR, l’insertion du Trinnov Altitude 16 en lieu et place de notre Marantz AV8805 s’est faite sans aucun souci particulier.

Alors si tous nos câbles XLR sont identifiés par des étiquettes qui permettent ainsi de brancher chaque câble sur sa sortie spécifique sur notre Marantz 8805 – par ex le câble XLR allant vers l’ampli relié à l’enceinte L qui doit être relié à la sortie L sur le 8805 – ceci n’est pas obligatoire avec le Trinnov Altitude 16.

En effet chacune des 16 sorties XLR de l’AL16 peut  être indifféremment affectée à n’importe quel canal.via la configuration au sein du Menu. Ainsi notre câble L ci-dessus peut être branché sur n’importe laquelle des 16 sorties de 1 à 16, vu que ce canal L pourra ensuite être identifié et réaffecté à volonté au sein du Menu.

 

Sachant que chacun de nos amplis Onkyo est piloté par son trigger, ce qui ne pose aucun problème avec l’AL16 d’autant plus que ses sorties triggers sont programmables (sauf le trigger 1 qui est toujours fonctionnel) pour individuellement déclencher une source reliée en fonction de la l’entrée sélectionnée.

Ainsi et par exemple le projecteur n’a pas besoin d’être allumé si on fait une écoute en HiFi. C’est effectivement très pratique et bien pensé pour faciliter l’utilisation au quotidien. 

La sortie de notre lecteur Pana UB 9000 – via un câble HDMI Monster passif de 1.5m – pouvant être amenée à envoyer des images BRD et BRD UHD en UHD_4Kp60 444 10bits correspondant à un débit élevé @ 18 Gbps, elle a été branchée sur l’AL16 sur l’entrée HDMI 4 qui a une capacité HDMI 2.0 & HDCP 2.2, comme les autres entrées 5, 6 et 7. Les entrées HDMI de 1 à 3 ayant une capacité HDMI 1.4 & HDCP 2.2.

L’entrée de notre projecteur JVC X9900 – via un câble HDMI Moshou 8K fibre de 10m.- devant pouvoir recevoir un signal @ 18 Gbps tel que délivré par le lecteur Pana, ce câble a été branché sur l’AL16 sur la sortie HDMI 2 qui a une capacité HDMI 2.0 & HDCP 2.2. La sortie HDMI 1 ayant une capacité HDMI 1.4 & HDCP 2.2.

Addenda HDMI : suite à une info complémentaire à ce sujet, si le panachage HDMI 1.4 et HDMI 2.0 existait au niveau des entrées sur les versions initiales de l’Altitude 16 (d’où ce qui est indiqué dans sa présentation officielle), une mise à jour – en cours de diffusion – du FW de la carte HDMI de l’Altitude 16, donnera à toutes les entrées HDMI une capacité HDMI 2.0 & HDCP 2.2. Hugo

Alors et afin d’optimiser l’utilisation des DACs internes de notre lecteur Pana UB9000 celui-ci a été relié en XLR à notre Marantz 8805 qui dispose d’entées de ce type. Aussi et vu que l’AL16 possède également ce même type d’entrées symétriques XLR, c’est aussi ce type de branchement qui a été fait.

Tout dernier point, vu que notre installation 9.2.6 comporte 9 + 6 = 15 canaux d’enceintes ayant vocation à être utilisées et calibrées séparément, nos 2 subs SVS PB13 ont été reliés à une seule sortie (restante) de l’Altitude 16 par le biais d’un câble XLR-XLR dupliqueur en forme de Y.

De même que c’est par le biais d’un câble ethernet que l’AL16 a été relié au réseau de notre maison. C’est en effet ce type de connexion filaire qui est utilisée pour relier notre installation au réseau, ceci afin d’avoir un maximum de débit disponible lors des connexions Internet, ceci d’autant plus qu’à la maison nous avons la fibre.

Tout ce qui donne ce résultat (avec le câble Y à l’avant plan en bas, sortie n° 16) :

la Calibration

Une fois les branchements effectués… l’accès au réseau effectués via l’application VNC, il est directement possible de se brancher sur le logiciel_Menu du Trinnov Altitude 16.

 

Un Menu où nous avons rapidement vérifié (très facilement) que toutes l’identification de chacune des sorties XLR correspondait bien au canal_enceinte qui y était raccordé.

Nous avons ensuite procédé au positionnement, puis branchement du micro Trinnov, inséré comme on peut le voir sur la phot, dans un support micro anti-vibrations qui avait été fourni :

 

Aparté quant aux micros Trinnov : il est à rappeler ici qu’à l’image du support ci-dessus, le micro Trinnov nous avait été fourni pour ce test HCFR du Trinnov Altitude 16, mais qu’il s’agit en fait d’une option d’un montant @ 850€ TTC.

Ce qui est à rapprocher du coût du même ordre,  pour une calibration d’un processeur Trinnov effectuée par un remarquable professionnel spécifique de B&W Group France, à savoir Alex G. qui avait lui-même effectué la calibration du Trinnov Altitude 16 en démo lors de la Journée de Rencontres HCFR chez les Artisans du Son à Mulhouse le Samedi 21 Avril 2018.

