Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°7

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°7


Overlord (UBD)

Provenance : France
Éditeur : Paramount Pictures
Format vidéo : 3840×2160 / 24p – Dolby Vision / BT.2020 – YCbCr 4:2:0 / 12 bit – Encodage HEVC – Format 2.40 – 2K DI
Luminance HDR : Adaptée aux caractéristiques techniques spécifiques du dispositif d’affichage utilisé
Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital 5.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Qualité vidéo : Image
Si par rapport au Blu-ray l’apport peut sembler de prime abord assez modeste, la majeure partie de l’intrigue se déroulant de nuit (le film est très sombre) avec une palette colorimétrique quelque peu limitée, c’est finalement loin d’être le cas lorsque l’on prend le temps de bien s’attarder sur les images de cette grosse série B horrifique. Le léger grain est plus gracieux, la définition est rehaussée, les détails sont plus fermes (les textures faciales, les blessures, les uniformes militaires, les décors en ruine), les couleurs sont plus solides avec des primaires sensiblement plus animées, les contrastes sont considérablement améliorés (blancs brillants et noirs d’encre) pour des séquences nocturnes bien plus lisibles, et les sources lumineuses sont nettement plus soutenues (les reflets sur les surfaces métalliques, l’éclairage du laboratoire souterrain, les flammes, les lampes torches). Sans être un disque de démonstration, la photographie de l’œuvre n’ayant pas pour vocation d’en mettre plein la vue, ce 4K Ultra HD reste pourvu d’un transfert UHD HDR soigné.
Qualité audio : Image
Difficile de faire la fine bouche à l’écoute de la VO Dolby Atmos qui s’impose sans peine comme une piste de référence. Très précise, ultra-puissante et particulièrement étendue, elle ne cesse de remplir l’espace sonore de détails acoustiques soigneusement spatialisés. Du chaos de la guerre aux horreurs des expérimentations médicales nazies, le spectacle auditif est aussi percutant que jouissif. Les dialogues sont clairs, les effets surround exubérants, la scène aérienne clairement engagée (des bruits de carlingue, des explosions, des annonces dans les hauts-parleurs, des échos de voix, etc.) et les basses vigoureuses. Beaucoup plus réservée (un comble pour ce film), la VF est bigrement moins percutante.

Partager :