Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

Harry Potter et les reliques de la mort – 2ème partie

Provenance : France
Éditeur : Warner Bros.
Format vidéo : 3840×2160 / 24p – HDR10 / BT.2020 – YCbCr 4:2:0 / 10 bit – Encodage HEVC – Format 2.40 – 2K DI
Luminance HDR : De 0.005 à 4000 nits
Bande-son : Anglais DTS:X (core DTS-HD MA 7.1), Français DTS-HD MA 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Qualité vidéo : Image
Malgré une scène (dans la Chaumière aux Coquillages de Bill Weasley et Fleur Delacour) où la belle structure granuleuse de l’œuvre vire en léger fourmillement (alors que la compression est invisible le reste du temps, même lors des séquences mouvementées que sont le passage en wagonnet et la bataille à Poudlard), ce transfert UHD reste superbe. D’une netteté irréprochable avec sa résolution ascendante et ses détails plus distincts (visibles dès le départ sur la tombe de Dobby et le visage ridé de Garrick Ollivander), l’image se pare qui plus est d’une palette chromatique toute aussi riche (même si volontairement plus désaturée) mais plus profonde encore (le Feudeymon dans la Salle sur Demande), et d’un ratio de contraste sidérant où la photographie gagne en obscurité (les noirs sont magnifiques) sans pour autant tamiser les blancs (ils sont très éclatants) ou éteindre les sources lumineuses. Bien au contraire même, ces dernières étant plus vives et brillantes que jamais (la lumière du jour, la barrière de protection de Poudlard, les éclairs magiques et j’en passe). En un mot… sublime !
Qualité audio : Image
Des pistes sonores hautement spectaculaires qui poussent l’ensemble des canaux (de hauteur compris sur la VO avec du vent, des flammes, des sorts de magie, etc.) dans leurs derniers retranchements (un peu moins avec la VF qui reste néanmoins d’un très bon niveau). L’immersion procurée par cet épatant mixage est scotchante (la voix d’outre-tombe de Lord Voldemort qui se balade sur chaque enceinte ou encore l’effet « grand huit » du passage en wagonnet aux effets 5.1 incroyables), le canal LFE est sollicité avec beaucoup de puissance, le score mélancolico-dramatique d’Alexandre Desplat use de toutes les enceintes disponibles et les voix sont cristallines. Une expérience sonore renversante.

————————————————–

Partager :