Bien sûr on peut s’interroger quant à ces coûts de mise en oeuvre pour un produit Trinnov Altitude 16 dont le prix d’achat avoisine les 15k€…

… toutefois il faut se rappeler que le micro Trinnov intègre en fait 4 capsules différentes – toutes individuellement étalonnées et corrigées – afin que la réponse de chacune d’entre elle devienne linéaire en vue de devenir identique à la réponse d’un micro de référence qui m’a été indiqué comme étant très linéaire (et dont je n’ai pas la référence).

Une opération plus ou moins longue et délicate, qui a intérêt à être particulièrement soignée, vu que le résultat final perçu à l’écoute d’un processeur Trinnov sera directement dépendant de la qualité des informations fournies par l’ensemble constitué pat les 4 capsules d’un micro Trinnov.

Alors toute cette suite d’opérations vaut-elle le prix de vente de l’option proposée qu’est le micro Trinnov?

Chacun verra midi à sa porte… toutefois quand on connaît le coût du travail horaire d’un vrai spécialiste dans notre doux Pays, personnellement je trouve que le « bijou » qu’est ce boîtier Trinnov avec ses 4 capsules micro est loin d’être onéreux… maintenant ce n’est que ma propre opinion, et bien évidement tous les avis sont dans la nature.

De la même façon, est-ce qu’une prestation de calibration d’un processeur Trinnov – qui est du même ordre de coût que le boîtier micros Trinnov – est trop onéreuse? A nouveau chacun verra midi à sa porte. Toutefois ayant eu la possibilité à 3 reprises d’apprécier la qualité du travail effectué par Alex G. de B&W, je vais m’avancer à dire que de mon point de vue, il s’agit là d’un rapport Q/P difficilement trouvable par ailleurs. Hugo

Avec sur cette photo in-situ, le micro Trinnov avec ses 4 capsules étalonnées, ici recouvert par son capot de protection et inséré dans le support anti-vibrations précédemment évoqué.

Un micro situé à l’emplacement des oreilles de la place principale, là où je suis assis, et c’est ce qui va correspondre à la prise de mesures appelée « Référence ».

Ainsi lors du process de la calibration de notre installation 9.2.6 ramenée à 9.1.6 = 16 canaux par le branchement en parallèle via le « Y » XLR de nos 2 subs SVS PB 13 – et comme il est possible de le découvrir dans la vidéo HCFR de cette calibration – ces 3 prises de mesures qui ont été effectuées :

  • Référence
  • Gauche
  • Droite

avec le bass management positionné à 60Hz pour les 3 Klipsch KL650 et 6 RP160, enceintes du niveau « oreilles », avec 80Hz pour les 6 JBL Pro en position Height.

Sachant qu’il s’agissait là de la toute 1 ère calibration et alors même que j’avais initialement prévu de tout refaire par crainte de résultats initiaux inadéquats.

Sachant que lors de la calibration (Optimizer) Trinnov, par delà une simple correction en amplitude, celle-ci agit et intervient également sur bien d’autres paramètres comme on peut le voir au travers de ces photos d’illustrations ci-dessous.

Ces photos sont toutes issues de la video HCFR de la calibration du Trinnov Altitude 16, que je ne saurais trop vous recommander de regarder dans sa totalité…

Mesures et corrections en amplitude en intégrant la pièce

Mesures et corrections en amplitude en champs proche, donc sans les réflexions de la pièce

Mesures et corrections du délai de groupe

Mesures et corrections de la phase

Mesures et corrections de la réponse impulsionnelle

Mesures et corrections de la réponse impulsionnelle linéaire

 

Des mesures et corrections effectuées pour chacune des 15 enceintes individuelles + les 2 subs regroupés qui fonctionnent donc comme une seule entité, l’ensemble composant notre installation 9.2.6 et ceci pour chacun des 3 points de mesures qui ont été effectués dans notre cas.

Alors et je vais ajouter – à ma très grande surprise – cette 1ère calibration à 3 points avec une pondération 60_20_20 entre les prises Référence, Gauche, Droite, s’est immédiatement avérée être excellente quant à ses résultats à l’écoute.

Une directe reconnaissance s’il en faut, de toute la puissance et cohérence des résultats globaux de la calibration et de l’Otpimizer Trinnov.

C’est vraiment impressionnant.

D’autant plus qu’en fait, on ne voit là que la partie émergée de l’iceberg et qu’il est possible de rentrer encore bien plus loin dans les divers paramètres de tweakings offerts par l’Optimizer Trinnov. Ce qui permet à tout un chacun de parfaire son installations en assaisonnant ses oignons à sa propre façon… bien que là il vaille mieux bien savoir ce que l’on fait… même si avec les divers profils, il est toujours parfaitement possible de tout effacer et de revenir à la case départ.

