Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°11

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°11

Moon

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Sony Pictures // Date de sortie : 16 juillet 2019

Résolution : 3840×2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 4000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Anglais DTS-HD MA 5.1, Français (VFQ) Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

Grosse surprise cinématographique qui n’a malheureusement pas eu les honneurs d’une sortie en salles chez nous malgré les nombreuses récompenses qu’elle a raflé, Moon n’est rien de moins qu’un film de science-fiction aussi profond qu’intelligent à la maîtrise technique absolue. Le scénario est chargé de tension, de suspense et de réflexions (sur l’homme, la solitude, le travail), l’univers futuriste dépeint est très réaliste, Sam Rockwell est époustouflant et la magnifique partition de Clint Mansell est hypnotique. Seul le rythme posé pourrait rebuter certains spectateurs, mais ce serait passer à côté d’un grand film. Voilà donc une œuvre de science-fiction réaliste et réfléchie qui replace le genre dans sa dimension humaine et non spectaculaire. À découvrir de toute urgence.

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l’image Expert HDR)

Plus robuste en tout point, l’image autrement plus raffinée de ce 4K Ultra HD est superbe. Le gain en définition est visible (la finesse des textures), le niveau de détail est exceptionnel (l’état d’usure de GERTY), la structure granuleuse n’est plus du tout bruitée et s’affiche avec plus de caractère, le spectre colorimétrique améliore la carnation et les nuances de gris (c’est quand-même important lorsque l’action prend place sur la Lune) tout en conservant l’aspect stérile de la photographie, les contrastes sont encore plus impressionnants grâce à des blancs plus éclatants (ils sont fades sur le Blu-ray) et des noirs plus abyssaux, et les sources lumineuses sont remarquablement plus vives (les étoiles, l’affichage de GERTY, l’éclairage intérieur et le soleil).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d’écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

D’une parfaite clarté, ces pistes sonores nous plongent littéralement dans l’atmosphère spatiale du long métrage. Les ambiances de la station sont bien intégrées dans l’espace acoustique (les volets qui se ferment) afin d’amplifier l’isolement de Sam (la lourdeur des silences), les effets extérieurs sont réguliers et facilement localisables, le score et les basses ne manquent pas d’engagement, et les voix s’illustrent avec beaucoup de naturel (sauf celle de GERTY bien évidemment). Réservés mais toujours là lorsque la narration l’exige (les projections de cailloux lunaires par les moissonneuses), les canaux aériens de la VO Dolby Atmos sont à la « fête » lors de l’accident du Rover (le fracas du métal, les chutes de débris et l’activation de l’alarme). Plus étriquée, la VF en est du coup moins anxiogène.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

Partager :