Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

En eaux troubles

Provenance : France
Éditeur : Warner Bros.
Format vidéo : 3840×2160 / 24p – Dolby Vision / BT.2020 – YCbCr 4:2:0 / 12 bit – Encodage HEVC – Format 2.39 – 2K DI
Luminance HDR : Adaptée aux caractéristiques techniques spécifiques du dispositif d’affichage utilisé
Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Anglais DTS-HD MA 5.1, Français Dolby Digital 5.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Qualité vidéo : Image
Laissant loin derrière lui les images moins bien définies (c’est frappant lors du passage à la baie de Sanya en Chine) aux blancs cramés (le ciel est une masse blanche où les nuages n’ont aucun relief) et à la compression souffrante (le colour banding lors de certaines scènes sous-marines) du Blu-ray, ce transfert UHD aux métadonnées HDR dynamiques volontairement démonstratives et peu subtiles est un top démo de tous les instants. La définition ne faiblit plus et permet de se délecter d’autant plus des dégâts occasionnés par le requin géant, les détails sont légions et se détachent autrement mieux qu’en HD, les couleurs déjà dignes d’un feu d’artifice gagnent en nuances et en saturation (les espèces dans la fosse des Mariannes ou encore les maillots et bouées des baigneurs lors de l’attaque finale), les contrastes sont plus stables avec des noirs plus sombres (c’est ce qu’il fallait pour reproduire comme il faut les profondeurs sous-marines) et des blancs plus blancs (cf. la robe de la mariée), les ciels sont plus lumineux avec des nuages blancs cotonneux entourés d’un bleu azur magnifique (en HDR10 le bleu du ciel est plus fade et les nuages moins bien dessinés), et les différents éclairages profitent d’une brillance beaucoup plus importante (les voyants intérieurs et les projecteurs extérieurs des sous-marins, les moniteurs dans la salle de contrôle de Mana One, les reflets du soleil à la surface de l’eau). De ce fait, le spectacle est encore plus spectaculaire en 4K Ultra HD.
Qualité audio : Image
Un mixage Dolby Atmos (malheureusement exclusif à la VO) très divertissant et hautement immersif à la dynamique furibonde, à l’activité multicanale incessante (des effets et ambiances expansifs qui peuplent toutes les enceintes), à la scène aérienne impressionnante (les craquements de la pression de l’eau, les bulles qui suivent les déplacements des sous-marins, la présence du Mégalodon, etc.), au score parfaitement aéré, aux basses ultra-profondes (la pression sous-marine, les explosions) et aux dialogues clairement restitués. Même si vaillante et pleine de fougue (les canaux ne sont pas là pour faire de la figuration), la VF ne peut rivaliser avec l’ampleur et la richesse acoustique de sa consœur.

————————————————–

Partager :