Toujours est-il que pour la suite de ce test HCFR dans notre contexte 9.2.6 c’est cette même initiale calibration à 3 points de mesures – Référence, Gauche et Droite – pondérée à 60_20_20 qui a ainsi été utilisée pour tout le reste reste de ce test. 

Même si par ailleurs j’ai testé diverses autres fréquences de coupure pour le bass management en créant d’autres profils d’écoutes avec du 40, 60 et 80Hz partout et du 80Hz en bas + 100Hz en haut, mais il s’est avéré qu’au final je suis revenu aux 60Hz en bas_au niveau oreilles et 80Hz en haut_Height.

De la même façon, le Menu Trinnov de l’Altitude 16 étant de mon point de vue, particulièrement accessible et agréable d’utilisation – même si en préalable il est « recommandé » de connaître un minimum de choses en acoustique -, j’avais initialement prévu de parfaire quelques prises de mesures plus spécifiquement pour nos 2 subs SVS PB13.

Ceci afin de relever leurs individuelle distances et points_fréquences de correction(s), pour ensuite les insérer directement dans l’égaliseur intégré à chaque SVS PB13.

L’idée était de faire une « pré-correction » acoustique de chaque sub, avant qu’ils ne soient corrigés tous les 2 comme un seul ensemble, puisque la somme totale des 9.2.6 = 17 canaux_enceintes dans notre installation, dépasse les capacités de correction des 16 canaux du Trinnov Altitude 16.

De la même façon et d’autant plus avec la proximité physique entre les Klipsch KL650 en LR, positionnées juste à côté de chacun des 2 subs SVS PB13 – comme on peut le voir sur la photo de l’install plus haut – j’avais envisagé de créer une forme d’enceinte unique Klipsch KL650 + SVS PB13 filtrée à 80Hz via l’utilisation de l’égaliseur interne au PB13…

… ceci en vue de potentiellement ramener le nombre de canaux corrigés par le Trinnov Altitude 16 à « seulement » 15 canaux, une façon de by-passer le fait que notre install comporte 17 canaux_enceintes… et que l’AL16 sait en gérer 16.

Mais tout ce qui n’a pas été fait. Pourquoi?

Parce qu’à l’utilisation, le résultat de la 1ère calibration à 3 points Référence, Gauche, Droite + pondération 60_20_20 s’est immédiatement avéré comme étant particulièrement agréable et apprécié… aussi « when everything is working, don’t fix it »… même si tout cela aurait été effectivement relativement simple à faire avec les possibilités de stockages et rappels de profils qu’offre le Trinnov Altitude 16, ceci y compris sur un support USB externe.

Sachant qu’il avait été initialement prévu que pour ce test HCFR, chacun d’entre nous trois garderait le Trinnov Altitude 16 pendant 1 pleine semaine. Toutefois et au final pour de très nombreuses raisons personnelles, j’ai dû réduire cette durée à seulement 5 jours…

… et oui, c’était à contre-cœur, mais c’est la Vie!

 

La prise en main et l’utilisation au quotidien

Tout d’abord et puisque le Trinnov Altitude 16 possède 2 ventilateurs, je vais donc indiquer ici que – sans aucun signal reproduit, donc dans le silence de la pièce d’écoute, qui dans notre contexte est particulièrement calme – si en dessous  @ 50cm un très, TRES léger souffle « pffffrrrr » est perceptible lorsqu’on tend l’oreille afin de percevoir quelque chose, il s’avère que dès que l’on s’éloigne au delà de cette distance, il n’y a strictement plus rien de perceptible.

Ceci étant dit en un mot comme en cent : l’utilisation est archi simple, avec une polyvalence issue de l’utilisation du Menu qui peut être effectuée tant à partir d’un PC portable, que d’un iPad. Ce qui permet de piloter tant les sources, les types de processing, que le volume sonore.

Ceci d’autant plus que la fonction volume de notre télécommande universelle Logitech 1100 réglée pour le Marantz AV8805 pouvait directement piloter le volume du Trinnov Altitude 16, à l’image de la télécommande Trinnov :

D’où ce style d’utilisation avec l’iPad :

Le pilotage du lecteur Bluray + Trinnov Altitude 16 :

 

avec la visualisation des niveaux des canaux en sortie AL16 :

 

Un point négatif : l’accès aux radios Internet – une fonctionnalité que nous utilisons beaucoup à la maison avec le HEOS de notre Marantz AV8805 – n’a malheureusement pas pu être mis mettre en oeuvre directement sur l’Altitude 16. D’où le fait qu’il m’ait fallu passer par notre lecteur Pana 9000 pour accéder aux radios Internet (avec la contrainte de devoir à chaque fois allumer le projecteur) :

 

Alors une solution plus simple doit certainement pouvoir être trouvée, toutefois le manque de temps aura fait que de spécifiquement sur ce point, je suis resté sur ma faim.

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au processeur Trinnov Altitude 16 : https://www.homecinema-fr.com/forum/son-audio-preamplificateurs-decodeurs-homecinema/trinnov-altitude-16-proc-16-canaux-test-hcfr-en-cours-t30094625.html

 

 

 

Partager :